Rechercher
Rechercher

proche-orient

A Gaza, la population civile est "au bord du gouffre"

Israël déterminé à "finir le travail" dans l'enclave palestinienne.

Plus de 230.000 réfugiés palestiniens s'entassent dans des conditions de précarité extrêmes dans les centres de l'UNRWA à Gaza. AFP PHOTO/MARCO LONGARI

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu jeudi que l'armée "finirait le travail" contre les roquettes et les tunnels du Hamas dans la bande de Gaza, malgré les critiques de l'ONU sur les lourdes pertes civiles palestiniennes. Jeudi soir, le Conseil de sécurité de l'ONU a de nouveau appelé à "un cessez-le-feu immédiat et sans conditions".

Quant à la situation dans la bande de Gaza, le chef de l'UNRWA Pierre Krähenbühl a évoqué ses "craintes d'apparition de maladies" et prévenu que la population civile était "au bord du gouffre". Désormais, plus de 230.000 réfugiés s'entassent dans des conditions de précarité extrêmes dans les 85 centres de l'agence à Gaza.

"Nous sommes déterminés à achever" la destruction des tunnels utilisés par les combattants du Hamas palestinien pour des attaques contre Israël, "avec ou sans cessez-le-feu", a prévenu M. Netanyahu après l'annonce de la mobilisation de 16.000 réservistes supplémentaires. "Nous n'accepterons donc aucune proposition qui ne permettrait pas à l'armée israélienne de finir ce travail", a-t-il prévenu au 24e jour d'une nouvelle guerre dévastatrice. Selon le général en charge du secteur de Gaza, Sami Turgeman, c'est "une question de jours".

Le Hamas, qui contrôle l'enclave palestinienne, refuse tout cessez-le-feu sans un retrait des troupes israéliennes du territoire, un arrêt des frappes et une levée du blocus imposé par Israël depuis 2006.

 

(Eclairage : Plus que jamais derrière leurs soldats, les Israéliens ne veulent pas d'une guerre « pour rien »)



Après le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, la Haut-Commissaire de l'ONU aux Droits de l'Homme Navi Pillay a condamné les attaques israéliennes touchant des maisons, des écoles, des hôpitaux et des centres de réfugiés, y voyant "un acte de défi délibéré" au droit international.

 

"Je veux que le Hamas continue"
L'armée israélienne a encore intensifié son offensive, entrant plus profondément dans l'enclave palestinienne, où des dizaines de Palestiniens sont encore morts jeudi, dans tout le territoire.

Tandis que des corps carbonisés arrivent à l'hôpital al-Chifa de Gaza, Mahmoud Alyan, un infirmier de 23 ans de Beit Lahiya venu soigner une blessure au ventre raconte: "Un drone a bombardé notre maison, les gens sont venus nous aider et le drone a bombardé encore. Il y a eu trois morts." "Moi je veux que le Hamas continue cette guerre, qu'il pousse Israël hors de Gaza", dit-il.
"Tous les deux ans, il y a la guerre ici, mais celle-ci c'est vraiment la pire", dit son ami Iyad Salim, 23 ans, déjà blessé lors de l'opération de 2008.

 

(Voir ici : Les larmes de Chris Gunness)



Mercredi avait été, avec près de 120 morts, l'une des journées les plus sanglantes de cette nouvelle guerre dans ce territoire de 40 km sur 10 où les quelque 1,8 million habitants, pour moitié des mineurs, ne sont nulle part à l'abri.

La chute d'au moins un obus sur un marché de Chajaya, à l'est de la ville de Gaza, a fait 17 morts et 150 blessés, selon les secours locaux, avec des scènes insoutenables de corps mutilés, de morts et de sang.

Et seize Palestiniens ont été tués à Jabaliya (nord), quand deux obus ont frappé de plein fouet une école de l'ONU où 3.000 Gazaouis avaient cherché refuge. Une frappe condamnée par l'Union européenne jeudi.
L'agence onusienne pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a clairement accusé l'armée israélienne, déplorant la mort d'enfants "tués alors qu'ils dormaient à côté de leurs parents sur le sol d'une salle de classe".

 

Deux petits Palestiniens blessés lors d'une attaque contre une école de l'UNRWA où ils avaient trouvé refuge. AFP / MOHAMMED ABED

 

L'"espoir" de Kerry
La Maison Blanche a, elle, affirmé qu'il y avait peu de doutes sur l'origine israélienne des tirs sur l'école, Israël ayant émis l'hypothèse de tirs du Hamas. Le porte-parole Josh Earnest a jugé le bombardement de bâtiments de l'ONU servant de refuge "totalement inacceptable et totalement indéfendable".

 

(Eclairage : USA - Israël, une relation de confiance à toute épreuve)



Les Etats-Unis ont dans le même temps accepté une demande de livraison de munitions à l'Etat hébreu, le Pentagone répétant l'engagement de Washington à "garantir la sécurité d'Israël".

L'armée israélienne, qui a pour sa part perdu 56 soldats, a annoncé avoir détruit une trentaine de tunnels souterrains souvent reliés entre eux, tandis que des experts israéliens évoquent un "Gaza sous Gaza" d'où le Hamas mène la bataille.

Depuis le 8 juillet, l'armée israélienne a comptabilisé près de 3.000 roquettes tirés sur Israël, qui ont tué trois civils. Dans le ciel de Gaza, une traînée interrompue suggère un tir intercepté par un système anti-missiles mis à rude épreuve. Au moins quatre roquettes ont été détruites en plein vol dans la soirée et une autre a endommagé une maison à Kyriat Gat, dans le sud d'Israël, blessant un civil, selon l'armée.

Jusqu'à présent vaines, les démarches diplomatiques ont repris. Une délégation israélienne est revenue du Caire, habituel intermédiaire. Aucune délégation palestinienne ne l'a pour l'heure suivie.
En déplacement en Inde, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a toutefois affirmé que les Etats-Unis gardaient "l'espoir" qu'un cessez-le-feu "pouvait être obtenu et le plus tôt sera le mieux".

Dans un discours, le Premier ministre turc, Recep Erdogan, proche du Hamas, a réitéré son analogie entre le régime nazi et Israël: "Dites-moi, quelle est la différence entre les opérations israéliennes et celles des nazis et d'Hitler?".

 

Voir aussi
30 juillet 2014 : une journée (en images) dans la bande de Gaza

 

Lire aussi
La guerre jusqu'à l'épuisement, le point de Christian Merville

Le traumatisme des Juifs de France, la tribune de Dominique Moisi

Le conflit israélo-palestinien touche la planète people


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu jeudi que l'armée "finirait le travail" contre les roquettes et les tunnels du Hamas dans la bande de Gaza, malgré les critiques de l'ONU sur les lourdes pertes civiles palestiniennes. Jeudi soir, le Conseil de sécurité de l'ONU a de nouveau appelé à "un cessez-le-feu immédiat et sans conditions".


Quant à la...

commentaires (7)

Pourquoi donc, "au bord du gouffre" ?! C'est plutôt "au fond" du gouffre.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

07 h 24, le 02 août 2014

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Pourquoi donc, "au bord du gouffre" ?! C'est plutôt "au fond" du gouffre.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 24, le 02 août 2014

  • En même temps c'est la force des armes et de l'entrainement de l'Iran qui permet aux résistants du Hamas de donner à ces laches poltrons du fil à retordre ! voir d'avoir gagné en leur faisant perdre la face de rats qui les habite .

    FRIK-A-FRAK

    20 h 58, le 01 août 2014

  • Mes chers Ami(e)s, Il est probable que certain(e)s parmi vous ne comprennent pas très bien pourquoi je fais preuve d'autant de mansuétude à l'égard de d'Israël. De fait, une telle opinion pourrait sembler au commun des mortels comme frappée au coin du plus élémentaire bon sens, tant les agissements des dirigeants d'Israël à l'endroit des malheureux habitants du territoire de Gaza sont d'une cruauté absolument inqualifiable. Aussi je me dois de vous fournir quelques explications. Voyez-vous, l'expérience tout autant que la raison m'ont appris qu'en matière diplomatique on peut être parfois amené à " hurler avec les loups ". Et ce, avec le seul souci d'amadouer l'adversaire et le conduire à faire la Paix. Mais, pour autant, jamais rien ni personne ne vous aura jamais obligé à vous engager, ainsi que le claironne ubi et orbi le premier ministre israélien, à dévorer ces pauvres brebis qui paissent en toute innocence sur les terres de celui qu'il prétend être son ennemi juré. Ai-je été suffisamment clair...? Avec l'espoir que mon discours vous aura paru convaincant, je vous assure de ma très fidèle amitié. Antoine Hakim-Ged

    Ged Antoine

    03 h 51, le 01 août 2014

  • L'AIDE AU CRIME EST TOUT AUSSI CRIMINEL !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 46, le 31 juillet 2014

  • Obama vient de commettre une nouvelle erreur au détriment du peuple arabe pour le seule justificatif de la sécurité d'Israël !!!! Ce Président est le pire Président que les USA ont élu. 1400 palestiniens dont 300 enfants (ces chiffres seront bientôt atteints) tués par des munitions US ne suffisent pas aux USA pour faire débarquer l'armée US à Gaza, obliger les factions armées du Hamas à déposer les armes, obliger l'armée israélienne à rentrer dans son pays, faire signer une paix durable et fructueuse entre les belligérants, et obtenir ainsi l'arrêt de la souffrance du peuple palestinien... Je suis un émule du Petit Prince ... mais pas boyscout Assez de tous ces fanatiques arabes qui apportent la mort avec eux sans résultats .... Et le Liban, avec le Hezbollah qui combat en Syrie et en Irak... Notre pays subit le sort de ces acharnés de la AK 47 et maintenant des roquettes et autres armes de gros calibres ... La destruction, la mort est-ce un idéal de vie du peuple arabe ?

    FAKHOURI

    14 h 50, le 31 juillet 2014

  • Le soutien indéfectible des États-Unis à Israël a toujours frisé l'indécence, surtout face à un bilan de pertes civiles dramatique qui s'alourdit d'heure en heure à Gaza. Même si Israël est la cible de violentes critiques en Europe, il n'empêche que les dirigeants européens trouvent bien leur place dans ce solide appui à l'Etat hébreu en se confortant dans cette position de spectateurs attentistes tout en déplorant, pour la forme, le massacre de femmes et d'enfants. Mais cette hypocrisie (sans parler de la stupidité des députés libanais) n'est rien par rapport à celle de l'Iran et des pays arabes. Ces derniers, grandes gueules qui ont toujours juré et craché d'éradiquer Israël de la carte, se contentent d'assurer tous les jours leur soutien et leur appui au Hamas. Sauf que ces épaulements ne sont que verbaux et bien entendu inefficaces puisqu'aucun d'eux ne bouge. Le comble de la fourberie vient de l'Iran, guide suprême du Mal qui, après avoir abandonné le Hamas, fait croire qu'il est solidement derrière lui dans sa lutte alors qu'en réalité il n'ose rien faire pour ne pas contrecarrer les accords secrètement conclus avec les Etats-Unis en matière de nucléaire. Et, cerise sur le gâteau, il demande aux pays arabes d'armer le Hamas ! Plus faux jeton que ça, tu meurs.

    Robert Malek

    14 h 12, le 31 juillet 2014

  • Les États-Unis en confirmant avoir réapprovisionné Israël en munitions ne font que réduire les chances de paix . Triste.

    Sabbagha Antoine

    13 h 32, le 31 juillet 2014