Moyen Orient et Monde

« S’il vous plaît Erdogan, dites-nous pourquoi être turc est tellement embarrassant pour vous ? »

Éclairage Le coup de pouce d’Ankara aux minorités réveille les ardeurs nationalistes.
OLJ
18/10/2013
La série de réformes dévoilées par le gouvernement islamo-conservateur turc pour étendre les droits des minorités, à commencer par les Kurdes, a réveillé la frange la plus patriote du pays, qui dénonce un mauvais coup porté au sentiment national.
Le coup de sang cocardier piqué la semaine dernière par le maire de la petite commune de Fethiye, dans le sud-ouest de la Turquie, est emblématique du malaise suscité par le « paquet démocratique » du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Membre du très à droite Parti du mouvement nationaliste (MHP), Behcet Saatci a exprimé son opposition à la volonté des autorités en faisant placarder dans sa commune une affiche au ton très ironique pour souhaiter une bonne fête de l’Aïd el-Kébir à ses administrés en deux langues : le turc et le kurde. « Vous avez bien compris ? » conclut son message bilingue, « c’est pour ça qu’il y a une nation, un pays, une langue, un drapeau, un État ! »
L’élu récalcitrant a longuement commenté son ras-le-bol. « Un des facteurs les plus importants de notre unité dans la géographie anatolienne est la pureté de notre langue turque », a-t-il répété dans la presse. « En cette période de vœux, nous avons voulu souligner que notre langue est une des clés de voûte de notre intégrité territoriale. » Même si le premier magistrat de la station balnéaire de Fethiye a fait, jusqu’à présent, peu d’émules dans le reste du pays, son geste de défi est loin d’être anecdotique.
En pleins pourparlers de paix avec les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), M. Erdogan a autorisé le 30 septembre l’enseignement en langue kurde dans les écoles privées, réhabilité les lettres Q, W et X, interdites car utilisées dans la seule orthographe kurde, et permis aux villes kurdes débaptisées de retrouver leur nom d’origine. Il a également supprimé le serment d’allégeance à la Turquie, récité tous les matins par les millions d’écoliers du pays, qui proclame « heureux celui qui se dit turc ».

Pratique atypique
Ces mesures sont loin d’avoir satisfait les représentants des quelque 15 millions de Kurdes du pays, sur une population de 75 millions à très forte majorité sunnite. Le PKK comme les élus kurdes réclament notamment le droit à un enseignement dans leur langue dans les écoles publiques et une reconnaissance de leur identité dans la Constitution.
Mais le geste accompli par M. Erdogan en direction des minorités du pays a malgré tout suscité l’ire de nombreux Turcs, qui considèrent le PKK comme un mouvement « terroriste ». Le chef du MHP, Devlet Bahceli, les a qualifiées de « honteuses » et « cauchemardesques », et mis en garde contre leurs conséquences. « S’il vous plaît M. le Premier ministre, dites-nous pourquoi être turc est tellement embarrassant pour vous? » s’est-il exclamé. Loin d’avoir fait enrager la seule opposition, certains éléments du « paquet » du Premier ministre ont suscité une certaine gêne au sein même du gouvernement. « La définition du Turc reprise dans le serment d’allégeance ne véhicule aucun sentiment raciste. Elle ne met pas l’accent sur les racines ethniques », confie, pour déplorer sa disparition, un ancien ministre du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir.
Malgré ces critiques, M. Erdogan est resté ferme sur ses positions. Pas question de revenir sur la suppression du fameux serment. « Personne ne peut être turc simplement parce qu’il récite tous les matins : Je suis turc », a plaidé le chef du gouvernement, « une telle pratique n’existe nulle part ailleurs dans le monde ».
Loin de le soutenir, le MHP a décidé d’engager une procédure d’exclusion contre son élu de Fethiye. Apparemment peu sensible au ton ironique de son message, son parti lui reproche d’avoir utilisé la langue kurde, en totale violation de son règlement intérieur. « C’est une initiative qui viole nos principes », a commenté très sérieusement le chef du MHP, « nous ferons donc ce qui est nécessaire ».
©AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LOUBNAN

AMALGAME DE TOUTES LES RACES... DES PLUS FONDS DE L'ASIE, DU CAUCASE ET ET DU MOYEN ORIENT... ET ENVAHISSEURS DE LA TRÈS GREQUE ASIE MINEURE BERCEAU D'HOMÈRE ET DES PLUS GRANDS PHILOSOPHES DE L'ANTIQUITÉ !

GEDEON Christian

la pureté turque,donc! c'est fou ces concepts de pureté,non? çà commence à être le bordel en Turquie.Que voulez vous qui sème le vent....récolte les kurdes!

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

Indigne pouvoir libanais

Décryptage de Scarlett HADDAD

Ultimes concertations avant les consultations

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants