X

Liban

Israël met en garde le Hezbollah contre toute attaque après l’assassinat de Lakkis

Liban

Au moins trois personnes auraient abattu de plusieurs balles le cadre chiite, alors qu'il se trouvait à l'intérieur de sa voiture devant sa maison à Hadeth.

OLJ
05/12/2013

Le Hezbollah a annoncé mercredi l'assassinat de l'un de ses leaders près de Beyrouth, accusant directement Israël, l'ennemi juré du parti chiite.


« La Résistance islamique annonce la mort de l'un de ses leaders, le martyr Hassane Hawlo Lakkis, qui a été assassiné près de sa maison dans la région de Hadeth », à l'est de Beyrouth, a annoncé le mouvement dans un communiqué repris par sa chaîne de télévision al-Manar. M. Lakkis, qui a été la cible de plusieurs tentatives d'assassinat par le passé, rentrait de son travail. Selon le communiqué du Hezbollah, Lakkis est membre du parti depuis la création du mouvement. Son fils a été tué lors de la guerre de 2006 contre Israël.
D'après une source proche du Hezbollah, Lakkis était très proche du chef du parti, Hassane Nasrallah.


Son assassinat est intervenu mardi vers minuit, peu de temps après une interview télévisée du chef du parti.
Selon la LBC, au moins trois personnes ont attaqué le responsable du Hezbollah et l'ont abattu de plusieurs balles alors qu'il se trouvait toujours à l'intérieur de sa voiture, une Jeep Cherokee, devant sa maison, située dans un complexe résidentiel à Hadeth. Il aurait été tué à l'aide d'un silencieux. C'est ce que laisse supposer le témoignage du concierge de l'immeuble qui a affirmé n'avoir entendu que le seul bruit de vitres brisées.
Les obsèques ont eu lieu hier à Baalbeck en présence de figures importantes du parti.


Des sources citées par l'agence al-Markaziya ont indiqué que le responsable chiite était l'une des personnes qui assurait la coordination avec le commandement militaire syrien durant les batailles. La BBC a indiqué de son côté qu'il a été formé aux combats et à la confection d'armes et d'explosifs en Iran.
Selon le New York Times qui cite le FBI, Lakkis était un proche de l'ancien responsable militaire du parti, Imad Moghniyé, assassiné en 2005.

 

Les revendications
Mercredi à la mi-journée, un groupe se faisant appeler la « Brigade des sunnites libres de Baalbeck » a revendiqué l'assassinat. « La Brigade des sunnites libres de Baalbeck met en garde Nasrallah contre la prise des sunnites pour cibles avec pour objectif de prendre le contrôle du Liban », affirme le groupe encore inconnu sur son compte Twitter.. « Nous avons à plusieurs reprises mis en garde contre les exactions et les arrestations dont sont victimes les sunnites à Baalbeck de la part des chabbiha du Hezbollah », ajoute le groupe dans un arabe approximatif. « À partir d'aujourd'hui, les mosquées des sunnites ne seront plus violées à Baalbeck », poursuit encore la Brigade des sunnites libres.


Quelques heures plus tard, un autre groupe baptisé la « Brigade des partisans de la nation islamique » (Katibat Ansar al-Oumma al-Islamiya) a également revendiqué l'assassinat. Dans un communiqué envoyé à plusieurs médias libanais, le groupe affirme que cet assassinat s'inscrit dans le cadre d'une opération baptisée « Invasion de la banlieue sud (de Beyrouth) ». « Les héros ont réussi à infiltrer la banlieue sud pour éliminer Hassane Lakkis, l'un des principaux responsables du massacre de Qoussair », souligne le texte.


Le mufti de Baalbeck, cheikh Khaled Saleh, a immédiatement démenti la revendication faite par la « Brigade des sunnites libres de Baalbeck », soulignant qu'il n'existe pas « de groupuscules extrémistes dans la ville et ses environs, notamment au sein de la communauté sunnite ». Le dignitaire sunnite a mis en garde « contre ceux qui agissent dans l'ombre afin d'entraîner la ville dans la discorde ».


Des centaines de combattants du Hezbollah sont engagés aux côtés des forces de Bachar el-Assad en Syrie et ont joué ces derniers mois un rôle-clé dans plusieurs batailles, dont la prise de Qoussair, dans la province de Homs, près de la frontière libanaise. L'Organisation syrienne des droits de l'homme (OSDH) a notamment fait état, ces dernières semaines, de l'engagement des combattants du parti chiite libanais dans la bataille dans la région de Qalamoun.

 

Israël pointé du doigt
Plus tôt, le Hezbollah avait accusé Israël de l'assassinat. « L'accusation directe est dirigée naturellement contre l'ennemi israélien qui a tenté d'éliminer notre frère martyr à plusieurs reprises et dans plusieurs endroits, mais ses tentatives avaient échoué jusqu'à celle d'hier soir », pouvait-on lire dans le communiqué du parti chiite. « Cet ennemi doit assumer l'entière responsabilité et toutes les conséquences de ce crime ignoble », a poursuivi le parti.
La piste israélienne a d'ailleurs été pointée du doigt par plusieurs parties, notamment le mouvement Amal, le Parti syrien national social, le parti Baas, le mouvement islamique al-Tawhid, le Parti communiste libanais, ainsi que l'Iran qui, par le biais de son ambassadeur au Liban, a indiqué que Lakkis avait « asséné des coups durs à l'ennemi sioniste ».
Plus explicite, le bras droit du ministre iranien des Affaires étrangères, Hussein Amir Abdel Lahyan, a accusé frontalement « des courants sionistes dans la région d'avoir assassiné Lakkis en utilisant les takfiristes ».
Le gouvernement syrien, qui a vivement condamné l'assassinat de Lakkis, en a également fait assumer « l'entière responsabilité » à l'État hébreu.

