Rechercher
Rechercher

À La Une - Répression

Un troisième militant pro-démocratie arrêté en Egypte en une semaine

Ahmed Douma a été interpelé pour avoir participé à l'"organisation d'une manifestation illégale".

M. Douma avait été condamné en juin dernier à six mois de prison pour insulte au chef de l'Etat après l'avoir qualifié lors d'une émission télévisée de "criminel et de tueur ayant échappé à la justice". Photo via Facebook

Un nouveau militant des mouvements laïques de la jeunesse a été arrêté mardi en Egypte pour avoir participé à une manifestation, le troisième en une semaine.

Ahmed Douma "a été arrêté et les policiers lui ont annoncé qu'il était accusé d'avoir participé une manifestation samedi", a déclaré à l'AFP son épouse, Nourhan Hefzy. Il est actuellement interrogé par le Parquet, a-t-elle ajouté.

Tôt mardi, M. Douma avait écrit sur Twitter: "Je suis actuellement au commissariat d'al-Bassatine. Je ne sais pas encore ce qu'on me reproche et la raison de mon arrestation".



Des sources judiciaires ont confirmé à l'AFP que M. Douma était interrogé, précisant qu'il devait répondre de l'"organisation d'une manifestation illégale" et de "violences" samedi devant un tribunal du centre du Caire.

Samedi, des dizaines de militants laïques avaient été dispersés par la police à coups de grenades lacrymogènes devant ce tribunal, en vertu d'une récente loi interdisant tout rassemblement public n'ayant pas obtenu l'aval du ministère de l'Intérieur.
Ils accompagnaient Ahmed Maher, fondateur du mouvement du 6-Avril fer de lance de la révolte de 2011, qui se rendait à la justice pour répondre d'une autre "manifestation illégale". Libéré dans cette affaire, il est actuellement en détention préventive pour quatre jours pour répondre de ce rassemblement samedi.
Deux jours plus tôt, la police avait arrêté à son domicile une troisième figure du mouvement laïque en Egypte, Alaa Abdel Fattah, pour avoir "organisé une manifestation illégale" et "agressé un officier de police".

Par ailleurs, le procureur général avait lancé une enquête après une plainte visant M. Douma et une autre militante, Asma Mahfouz, notamment pour "insulte" au général Abdel Fattah al-Sissi, commandant en chef de l'armée et véritable homme fort de l'Egypte depuis qu'il a annoncé la destitution du président islamiste Mohamed Morsi le 3 juillet, selon des sources judiciaires.

En juin, sous la présidence Morsi, M. Douma avait été condamné à six mois de prison pour insulte au chef de l'Etat après l'avoir qualifié lors d'une émission télévisée de "criminel et de tueur ayant échappé à la justice". Il avait alors entamé une grève de la faim et avait obtenu d'être libéré trois jours après la destitution de M. Morsi.

Le président par intérim Adly Mansour a promulgué il y a une semaine une loi sur les manifestants, jugée liberticide par les défenseurs des droits de l'Homme. Avec cette loi, le gouvernement intérimaire dirigé de facto par l'armée a ouvert un nouveau front, adjoignant à sa répression sanglante des islamistes, un bras de fer avec les mouvements laïcs de la jeunesse.


Un nouveau militant des mouvements laïques de la jeunesse a été arrêté mardi en Egypte pour avoir participé à une manifestation, le troisième en une semaine.Ahmed Douma "a été arrêté et les policiers lui ont annoncé qu'il était accusé d'avoir participé une manifestation samedi", a déclaré à l'AFP son épouse, Nourhan Hefzy. Il est actuellement interrogé par le Parquet,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut