Rechercher
Rechercher

Liban - Diplomatie

La conférence des Amis du Liban, à Paris, pourrait plancher sur une aide économique « exceptionnelle »

Sleiman présidera la conférence des Amis du Liban le 5 mars, à Paris, entouré de Ban, Ashton, Arabi et des représentants des Cinq Grands ; des pays arabes pourraient être invités...

La conférence des Amis du Liban prévue à Paris le 5 mars réunira autour du président Michel Sleiman des représentants des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité, ainsi que ceux des pays et organismes suivants : l'Italie, l'Allemagne, l'Espagne, l'UE (en la personne de Catherine Ashton), l'ONU (le secrétaire général Ban Ki-moon) et la Ligue arabe (que représentera très probablement son secrétaire général, Nabil el-Arabi).
Cette information a été confirmée hier par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal, qui confirmait ainsi officiellement la réunion qui devra décider et concrétiser l'aide internationale au Liban.
M. Nadal n'a mentionné aucun pays arabe, mais n'a pas précisé que la liste des participants était complète. De source proche du Quai d'Orsay, qui se charge d'envoyer les invitations, on laisse entendre que des pays arabes seront invités dans les prochains jours et que le niveau de la représentation sera celui des ministres des Affaires étrangères. Les séances auront lieu très probablement au Quai d'Orsay même et les participants seront reçus à l'Élysée par le président François Hollande. Un sommet franco-libanais est également prévu, puisque ce sont les présidents Hollande et Sleiman qui ont parlé de cette réunion, directement et pour la première fois, lors de leur récente rencontre à Tunis où ils s'étaient rendus à l'occasion des festivités ayant marqué l'adoption de la nouvelle Constitution tunisienne.
Sur l'ordre du jour de la conférence, qui n'a pas encore été fixé dans les détails, le porte-parole du Quai d'Orsay a indiqué qu'il s'agira, sous le titre de soutien à l'indépendance, la souveraineté, la liberté et l'intégrité territoriale du Liban, d'étudier le montant et le processus de l'aide humanitaire qui permettra à Beyrouth de faire face à la déferlante des réfugiés syriens et d'accélérer la fourniture de l'aide militaire au Liban. Il sera également question d'une aide économique exceptionnelle pour le Liban qui devra non seulement absorber le choc des réfugiés syriens, mais relancer son économie après la longue crise qui a paralysé le pays dix mois durant du fait de l'absence de gouvernement. Sans compter la détérioration de l'état de la sécurité (attentats à la voiture piégée, plasticages de mosquées, assassinats d'hommes politiques et de chefs religieux), et les tensions politiques et intercommunautaires.

Présidentielle
De source diplomatique arabe, on apprend que de grands sujets politiques seront discutés par les Amis du Liban pour lui permettre de se redresser et de demeurer à l'écart de la guerre en Syrie, si celle-ci devait se poursuivre. Ces sujets seraient, par ordre de priorité, une entente sur le profil du prochain président de la République, pour que son élection se déroule dans les délais constitutionnels prévus, et l'adoption par l'Assemblée d'une nouvelle loi électorale pour assurer une représentation parlementaire équitable.
Sans aller jusqu'à une évocation des noms de « présidentiables », des pays participants pourraient, selon une source politique française, demander en coulisses, et non lors des séances plénières, des précisions sur les critères selon lesquels il faudra pressentir un « candidat présidentiel chrétien fort... », comme le souhaitent les chrétiens du Liban.
Et un député ami du Liban de temporiser en affirmant qu'il n'est nullement question de mentionner un nom quelconque le 5 du mois prochain à Paris, puisque l'objectif prioritaire de la conférence est le soutien humanitaire, militaire et économique.

La conférence des Amis du Liban prévue à Paris le 5 mars réunira autour du président Michel Sleiman des représentants des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité, ainsi que ceux des pays et organismes suivants : l'Italie, l'Allemagne, l'Espagne, l'UE (en la personne de Catherine Ashton), l'ONU (le secrétaire général Ban Ki-moon) et la Ligue arabe (que représentera très...
commentaires (5)

ET malgré la présence aussi à son "Quai d'orsay" de ce boSStroSS-palais déjà "Déshérité", du Beauf orangé !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

13 h 15, le 25 février 2014

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • ET malgré la présence aussi à son "Quai d'orsay" de ce boSStroSS-palais déjà "Déshérité", du Beauf orangé !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    13 h 15, le 25 février 2014

  • JE VEUX EN MOURIR SI JE NE CORRIGE PAS CETTE GAFFE : PRIÈRE LIRE HONORABLES ET NON HONORANTES...

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 05, le 25 février 2014

  • Heureusement qu'ils existent encore, ces Amis du Liban, malgré la présence de ces Takfiristes Fakkihistes au sein de son gouvernement !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 58, le 25 février 2014

  • DE BAN ON ENCAISSERA UN LARGE ET BEAU SOURIRE... DE ARABI UN ACQUIESCEMENT DE TÊTE... DE ASHTON DES PROMESSES QUI SE DILUERAIENT DANS LES AIRS... DU MASTODONTE, À PEINE LE PRIX D'UNE DONTE... DE L'OURS, ET QUE PEUT-IL OFFRIR SINON UNE CARESSE DE SA PATTE... DE LA SAOUDITE, DU KUWAIT ET DES EMIRATS DES AIDES CERTAINES, ESPÉRONS QU'ELLES SOIENT HONORANTES... ET DES AUTRES RÉGIONAUX DES PAROLES PROPRES À GONFLER LES AIRS... PAUVRE LIBAN TOUS CES SUPPOSÉS AMIS ET DONATEURS SONT LES PROMOTEURS ET OU LES INSTIGATEURS DE TES MALHEURS !

    LA LIBRE EXPRESSION

    20 h 59, le 24 février 2014

  • Monsieur Michel Sleiman et Cher Président du Liban, Le bruit court avec insistance que vous ne solliciteriez pas le renouvellement de votre mandat de Président du Liban. Libanais de coeur et de sang, mais vivant dans la lointaine France et ne maîtrisant pas parfaitement toutes les subtilités du jeu politique de votre pays, je vous confie qu'une telle décision m'attriste profondément. Tant il est évident que sans votre présence à la tête de l'Etat, il y aurait belle lurette que le Liban serait retombé dans la spirale infernale de la guerre civile et son cortège d'atrocités et de haine. Vous êtes le seul aujourd'hui à pouvoir préserver le pays de la division et de l'anarchie. Monsieur Michel Sleiman et Cher Président du Liban, Vous êtes jeune, vous êtes brillant, vous êtes ardent, vous aimez plus que tout le Liban. Alors je vous en adjure, Monsieur le Président, restez à la tête du pays. Il est de votre devoir de poursuivre votre noble tâche et de ne point décevoir toutes celles et tous ceux qui comme moi apprécions votre action et vous aimons aussi fort que nous aimons notre beau Liban. Avec mon très fidèle et très affectueux souvenir, Antoine Hakim-Ged

    Ged Antoine

    15 h 09, le 23 février 2014

Retour en haut