 

L'État hébreu dément
Dans le Haaretz, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, a démenti toute implication de l'État hébreu dans cette affaire. « Israël n'a rien à voir avec cette affaire », a déclaré M. Palmor. « Ces accusations automatiques sont un réflexe pavlovien du Hezbollah. Il n'a pas besoin de preuves ou de fait, il accuse Israël de tout. »
En soirée, Israël a haussé le ton, mettant en garde le Hezbollah contre toute attaque visant son territoire. « Si le Hezbollah se livre à une attaque contre le territoire israélien, notre réplique sera ferme et douloureuse », a prévenu à la radio militaire le vice-ministre de la Défense, Danny Danon.


Condamnant « les assassinats politiques » ainsi que toutes les manifestations guerrières de la banlieue sud jusqu'à Tripoli, le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, s'en est remis pour sa part à la justice qui, a-t-il dit, doit prendre son cours dans toutes les affaires à caractère sécuritaire.
Quant au secrétaire général de l'alliance du 14 Mars, Farès Souhaid, il a condamné l'assassinat de Hassane Lakkis. « Nous rejetons l'assassinat de toute personne. Il s'agit d'un acte lâche et nous le condamnons », a affirmé M. Souhaid dans un Tweet.


Le dernier assassinat d'un leader du Hezbollah remonte à 2005, quand Imad Moghniyé, chef militaire du parti, était tué dans l'explosion de sa voiture à Damas. Avant cela, en 1992, des hélicoptères israéliens avaient ouvert le feu sur un convoi dans lequel se trouvait cheikh Abbas Moussaoui, qui était à la tête du Hezbollah avant Hassane Nasrallah. Le responsable avait été tué ainsi que son épouse, son tout jeune fils et quatre gardes du corps. En 1984, un autre leader du parti, cheikh Ragheb Harb, avait été abattu au Liban-Sud.

 

Lire aussi

Sleiman : Il est inadmissible de nuire à nos relations historiques avec l'Arabie saoudite

Le secrétariat du 14 Mars accuse le chef du Hezbollah d'œuvrer à torpiller l'entente irano-saoudienne
Pour Nasrallah, l'Arabie saoudite pourrait être impliquée dans l'attentat contre l'ambassade d'Iran

 

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Faut il expliquer a l'intelligence humaine que Israel et la bensaoudie sont allies dans leur combat contre le hezb et allie tout court, non mais c'est dur de comprendre ca ????

M.V.

Les fermes de Seebha ...ne sont pas prête libérée...

Sabbagha Antoine

Entre le marteau des sunnites et l'enclume d' Israël , le Hezbollah est de plus en plus menacé et ironie du sort entre deux camps adverses.

Robert Malek

Que le Hezb ait la décence de ne pas se poser en victime. Mais bon, demander de la décence à des mercenaires c'est comme demander au boucher de Damas ou à tout autre dictateur sanguinaire de faire preuve d'humanité...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

RÈGLEMENT DE COMPTE, AH OK, A HADITH....

Ali Farhat

Une chose est certaine; le hezb ne laissera passer les assassinats de certains de ses responsable comme si de rien n'était.. mais comme à son habitude, il n'agira que lorsque d'excellentes chances de résussite seront réunies. Les mises en garde de ces criminels n'ont jamais eu un moindre impact sur les décisions de la résistance comme tout suiveur des évennements régionaux sait.. c'est adressé uniquement aux poltrons Libanais qui agissent pour leurs interets (directement ou indirectement) mais surtout à leur peuple de sionistes émigrés et occupants.

IMB a SPO

Bien sur que lesmartyres ne meurent jamais. Continuez a vous entretuez pendant que le al 3adou al israili prepare l exploration de petrole en mer, construit ses infrasturtures sociales et progresse.....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR L'ASSASSINAT DE LAKKIS J'APPROUVE L'ACCUSATION DU HEZB CONTRE ISRAËL ! LES AUTRES N'ÉTANT QUE DE LÂCHES SEMEURS DE VOITURES PIÉGÉES UNIQUEMENT !

ACE-AN-NAS

Il etait surtout un expert en communications et specialiste des drones de la resistance . On constatera que depuis la mort de Imad Moughniye le hezb n'a fait que progresser dans ses techniques de resistance , il faudra assimiler cet assassinat a celui qui avait ete fait sur des scientifiques nucleaires, et a ce jeu seul israel est responsible , meme si le bras utilise est celui des bandaristes . Le hezb resistant doit tenir le bon bout , la preuve en est ce lache assassinat , le hezb saura repondre dans les regles de l'art . Paix a son ame a ce heros des resistances libanaises .La lute continue et les martyrs ne meurent jamais pour rien , NON JAMAIS .

Halim Abou Chacra

Tiens ! Le Hezbollah se rappelle que l'ennemi c'est Israel et non le peuple syrien !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué