X

Culture

Un tabac, les sœurs Younan chantent l’Orient déchiqueté

Buzz du web

« Li- biladi », une vidéo de moins de 10 minutes sur YouTube. Simple et déchirante. Plus de 250 000 clics des internautes en moins de trois jours.

E. D. | OLJ
21/10/2014

Les sœurs Younan, Rihan et Faia, vestales modernes en noir, théâtralisent et chantent l'Orient déchiré et embrasé. Poésie et musique contre barbarie et absurde de guerre. Deux jeunes alépines vivant en Suède. Lèvres vermillonnées, teint laiteux, chevelure lustrée de loutre, regard aussi profond que des violettes mauves, deux sœurs, deux bacchantes, Rihan et Faia Younan, devant un mur blanc. Comme pour un peloton d'exécution ou une évasion vers des caps inconnus.
L'une chante, l'autre pas. Ce ne sont pas les demoiselles de Rochefort et encore moins les sœurs Kessler. Elles parlent de l'arrière-pays, morcelé et dans l'œil du cyclone de la violence. Elles disent, en termes sobres et choisis, avec une voix aux modulations feyrouziennes, le drame de vivre. À Beyrouth, Jérusalem, Baghdad et Damas.

 

 


Cliquez sur « To my countries » ou « Li biladi » (en arabe), et se fixent sur l'écran de votre ordi ces deux personnes qui opposent beauté, chant, musique et poésie aux souffrances, larmes, sang, exodes, morts (massives) sans sépulture et avec une violence extrême.
Soixante ans de noirceur pour la Palestine, quarante ans de chaos pour le Liban, dix ans de massacre pour l'Irak et trois ans de pluie de balles pour la Syrie... Contre ce carnage insoutenable et l'auguste silence d'un Occident qui fait toujours les Ponce Pilate, malgré l'hypocrisie de ses soutiens plus virtuels que réels, le cauchemar continue et la géhenne a les portes ouvertes...
D'une voix douce et grave, sans emphase, Rihan a le pouvoir sur un texte sans concession. Il s'agit tout simplement d'humanisme et de désir de vivre en paix. Faia chante avec la puissance et le velouté de notre ambassadrice auprès des étoiles dont d'ailleurs elle emprunte des extraits des chansons. Avec les mots des frères Rahbani, Saïd Akl et Joseph Harb.


Un bijou de petite vidéo qui affirme, malgré une houleuse controverse et polémique politique sur les réseaux sociaux, une volonté de vivre. Contre toute adversité.


À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Houri Ziad

On a oublie que notre societe peut aussi creer des personnages aussi magnifiques...

Halim Abou Chacra

Une vidéo exprimant la douleur sincère sur ces pays du Proche-Orient, autrefois civilisés, qui sombrent à présent dans la ruine, la folie et la barbarie. Le Liban inclus. Hélas !!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants