X

Économie

Fitness Zone, ou l’épopée d’une fulgurante expansion

Liban - Success story

Depuis son ouverture à Hamra en 2009, la chaîne de salles de gym « Fitness Zone » ne cesse de se développer dans tout le pays et bientôt même ailleurs. Après l'inauguration du complexe de Baabda et de celui de Kaslik cette année, quatre nouvelles ouvertures sont prévues d'ici à 2015.

18/10/2014

Il a su saisir l'occasion dans la crise. En 2009, Antoine Keirouz, actuel PDG et partenaire du groupe
Fitness Zone, prend le pari de racheter à Hamra la branche libanaise de « Fitness First », chaîne internationale de salles de sport, alors en perte de vitesse au Liban. « À l'époque, je travaillais pour eux comme financier, raconte-t-il. Les dirigeants avaient alors perdu beaucoup d'argent faute d'avoir pu comprendre la mentalité libanaise. Leur erreur : ils comptaient sur le volume de la clientèle, alors que le marché libanais n'est pas adapté à ce type de stratégie. »

Du jour au lendemain, l'homme d'affaires libanais revoit alors entièrement le concept et la stratégie marketing, et décide de doubler le tarif des abonnements. « Le Libanais aime payer le prix quand il s'agit d'avoir un service impeccable, alors c'est exactement ce que nous avons proposé, explique-t-il. D'un jour à l'autre, l'abonnement est passé de 70 à 150 dollars le mois. » Un revirement de stratégie qui a directement porté ses fruits. « À ce moment-là, nous avons perdu une partie de la clientèle, mais il s'agissait de celle que nous ne ciblions pas. Avec les abonnés qui sont restés, le succès a été immédiat et s'est transformé en "effet boule de neige". Une nouvelle demande est née et l'aventure s'est accélérée. »

Pour faire face à la demande supplémentaire, le businessman a ainsi amorcé son plan d'expansion. En 2012, l'homme d'affaires inaugure un complexe de 6000 m2 à Baabda. Sur trois étages, les abonnés ont accès aux cours de gym, à deux terrains de tennis de 600 m2, à deux piscines et à l'espace de musculation. « En ce qui concerne l'investissement initial, comptez 1 000 dollars le m2 pour ce type d'établissement », confie Antoine Keirouz.

Face au fulgurant succès de Fitness Zone Hamra et Fitness Zone Baabda, l'homme d'affaires poursuit son développement en 2014 avec l'ouverture à Kaslik d'une troisième branche Fitness Zone sur 3 000m2. « À chaque nouvelle ouverture, nous attirons quelque 1 000 membres supplémentaires », note Antoine Keirouz. Selon Antoine Keirouz, l'investissement initial à Baabda sera rentabilisé d'ici à 2015. Pour les trois branches, l'homme d'affaires a déjà investi quelque 12 millions de dollars et ne compte pas s'arrêter là. Une nouvelle ouverture est prévu d'ici à six mois au centre-ville de Beyrouth, puis à Jnah, dans le Metn et même à Dubaï d'ici à 2015.

« La région possède un immense potentiel sur le marché du sport, insiste Antoine Keirouz qui évoque déjà la Syrie pour ses futures ambitions. Aujourd'hui, les abonnés à Fitness Zone déboursent tous la somme de 175 dollars par mois avec un accès total à l'ensemble des sites Fitness Zone. Pour les groupes, le prix peut tomber à 150 dollars », précise l'homme d'affaires. Au total, le groupe compte quelque 1 500/2 000 membres par club pour un personnel de 180 personnes. Antoine Keirouz confie réaliser environ 10 millions de dollars de chiffre d'affaires annuel contre 2 millions à son ouverture en 2009.

 

Lire aussi
Dee, yogi ultralibérée

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué