Rechercher
Rechercher

À La Une - Catastrophe aérienne

Crash de l'avion d'Air Algérie : aucun survivant, une boîte noire retrouvée

"Nous écartons depuis le début la possibilité d'un tir depuis le sol, hautement improbable voire impossible", a déclaré le secrétaire d'État français aux Transports, Frédéric Cuvillier.

Les premières photos diffusées le 25 juillet 2014 par les services de communication de l'armée française, des restes de l'avion d'Air Algérie, qui s'est écrasé au Mali, la veille. AFP Photo/ECPAD

Aucune des 118 personnes, dont les Libanais, à bord d'un avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali n'a survécu à la catastrophe, mais une boîte noire a été retrouvée vendredi au milieu des débris de l'avion désintégré qui aidera à déterminer les causes de sa chute.

"Il n'y a hélas aucun survivant", a déclaré le président français François Hollande lors d'une brève allocution télévisée. "Une boîte noire a été récupérée et acheminée vers Gao", dans le nord du Mali, par les militaires français qui ont sécurisé la zone, a-t-il ajouté, précisant que toutes les hypothèses, notamment climatiques, étaient étudiées pour expliquer ce crash.

 

(Lire aussi : La MEA est catégorique : l'espace aérien syrien est sûr)

 

Les débris de l'appareil, un McDonnell Douglas MD83 à destination d'Alger qui s'est écrasé 50 minutes après avoir décollé de Ouagadougou, ont été repérés jeudi soir par un hélicoptère de l'armée burkinabè dans la zone de Gossi, ville du nord du Mali située près de la frontière avec le Burkina Faso. Cette information de l'armée burkinabè a très vite été confirmée par la présidence française, qui a parlé d'une épave de l'avion "désintégrée", et un drone de l'armée française venu de Niamey, au Niger, a survolé la zone dans la nuit de jeudi à vendredi.

 

Dix-neuf Libanais se trouvaient à bord de l'avion selon un chiffre avancé vendredi par le ministre libanais des Affaires étrangères Gebran Bassil. Un premier bilan avait fait état de 20 Libanais, dont trois femmes et 10 enfants. 51 Français et 23 Burkinabès étaient également à bord, le reste des passagers venant de plusieurs autres pays, dont le Canada et l'Algérie. Les six membres de l'équipage de l'avion affrété par la compagnie algérienne étaient espagnols. L'avion transportait au total 118 personnes, et non 116 comme indiqué dans les précédents bilans, a déclaré vendredi la présidence française.

 

Un détachement terrestre d'une centaine de soldats français à bord d'une trentaine de véhicules a quitté Gao, la plus grande ville du nord du Mali, située à une centaine de km au nord de Gossi, et est arrivée sur les lieux du crash tôt vendredi matin. Selon le ministère français de la Défense, leur mission est de "sécuriser la zone", de recueillir des éléments utiles à l'enquête, ainsi que les corps des passagers.
Fleur Pellerin, secrétaire d’État aux Français de l'étranger, est arrivée dans la nuit à Ouagadougou, a indiqué à l'AFP son entourage, et pourrait se rendre sur les lieux.

 

 

(Lire aussi : En deuil, les Pays-Bas accueillent les premières dépouilles mortelles des victimes du vol MH17)

 

Tir depuis le sol hautement improbable

"Nous écartons depuis le début la possibilité d'un tir depuis le sol, hautement improbable voire impossible", a déclaré le secrétaire d’État français aux Transports, Frédéric Cuvillier, en rappelant que "les conditions météorologiques étaient extrêmement dégradées". "Après, est-ce la raison principale, y a-t-il eu un problème technique ou peut-être cumulatif ? Il reste à déterminer cela", a-t-il dit à la chaîne de télévision France 2. Le Premier ministre du Burkina Faso, Luc Adolphe Tiao, a de son côté déclaré que "maintenant que l'avion a été repéré, nous allons dépêcher sur place des équipes pour contribuer à retrouver les corps de nos compatriotes et nous prendrons toutes les dispositions pour les rapatrier".

 

La région de Gao reste une zone dangereuse où des jihadistes continuent à sévir, de même que d'autres bandits et trafiquants armés qui profitent de l'immensité de la zone en partie désertique qu'il est difficile de contrôler. Les soldats français y sont implantés depuis le début de leur intervention en janvier 2013 pour chasser du nord du Mali les groupes liés à el-Qaëda au Maghreb islamique (Aqmi), région qu'ils venaient d'occuper pendant neuf mois.

  

L'avion avait décollé de Ouagadougou avec 112 passagers et six membres d'équipage, à destination d'Alger dans la nuit de mercredi à jeudi. Il a disparu des écrans radar cinquante minutes après son décollage, selon Air Algérie. L'Association internationale du transport aérien (Iata) a indiqué vendredi qu'elle allait "tout mettre en oeuvre" pour améliorer la sécurité aérienne qui reste une priorité, après une semaine noire au cours de laquelle trois crashs d'avions ont fait plus de 460 morts. Avant le crash du MD83 affrété par Air Algérie auprès de la société espagnole Swiftair, un avion de la Malaysia Airlines s'était écrasé le 17 juillet dans l'est de l'Ukraine après avoir été abattu par un missile dans un territoire contrôlé par les séparatistes pro-russes, faisant 298 morts. Mercredi, un avion de la compagnie taïwanaise TransAsia Airways s'est écrasé sur une île au large de Taïwan après une tentative d'atterrissage par très mauvais temps, causant la mort de 48 des 58 occupants de l'appareil.

 

Lire aussi

Les compagnies aériennes européennes veulent une remise à plat des règles de survol


Aucune des 118 personnes, dont les Libanais, à bord d'un avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali n'a survécu à la catastrophe, mais une boîte noire a été retrouvée vendredi au milieu des débris de l'avion désintégré qui aidera à déterminer les causes de sa chute.
"Il n'y a hélas aucun survivant", a déclaré le président français François Hollande lors...

commentaires (1)

Que Dieu ait leurs âmes pour les 116 personnes décédées. Désormais il faudra penser deux fois avant de voyager.

Sabbagha Antoine

15 h 31, le 25 juillet 2014

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Que Dieu ait leurs âmes pour les 116 personnes décédées. Désormais il faudra penser deux fois avant de voyager.

    Sabbagha Antoine

    15 h 31, le 25 juillet 2014

Retour en haut