X

Liban

Saydet el-Jabal, ou le ras-le-bol, civil et pluriel, contre Daech et l’Alliance des minorités

Rassemblement

Non à toute protection étrangère des chrétiens, dont la garantie reste l'État et le partenariat islamo-chrétien.

01/09/2014

« Tous pour un »... C'est par ce slogan qu'il serait possible de résumer le Xe congrès du Rassemblement de Saydet el-Jabal, hier, à l'hôtel Le Gabriel, à Achrafieh.
Le « un » en question étant chaque individu, chaque sujet, et, par extension, le Liban. Mais un Liban en révolte contre toutes les dérives intégristes, communautaristes et populistes, pot-pourri mortel pour une explosion imminente si elle n'est pas rapidement contenue.

C'est en effet une volonté civile, transcommunautaire de sortir de tous les replis identitaires vers une paix commune qui s'est exprimée hier face aux crispations sectaires et à la montée aux extrêmes.

Panachés dans toutes les communautés libanaises, les participants étaient là à titre individuel, mus par une inquiétude commune face au danger qui guette le Liban, sinon chacun au Liban, mais animés par une sorte de sérénité intérieure et une volonté manifeste de faire front ensemble par un projet national, civil, pacifique et rassembleur face au morcellement identitaire sur tous les fronts. Mais ils étaient surtout sur la même longueur, comme si une main invisible, formée par la cascade d'événements alarmants ces derniers mois, les avait puisés dans le même creuset.

(Lire aussi : L'incident du drapeau de l'EI sur la place Sassine crée de nouvelles tensions)

Mais, surtout, sur le plan symbolique, ils ont dit « non » d'une même voix au projet de l'Alliance des minorités, celui de la déétatisation et de la surcommunautarisation dans l'objectif de transformer toutes les communautés, désormais sur la défensive en raison de la montée aux extrêmes, en minorités apeurées, irrationnelles, agressives et à la recherche permanente d'un protecteur providentiel.

Siniora

Le congrès s'est déroulé en la présence – très forte sur le plan politique – du chef du bloc du Futur, le député et ancien Premier ministre Fouad Siniora, qui a prononcé une allocution jugée fondatrice par nombre des participants, un document fondamental à prendre en considération pour comprendre et contrecarrer la montée aux extrêmes, et un acte de foi dans le Liban. Un Fouad Siniora qui a franchement abattu les frontières identitaires dans son discours, en condamnant d'une manière explicite toutes les formes de terrorisme et en prônant l'attachement à la formule paritaire de Taëf, au vivre-ensemble et au projet de l'État civil (voir par ailleurs). Avec, à la clef, ce témoignage personnel qui résume tout : « Je me reconnais en vous tous ici présents plus qu'en quiconque qui parlerait au nom de l'islamisme. »

(Lire aussi : La liberté pour cinq militaires détenus par des jihadistes)

Le thème du refus d'une protection étrangère et exclusive similaire au régime ottoman des capitulations, qui avait été au centre de la réunion des patriarches orientaux à Bkerké la semaine dernière, est par ailleurs revenu comme un leitmotiv. C'est d'abord l'ancien député Farès Souhaid qui a rejeté ce positionnement, dans son allocution de bienvenue. « Nous, chrétiens de cette région, ne voulons de protection de personne. Tous ceux qui ont prétendu nous protéger défendaient en fait leurs intérêts en notre nom », a-t-il dit, rejetant par ailleurs toute distinction, menée à des fins politiques, entre une victime (du régime Assad) et une autre (celle du terrorisme de Daech).

Frangié

Samir Frangié revient lui aussi à la charge contre le protectionnisme recherché par certains (voir par ailleurs). « J'ai honte que quelqu'un parle en mon nom en vertu de mon appartenance confessionnelle et se permette de quémander ma protection personnelle à l'étranger. Ma protection vient de l'État, que je forme avec mon partenaire musulman. Que ceux qui réclament une protection étrangère demande d'abord à l'étranger de corriger ses nombreuses erreurs – en Palestine, en Irak, et son silence inadmissible en Syrie – pour participer avec nous à la bataille de la paix », dit-il en substance. Car, in fine, c'est le projet de la paix au Liban, et, au-delà, dans la région, qui préoccupe l'ancien député.
Le pôle chiite libaniste, qui s'inscrit dans la droite lignée étatiste libaniste de la tradition amélite et des principes de l'imam Mohammad Mahdi Chamseddine, par opposition à l'intégrisme pro-iranien du Hezbollah, n'est pas en reste.

(Lire aussi : À Tripoli, des individus « manipulés » annoncent l'avènement de l'EI sur des façades d'églises)

Chamseddine et Fahs

Le sociologue Mohammad Hussein Chamseddine n'y va pas par quatre chemins pour déconstruire la vaste fumisterie qui vise à réveiller le sentiment minoritaire dans la région, notamment chez les chrétiens, dont il déplore un repli identitaire qui n'a rien à voir avec la tradition du patriarche Hoyek. « Ceux qui veulent vous protéger du terrorisme sont ceux-là mêmes qui en sont les fondateurs », affirme-t-il, rejetant à son tour le principe de « minorité » et de « protection » de ces derniers. « L'imam Chamseddine disait qu'il n'y a pas de minorités en Orient, mais deux majorités : l'une, islamique, arabe et non arabe, et l'autre, arabe, islamo-chrétienne », a souligné le sociologue, un partisan invétéré de l'identité complexe, qui refuse d'être cloisonné à sa seule dimension chiite.
Hospitalisé, l'uléma Hani Fahs a également dépêché son fils, le journaliste Moustapha Fahs, pour lire un message en son nom, centré sur la nécessité inéluctable d'édifier l'État, de le séparer de la religion et d'œuvrer à l'émergence de la citoyenneté.

(Analyse : La prudence d'Obama face aux crises, atout ou handicap?)

Sabra et Mouacher

Des lettres de l'étranger ont également été rendues publiques : l'une est de Georges Sabra, haut responsable au sein de la Coalition nationale syrienne, et l'autre de l'ancien chef de la diplomatie jordanienne, Marwan Mouacher. Elles appellent toutes deux, en substance, les Libanais à ne pas se laisser aller à la réaction minoritaire des chrétiens, car cela signifierait la fin de l'Orient arabe. Le message est le même : le terrorisme vise toutes les composantes sociétales de la région, le « minoritarisme » est un état d'esprit artificiellement maintenu à des fins politiques impériales, les chrétiens ne doivent pas se laisser faire en se cloîtrant dans un enclos identitaire qui refuse le partenariat avec l'islam, et la seule garantie de la survie de tous est l'État.

Une série de messages venus de l'étranger, notamment de Washington et du Canada, a elle aussi abondé dans le sens des idées défendues tout au long du congrès.
L'épistémologue Antoine Courban a donné lecture au cours de la réunion de sa lettre ouverte aux patriarches d'Orient, publiée samedi dans L'Orient-Le Jour. Plusieurs participants ont par ailleurs pris la parole dans le cadre du débat.

(Repère : Tout ce qu'il faut savoir sur l'Etat Islamique)

Étaient présents à la réunion : les députés Marwan Hamadé, Ahmad Fatfat, Dory Chamoun, Bassem el-Chab et Jamal Jarrah, l'ancien ministre Michel Béchara el-Khoury, les anciens députés Samir Frangié, Farès Souhaid et Moustapha Allouche, l'ancien bâtonnier Michel Lyane, l'ambasadeur Khalil Kazem el-Khalil, ainsi que plusieurs personnalités politiques, académiques et de la société civile, parmi lesquelles MM. Daoud Sayegh, Antoine Haddad, Ahmad Ayyache, Joseph Fadel, Lokman Slim, Malek Mroué, Mohammad Sammak, Mohammad Hussein Chamseddine, Moustapha Fahs, Youssef Bazzi, Antoine Béchara, Sobhi Mounzer Yaghi, Naufal Daou, Adel Sassine, Eddy Abillamaa, Nadi Ghosn, Marwan Sakr, Melhem Riachi, Michel Abou Abdallah, Georges Droubi, Sélim Dahdah, ainsi que Mmes Mona Fayad et Alia Mansour (opposition syrienne).

Le communiqué final

Dans son communiqué final, Saydet el-Jabal a mis l'accent sur cinq points : la distinction entre le terrorisme de Daech et les terrorismes d'État contre les peuples palestinien, irakien et syrien est rejetée ; le terrorisme vise toutes les composantes de la société, et non l'une ou l'autre exclusivement; la protection des chrétiens ne passe pas par l'Alliance des minorités, qui « porte atteinte au partenariat historique islamo-chrétien et transforme les chrétiens en comparses dans le cadre d'un projet de survie d'un régime en décomposition et en satellites, d'un projet hégémonique d'une minorité qui ne réussira pas » ; il n'y a pas de solution uniquement chrétienne aux problèmes des chrétiens ; et, enfin, le modèle de pluralisme libanais mérite d'être étudié comme solution aux problèmes régionaux.

Une remarque s'impose enfin, à l'issue du congrès : ce que les politiques traditionnelles n'ont pas réussi à faire, Daech et consorts ont probablement commencé à le faire : provoquer un début de ras-le-bol qui porte en lui les germes de l'individu-citoyen libanais et le libère des liens confessionnels.


Lire aussi

Berry : Combattre le terrorisme est une responsabilité arabe et internationale commune

« De la petite délinquance à l'islam jihadiste en seulement trois mois »

La stratégie américaine contre l'EI en Syrie pourrait se préciser

Dans le monde du jihad, el-Qaëda menacée par l'État islamique

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RAS LE BOL... TOUS, LES POURS ET LES CONTRES, ATTRAPENT LES ERREURS D'AUTRUI À L'ENVOL ! 3AL TAYER...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Correction ! Merci : ".... comme si cette étrange étrangère n'était plus sous les meurtrières du Pays, heureusement encore garnies grâce aux fortes Forces des Öûééétes de Samîr le Hakîm !...."

Massabki Alice

Ce nest pas avec de belles paroles et des
discours que l on change le cours des choses.

Bery tus

merci et encore une fois merci, au moins vous vous etes réunis du mieux que vous le pouviez avec tous les risques que cela comporte... maintenant au peuple libanais, vous n'allez pas finir de vous plainder se faisant de vous diviser??? il est facile d'etre derriere son ordinateur et de critiquer a tous vas tous ce que nos politiciens font, oui certains ne sont pas tous au top de leur forme.. mais falait il vraiment se diviser pendant que ce qui est attendu de nous c'est de s'unir sous la protection de notre etat, pour ceux qui critique tout le peuple et representant des libanais ont ete invites on ne peut pas forcer des personnes a venir contre leur gres !!

merci encore une fois merci de tjrs essayer sans pour autant faire comme d'autres c.a.d menacer en faisant du chantage !!!

Olivier Georges

Paroles, paroles, paroles... Il est inutile de faire référence à l'Etat sans pouvoir le définir. Il faut cesser avec cette obsession Daech, c'est donner trop de publicité à ces islamistes. On parle aujourd'hui de minorités car il n'existe pas d'unité et cette dernière ne peut être réalisée qu'avec un Etat qui aura entrepris selon moi toutes les démarches dans trois domaines : sa représentation locale, un meilleur contrôle budgétaire (pour tenter de contrer la corruption) et une distance vis-à-vis de la religion

Sabbagha Antoine

Encore du folklore libanais qui ne fait ni chaud ni froid .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VEUILLEZ EXCUSER MA SECONDE INTRUSION : MESSIEURS, AVEC TOUT MON RESPECT POUR VOS INVITÉS MESSIEURS MOHAMMAD HUSSEIN CHAMSEDDINE ET L'ULÉMA HANI FAHS, ET SURTOUT POUR LEUR POSITION PATRIOTIQUE ET ANTI COMMUNAUTAIRE TANT APPRÉCIÉE, JE ME DEMANDE COMBIEN DE CHIITES ILS REPRÉSENTENT AUJOURD'HUI ? IL FALLAIT INVITER, MÊME SI COMME OBSERVATEURS, CEUX QUI REPRÉSENTENT LA QUASI TOTALITÉ DE LA COMMUNAUTÉ CHIITE... AUSSI BIEN QUE CEUX QUI REPRÉSENTENT L'AUTRE MOITIÉ DES CHRÉTIENS ! UNIQUEMENT COMME OBSERVATEURS... POUR LEUR PASSER LE MESSAGE... COMME EN FONT DANS TOUS LES PAYS DÉMOCRATIQUES DU MONDE... LA LOGIQUE DEVRAIT PRÉVALOIR EN TOUT ET NON LES SENTIMENTS ! BONNE JOURNÉE À TOUS.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

La prochaine Cédraie devra consister non + à faire passer ce pouvoir rétrograde en d'autres mains, mais à le détruire. C'est la condition 1ère de toute Cédraie prochaine. C'est aussi ce que tentent toujours de faire, ces héroïques Cédraies éhhh libanais. De quelle souplesse, initiative et faculté de sacrifice sont doués ces Libanais éhhh Cédraies ! Encerclés since 05, par la trahison intérieure + encore que par l'ennemi extérieur, ils se soulèvent encore sous les lâches attaques bääSSyriennes comme s'il n'y avait jamais eu de conflit entre le Grand-Liban et cette sœur-syrie ; comme si cette étrange étrangère n'était plus sous les meurtrières" du Pays ! L'histoire ne connaît still pas d'exemple d'1 pareille grandeur. S'ils succombent, seul leur caractère "bon enfant" en sera cause. Ils eurent fallu marcher aussitôt sur Bääbdâh, après que les 8 Malsains eurent laissé 1 peu le champ libre juste après l’assassinat de Hariri. Par scrupule, la Cédraie laissa passer le moment. Elle ne voulait pas recommencer la guerre civile, comme si ce méchant avorton aSSadiot ne l'avait pas déjà recommencée, en tentant de la désarmer. Quoi qu'il en soit, la fière Cédraie, même succombant devant les loups, les cochons et les chiens, est et restera le + glorieux exploit éhhh libanais depuis longtemps. Que l'on compare les titans de ce Grand-Liban aux esclaves de sœur-syrie noussaïrie fakkihisto-Perscée avec ses mascarades posthumes, ses relents d'autocratisme, de secte, et de caserne !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRANSCOMMUNAUTAIRES... AVEZ-VOUS DIT ? Où SONT, AVANT TOUT, LES "VRAIS" REPRÉSENTANTS DE LA COMMUNAUTÉ CHIITE ? Où SONT TOUS LES REPRÉSENTANTS DE TOUS LES CHRÉTIENS ? MARGINALISER LE HEZBOLLAH, À CE STADE, COMME D'AUTRES LEADERSHIPS DU PAYS, ENLÈVE LE "TRANSCOMMUNAUTARISME" DONT ON SE TARGUE ET EXPOSE LE PAYS !!! ___ RÉUNION AU SOMMET DE TOUS LES LIBANAIS SANS EXCEPTION AUCUNE, ET DIALOGUE, POUR SORTIR LE PAYS DU GOUFFRE Où L'ABRUTISSEMENT GÉNÉRAL L'A PRÉCIPITÉ...

Beauchard Jacques

Mille fois d'accord : que ce point de vue salvateur infuse dans l'opinion publique! Mais quand même la photo jointe à l'article est parfaitement ségrégative même Mona Fayad, par ailleurs citée, a disparue: cette phallocratie n'est pas acceptable et elle est absolument contraire aux discours tenus.

Bahijeh Akoury

Une mascarade, des discours vides dans tous les cercles politiques sans aucune exception. Quand Daech sera au Liban ils fuiront tous avec leurs famillea comme ils en ont l'habitude et c'est le peuple et l'armée qui vont payer cher

Sylvie Baaklini

Il est temps que ses grands strateges realisent que si le pays en est la c'est bien le resultat d'une politique chargee de haine et de rancune adoptee depuis 2005.

Halim Abou Chacra

Tyrannie et terrorisme d'Israel contre le peuple palestinien; tyrannie et terrorisme de la dictature de Damas contre le peuple syrien; tyrannie et terrorisme de Daech contre tout ce qui n'est pas Daech. Distinguer entre ces trois fléaux c'est être super aveugle. Incitation à choisir l'un d'eux est une invitation au suicide.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Je te/nous hais !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué