X

À La Une

"Il n'y a rien en Syrie... Notre pays est le pays de la mort"

Reportage

A la frontière turque, des Syriens épuisés fuient une guerre sans fin...

OLJ/AFP
12/01/2014

Il arpente les quelques mètres le séparant de la frontière, tressaillant à chaque coup de feu. Il a fui la Syrie au début des combats entre rebelles et jihadistes il y a une semaine, mais sa fille de 14 ans est restée derrière.
Quand les combats ont éclaté à Tal Abyad, près de la frontière, l'adolescente était à l'autre bout de la ville, chez sa tante, explique l'homme, qui refuse de donner son nom par crainte des représailles. "Je lui ai dit de rester où elle était, que je viendrai la chercher le lendemain ou le surlendemain."
C'était il y a une semaine.


Depuis, le nord de la Syrie est à feu et à sang, différents groupes rebelles s'étant unis pour chasser les jihadistes de Da'ech ou l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), accusés de volontés hégémoniques et d'exactions dignes de celles commises par le régime de Bachar el-Assad. Les militants ont qualifié ces combats de deuxième soulèvement, après la révolte de 2011 contre Assad. Mais pour les habitants de Tal Abyad qui ont préféré fuir en Turquie, ce n'est que le dernier chapitre en date d'un conflit interminable.


"Nous sommes si fatigués", explique le père dont la fille est restée en Syrie. "Nous ne voulons plus d'aucun de ces groupes armés... Ils viennent, ils se battent, et nous laissent démunis".
Il raconte comment les combattants de Da'ech ont imposé une version austère de la loi islamique dans sa ville, interdisant aux gens de fumer ou de raser leurs barbes. "Ils m'arrêtaient dans la rue, et me disaient que je n'avais pas le droit de me promener en public avec ma fille, même si elle était entièrement voilée", poursuit-il. "Je suis son père!".


Au poste-frontière, un jeune homme qui affirme s'être battu dans les rangs de l'Armée syrienne libre (ASL, soutenue par les puissances occidentales), explique que Tal Abyad est désormais une ville fantôme.
"Il ne reste plus un seul civil, que des combattants", raconte-t-il.

 

"Ce sont les pauvres qui perdent dans cette guerre"
Une partie des habitants ont trouvé un refuge, qu'ils espèrent temporaire, à Akcakale, une ville frontalière poussiéreuse, où ils s'installent dans les fondations en béton d'immeubles en construction.
"Je suis venu en Turquie parce que j'avais peur pour mes enfants", explique Abu Mohammed, 34 ans, qui a passé la frontière avec sa femme et ses quatre enfants, dont un nouveau-né.
La nuit, quand la température tombe en-dessous de zéro, des habitants les invitent à se réfugier chez eux. La journée, ils campent sur un trottoir.
Sa vie d'avant 2011 lui manque. Le soulèvement pacifique contre Bachar el-Assad s'est transformé en guerre civile, et "ce sont les pauvres qui perdent dans cette guerre. Ils n'ont pas d'argent pour s'acheter à manger", affirme-t-il.


Pour un autre réfugié, Ahmad Abdelrahim, Akcakale n'est que la nouvelle étape d'une odyssée effrayante et sans fin pour fuir la guerre. Ce père de famille de 45 ans, qui travaillait avant la guerre comme garde dans les bus touristiques, a quitté Alep en novembre, quand les avions du régime ont bombardé son immeuble.
D'Alep, il est parti à Tal Abyad, où il dormait avec sa femme et ses cinq enfants dans une école abandonnée. Jusqu'à ce que les récents combats les entrainent de l'autre côté de la frontière. "Il n'y a rien en Syrie... Pas de nourriture, pas d'électricité, rien. Notre pays est le pays de la mort", conclut-il.

 

Lire aussi
L'armée syrienne s'empare d'une ville de la province d'Alep

À Paris, un jeune Libanais enseigne le français aux réfugiés syriens

 Pour mémoire
"Anéantir" les rebelles syriens, combattre les chiites en Irak : l'EIIL appelle à la mobilisation sur tous les fronts

La « fiancée de la révolution » syrienne sous l'emprise d'el-Qaëda

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Il y a une réunion des "amis de la Syrie" en ce moment , faites passer ce message à vos amis !! mais ils sont où vos amis après la tornade ? a friend in need is a friend indeed !! ils sont où vos amis ? on vous l'avait dit de pas rentrer dans cette magouille , non ??

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants