X

À La Une

Liban : les examens officiels reportés de cinq jours

Grille des salaires

Bou Saab fixe les priorités : préserver les intérêts des élèves et sauver l'année scolaire.

Rita SASSINE | OLJ
02/06/2014

Le ministre libanais de l'Education, Elias Bou Saab, a décidé lundi, le report des examens officiels. 

A l'issue d'une réunion avec le Comité de coordination syndicale (CCS), une délégation d'enseignants ainsi qu'un comité de parents d'élèves, M. Bou Saab a déclaré lors d'une conférence de presse que plusieurs options ont été discutées afin de trouver une solution à la tenue des examens officiels dans le contexte de la crise liée à l'adoption de la grille des salaires. Vendredi, le CCS avait annoncé une grève ouverte dans l'ensemble du secteur public et le boycott des examens officiels si la grille des salaires n'était pas approuvée avant le 7 juin.

La première option consiste à tenir les examens officiels à la date prévue du 7 juin, au cas où un accord sur la grille est trouvé. "Cela s'avère néanmoins impossible pour le moment", a immédiatement indiqué M. Bou Saab, soulignant également la difficulté pour les élèves de passer leurs examens dans un contexte de pressions.

La deuxième option consiste à reporter les examens officiels au 12 juin (soit après la séance parlementaire du 10 juin consacrée à la grille, ndlr), a ajouté le ministre.

"Faute d'accord, je me verrai alors dans l'obligation, et ce sera la troisième option, de prendre une position visant à préserver les intérêts des élèves et à sauver l'année scolaire", a déclaré M. Bou Saab. Cette option consisterait à préparer un plan d'action dans le but de tenir les examens "de façon inhabituelle". "Mais nous avons encore dix jours avant d'envisager une telle possibilité", a-t-il assuré.

"Cela ne veut pas dire que nous ne soutenons plus les demandes du CCS. Mais il ne faut pas porter préjudice aux intérêts des élèves", a-t-il encore souligné.

 

Report de cinq jours
En attendant les développements des prochains jours, le ministre Bou Saab a annoncé avoir pris la décision de reporter de cinq jours les examens officiels. Les examens (brevet et baccalauréat) auront lieu entre le 12 et le 27 juin.

 

La dernière séance parlementaire qui devait être consacrée, le 27 mai, à l'étude de la grille avait été levée faute de quorum. Le CCS avait rejeté le 7 mai le rapport de la sous-commission parlementaire présidée par le député Georges Adwan en charge de l'étude du financement de la grille des salaires, le qualifiant d'"insulte au peuple libanais et d'un coup contre l'union nationale". Le CCS insiste par ailleurs sur une augmentation de 121 % des salaires des fonctionnaires et des enseignants des secteurs public et privé, avec un effet rétroactif à compter du 1er juillet 2012. Il demande l'annulation de tous les articles concernant les contractuels et demande que des concours soient organisés pour les cadrer. Le CCS insiste par ailleurs sur la nécessité d'annuler les augmentations fiscales qui touchent les classes sociales les plus défavorisées et demande que soient mises en place les taxes sur les bénéfices bancaires et immobiliers ainsi que sur les biens-fonds maritimes spoliés.

 

"Tout l'Etat serait paralysé à partir du 7 juin"
Lundi, le président du CCS, Hanna Gharib, a averti lors d'une conférence de presse que "si la grille des salaires n'est pas adoptée, tout l'Etat sera paralysé à partir du 7 juin, pas seulement les examens officiels". "La grille est un droit pour les salariés, a-t-il réitéré. Jusqu'à ce jour, ils ne veulent pas l'adopter. Ils la reportent sans cesse dans la perspective de l'annuler". Le syndicaliste a en outre accusé les responsables libanais de prendre tout le peuple en otage. "Nous sommes solidaires des élèves, a-t-il ajouté. Les examens officiels auront lieu, mais pas avant l'obtention de nos droits". M. Gharib a dans ce contexte assuré que le CCS mène des contacts pour revendiquer ses droits. "Nous voulons la grille le 10 juin", a-t-il martelé.

Dans le cadre de ses mesures de pression, le CCS a organisé aujourd'hui un sit-in devant les centres d'enseignement. Un autre sit-in est prévu devant le ministère de l'Education et de l'Enseignement supérieur le 6 juin à partir de 9 heures. Le CCS a également appelé à des assemblées générales et à des grèves dans les ministères et les administrations publiques de toutes les régions aujourd'hui, demain et mercredi. La grève générale et les possibles mesures d'escalade devraient débuter le 7 juin.

 

Lire aussi
Chammas : Non à une économie qui doit supporter deux peuples

Le FMI appelle à augmenter l'aide au Liban

Bifex : trouver de nouvelles pistes pour mieux résister aux crises

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

Nous saluons le courage du ministre Bou Saab pour la tenue des examens le 12 juin au maximum car l’avenir des élèves est en jeu .

Robert Malek

Même les jeunes qui ne demandent rien à part passer leurs examens sont victimes de l'irresponsabilité de nos gros pleins de soupe de dirigeants, les députés les plus fainéants du monde.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué