À La Une

Mayssa Abdo, la femme qui dirige la bataille contre les jihadistes à Kobané

Syrie

Connue sous son nom de guerre de Narine Afrine, elle est aux commandes des Unités de protection du peuple.

OLJ/AFP
12/10/2014

Une femme dirige les combattants kurdes dans leur bataille contre les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI, ex-Daech) qui menacent de prendre la ville syrienne kurde de Kobané, frontalière de la Turquie, selon une ONG et des militants.

"Mayssa Abdo, connue sous son nom de guerre de Narine Afrine, est aux commandes des YPG à Kobané aux côtés de Mahmoud Barkhodan", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, en référence aux Unités de protection du peuple, qui résistent depuis le 16 septembre à la grande offensive de l'EI sur Kobané.

Comme il est d'usage pour les combattants kurdes, Mayssa porte un pseudonyme, en l'occurrence celui de sa région natale d'Afrine, un bastion kurde situé comme Kobané dans la province septentrionale d'Alep.
"Ceux qui la connaissent disent qu'elle est cultivée, intelligente et flegmatique. Elle est soucieuse du mental des combattants et s'intéresse de près à leurs problèmes", affirme de son côté à l'AFP Mustefa Ebdi, un militant kurde originaire de Kobané.

A 40 ans, Mayssa Abdo mène la bataille aux côtés de Mahmoud Barkhodan (Mahmoud le "résistant", en kurde). La présence de femmes parmi les forces kurdes n'est pas un phénomène nouveau.

Les rebelles du PKK, qui ont pris les armes en Turquie en 1984 pour créer un Etat kurde indépendant avant d'entamer des négociations de paix avec Ankara il y a deux ans, comptent de longue date des femmes dans leurs rangs. Ces combattantes ont connu une notoriété mondiale dans les années 1990, notamment en menant des opérations suicide.

Le 5 octobre, la combattante kurde Dilar Gencxemis, identifiée par son mouvement sous le nom de guerre d'Arin Mirkan, s'est donnée la mort en provoquant celle de "dizaines" de jihadistes aux abords de Kobané.
Elle était la première kamikaze kurde recensée depuis le début de la guerre civile en Syrie en mars 2011.
Les YPG sont la principale milice kurde syrienne et la branche armée du Parti de l'Union démocratique (PYD), le plus important parti politique kurde en Syrie.

Ce parti laïque à tendance socialiste qui a réussi depuis le début de la guerre en Syrie à créer dans les zones kurdes un système d'autogestion grâce à des conseils locaux, décrit comme une expérience démocratique relativement réussie dans un pays régi par une autocratie depuis près d'un demi-siècle. Les femmes représentent 40% de ces conseils.

L'EI prône de son côté une version extrême de l'islam et a proclamé un califat sur les territoires qu'il contrôle en Syrie et en Irak, un système de règne musulman disparu il y a un siècle. Ce groupe n'hésite pas à décapiter, à lapider et même à crucifier ceux qu'il considère comme ses ennemis.

 

Lire aussi
Mariam al-Mansouri, la pilote émiratie qui bombarde l'EI en Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE VRAIS HOMMES.... CES FEMMES KURDES !

Georges MELKI

Comment est-il possible qu'une seule et même religion puisse produire une femme admirable comme Mayssa Abdo et une monstruosité comme l'EI? La réponse est simple: le responsable de cette calamité slafo-wahhabiste s'appelle Ahmad Ibn Taymiyyah, de triste mémoire...Il faut aller chercher au fin fond de "l'Ancien Testament" pour trouver une idéologie aussi efficace dans la promotion de la haine des autres, ceux qu'il est convenu d'appeler "goyim"...Et tant que vous y êtes, nos voisins du Sud perpétuent la tradition jusqu'à nos jours...

Ali Farhat

C'est une GRANDE femme... D'un autre coté, cette situation est tellement tritse que l'on aurait souhaité la voire plutot comme une mère sereine et une épouse heureuse plutot que d'etre en treillis face aux à ceux qui veulent venir égorger sa famille, ses amis et les siens, ceux qui ont avec la bénédiction islamique de monsieur l'ottoman erdogan et de l'otan avec laquelle il et allié. Dieu et les amis viennent en aide aux Kurdes (et aux autres) martirisés de cette région du monde.

ACE-AN-NAS

Si jamais les salafoswahabites se font taper a kobaneh , ce que la terre entiere souhaite excepte les salafowahabite binsaoud et les neottomans , je peux vous annoncer que la binsaoudie , la turquie , le Qatar etc... dans ce qu'on peut compter comme peste noire seront les cocus de l'histoire et je ne donnerai pas cher de leur peau . Cette femme qu'on nous montre se battre est significatif de ce qui attend toute cette racaille creee et eradiquee par les memes personnes .


Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué