X

Campus

Nour Hage met le talent à la mode

À seulement 25 ans, la styliste Nour Hage s'est lancée dans une série de collections vestimentaires dont l'élaboration exigeante des pièces dénote un sens aigu du dépouillement.

Maya SOURATI | OLJ
08/03/2014

Pour Nour, rien n'est parfait, rien n'est fini. Ou du moins, rien ne devrait l'être. C'est dans l'asymétrie de ses pièces, la fusion de textures lisses et rugueuses, qu'elle exprime son esthétique et son tempérament.
Alors qu'elle se passionne très jeune pour le stylisme, Nour n'en est pas pour autant une accro de la mode médiatique. À Paris, et dans le cadre de ses études de stylisme à la Parson School of Art, elle se découvre et développe une fascination pour le détail. C'est dans le cadre d'un stage chez le styliste allemand Damir Doma qu'elle vit un déclic. « Ce styliste était une grande source d'inspiration. Il avait commencé à un très jeune âge et faisait déjà la semaine de la mode à Paris. Je me suis dit que, comme lui, j'allais me lancer malgré mon jeune âge », confie la jeune femme.

L'urgence du retour à la pureté des choses
Inspirée par l'expression japonaise « wasi sabi » qui désigne le concept esthétique dérivé de principes bouddhistes zen et du taoïsme, le style de Nour est aussi marqué par le vécu de sa ville natale, Beyrouth. « La cohabitation d'anciens et de nouveaux immeubles m'incite à réorganiser, dans mes pièces vestimentaires, le chaos tout en l'épurant », explique-t-elle.
Sa collection automne/hiver au nom évocateur de Blāo (du germanique blēwaz qui veut dire bleu) est la première d'une série consacrée aux couleurs primaires où se mêlent des couleurs charbon, bois de rose, cobalt ou encore chêne, revêtant ainsi d'idée du réconfort et de la paix. Nour insiste sur l'urgence de revenir à la pureté des choses. Un travail délicat, inspiré par une vision intemporelle de la beauté. « Les finitions classiques qui tendent à perfectionner une pièce ne m'interessent pas. Je voue au contraire une attention particulière aux finitions intérieures, qui ressortent », explique la jeune styliste.
Pour sa seconde collection, printemps-été, du nom exotique de Kurkuma, Nour a choisi un cocktail de couleurs jaune, orange, noire et grise. Dévoilant des pièces radieuses, Kurkuma invoque ainsi la célébration d'une naissance qui habille de chaleur et d'espoir.
Exigeante, rigoureuse, sensible, Nour veut garder sa vision personnelle des choses tout en s'ouvrant aux autres cultures. Elle approche l'élégance en opposant des contraires qu'elle trouve dans sa perception intime du monde, conciliant aspect pratique et créativité. Après le bleu et l'orangé, sa prochaine collection devrait incarner le rouge.
Son site web :
http ://nourhage.com

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué