X

Liban

Ibrahim Maalouf signe la BO du film « Yves Saint Laurent »

La bonne nouvelle du lundi

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires, attentats... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

13/01/2014

Yves Saint Laurent, le biopic tant attendu consacré au célèbre couturier de génie, est sorti sur les écrans français mercredi dernier. Le comédien Pierre Niney y incarne Yves Saint Laurent, et Guillaume Gallienne, Pierre Bergé, compagnon et mécène du couturier. Pour réaliser la bande originale (BO) de son film, le réalisateur Jalil Lespert a fait appel à Ibrahim Maalouf, le trompettiste de jazz franco-libanais à qui tout réussit.
En 2013, à 33 ans seulement, Ibrahim Maalouf a été sacré artiste de l'année aux Victoires du jazz. La même année, il sortait son 5e album, Illusions, un succès, comme l'est aussi l'album du slammeur Grand Corps malade, que le trompettiste a composé et réalisé. Véritable virtuose, le Franco-Libanais joue d'un instrument particulier, la trompette « orientale », une trompette inventée par son père à la fin des années 1960 qui permet de descendre d'un quart de ton grâce à l'ajout d'un 4e piston.

 

 


« Je voulais confier la musique originale à un jeune prodige du jazz français, Ibrahim Maalouf (...) Ses thèmes m'ont séduit. Rapidement, je me suis aperçu qu'à mon sens, c'était la meilleure sonorité pour cette histoire car elle était à la fois romantique, fragile, parfois mélancolique et en même temps d'une grande fraîcheur », a déclaré Jalil Lespert.


Interview express d'Ibrahim Maalouf autour de cette collaboration.

Pourriez-vous décrire la bande originale que vous avez composée pour le film ?
La BO est très particulière. Une partie de la musique est écrite pour piano et orchestre classique. Une autre en formation quintette de jazz et une partie en forme de chansons. Ce n'est pas la première fois que j'écris une BO, mais c'est la première fois que j'en écris une aussi imposante et conséquente.

Comment s'est passée la collaboration avec Jalil Lespert, le réalisateur ?
Extrêmement bien. Jalil est une personne adorable. Il est très attentionné et bienveillant. On s'est tout de suite très bien entendus.

Que représente-t-elle dans votre parcours ?
C'est une étape assez importante pour moi car j'avais depuis très longtemps envie et besoin de me frotter au monde du cinéma de manière un peu plus conséquente. Composer la BO d'un tel film, c'est la porte ouverte à un monde qui me passionne depuis des années. J'espère avoir d'autres occasions de travailler dans des conditions aussi bonnes que celle-ci et de créer sur l'image.

Quels sont les défis ou difficultés que vous avez dû surmonter ?
Avant tout, le temps. Nous étions extrêmement serrés à ce niveau. J'ai composé cette musique alors que j'étais en tournée en Asie. Un sacré challenge! Et aussi la diversité des musiques à proposer. Écrire pour un orchestre symphonique n'a rien à voir avec le fait d'écrire du jazz. Il a fallu beaucoup de travail et de recherche, et le tout en un temps record !

Quelle a été votre inspiration pour composer cette BO ?
Le personnage d'Yves Saint Laurent surtout. Et le jeu des acteurs. Pierre Niney et Guillaume Gallienne sont de vrais acteurs/comédiens. Ils ont joué à la perfection ces rôles, et en étant sur le tournage, je voyais la différence entre la réalité de leur personnalité et la modification qu'ils devaient appliquer pour correspondre aux personnages. Et je me disais : « Voilà, c'est ça qu'il faut que je fasse, mais en musique. »

Quels sont vos projets ? En avez-vous concernant le Liban ?
Il y a une grosse tournée avant tout avec mon album Illusions qui est sorti il y a 2 mois. Et beaucoup de créations, avec orchestre notamment. Je travaille aussi avec des chanteurs et réalisateurs de films. Malheureusement, comme je le regrette depuis plusieurs années, il n'y a pas encore de projet qui se dessine pour moi au Liban. Mais je ne perds pas espoir. Peut-être que des chanteurs ou des chanteuses feront appel à moi.

 

Pour écouter la BO du film, cliquez ici

 

 

Dans la même rubrique

Une carte participative pour recenser le patrimoine libanais

Des taxis gratuits à Beyrouth pour la nuit du Nouvel An

Bernard Mourad se mue en sauveur de vies avec son application mobile mySOS

Au Liban, une initiative recyclage intelligente et design

La flore du Liban désormais à portée de clic

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants