Rechercher
Rechercher

Liban

Paris estime que le Liban est bel et bien au bord du gouffre

Une source diplomatique française exhorte les leaders libanais à un sursaut interne, car aucune aide extérieure n’est envisageable dans le contexte présent.

« Le Liban est rattrapé par la crise syrienne depuis l’épisode de Qousseir et la participation du Hezbollah aux combats dans cette localité », estiment des sources diplomatiques françaises qui ne cachent plus, depuis quelques jours, leur très vive inquiétude de voir le Liban sombrer dans le chaos du fait de la paralysie de la plupart de ses institutions.

Un responsable du Quai d’Orsay a brossé un tableau plus que pessimiste de la situation interne expliquant que, du fait de la paralysie et du vide aux niveaux gouvernemental et parlementaire, et tout récemment au niveau du Conseil constitutionnel, le pays se trouve « en état d’apesanteur » alors que les combats en Syrie connaissent de graves répercussions dans les zones frontalières libanaises nord et nord-est ainsi que dans de grandes villes, telles que Tripoli et Saïda. À moins d’un dernier sursaut de leaders responsables pour mettre fin aux divisions des forces politiques libanaises, entre pro-Assad et partisans de la rébellion, le Liban se trouve au bord du gouffre sans aucune possibilité d’intervention d’une partie extérieure comme cela s’était passé à Taëf et à Doha, a ajouté ce responsable.

Des institutions, seules la présidence de la République, l’armée et la Banque centrale tiennent encore debout sans que cela suffise pour débloquer la situation, estime-t-il.

Le responsable précité rappelle aussi l’extrême gravité de la crise économique (tourisme, transit, commerce, industrie, etc.) et des problèmes inhérents à la présence de réfugiés syriens qui, avec les ressortissants de pays voisins présents normalement sur le sol libanais, atteignent aujourd’hui 1,5 million de personnes.

Sur la possibilité d’un ultime recours à l’armée libanaise, le diplomate a estimé qu’elle n’a ni les effectifs ni les équipements suffisants pour maintenir l’ordre dans tout le pays.
Il faudrait, a-t-il ajouté, convaincre le Hezbollah de retirer ses forces de Syrie et d’engager, en tant que force politique libanaise, un dialogue qui pourrait mener à un statu quo puis à une reprise de la vie politique dans le pays. « Les Libanais doivent comprendre que le salut ne viendra que de l’intérieur et que même la France, grande amie du Liban, ne peut rien faire pour le moment », conclut la source susmentionnée.

« Le Liban est rattrapé par la crise syrienne depuis l’épisode de Qousseir et la participation du Hezbollah aux combats dans cette localité », estiment des sources diplomatiques françaises qui ne cachent plus, depuis quelques jours, leur très vive inquiétude de voir le Liban sombrer dans le chaos du fait de la paralysie de la plupart de ses institutions.

Un responsable du...

commentaires (7)

OISEAU DE MAUVAIS AUGURE !

SAKR LOUBNAN

10 h 58, le 20 juin 2013

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • OISEAU DE MAUVAIS AUGURE !

    SAKR LOUBNAN

    10 h 58, le 20 juin 2013

  • Si paris estimait moins et ne soutenait pas les terroristes, accroché tel un morpion au machin de Assad, le Liban serait certainement un peu moins au bord du gouffre. Mais paris va réaliser que le petit village gaulois est une bande dessinée amusante pour la France ... mais une réalité pour le Liban et la Syrie! Où est donc l'inculpé sarkosy pour vol au dépends des Français qui avait donné 2 semaines au tranquille président Assad? et l'inculpé chirac, ami des affairistes, qui avait une prédilection pour les richards Libanais avant lui? et la clinton qui a tout raté dans sa vie en commençant par la privée et qui disait d'un air magistrale qui aurait fait tant rire la Lewinsky: Assaaad maaste stèpe dawoune? et ou seront les déclarations tonitruantes des hamad ben machin fils de bidule avec un numéro au bout et assimilés bientôt? et, et, etc

    Ali Farhat

    23 h 42, le 19 juin 2013

  • Quelle perspicacité ! Et j'informe cette source diplomatique française que c'est chef mercenaire Nasrallah qui poussera son pays dans le gouffre lorsque lui et ses guerilleros auront fini de le creuser.

    Robert Malek

    19 h 07, le 19 juin 2013

  • Glups...merci les gars...

    GEDEON Christian

    14 h 19, le 19 juin 2013

  • Pour un aveu d'impuissance on ne pouvait pas mieux faire. Au Liban on vous répond qu'au contraire tout va bien, le complot a été avorté, vous n'avez jamais été d'une grande efficacité, votre influence frise le zéro, nous avons des forces en présence qui ne vous demande pas de vous impliquer plus que ça, oh oui! pas plus que ça, le Liban tournera son regard ailleurs , d'ailleurs même en France on déserte le pays à cause de votre classe politique menée par hollandouille en ce moment. Donc vos conseils et vos analyses envoyés les en Corse ou en banlieues parisiennes, ma pauvre source diplomatique !

    Jaber Kamel

    11 h 19, le 19 juin 2013

  • Aucune déception ...nous savions que ne pouvions pas compter sur la France.... avec de surcroît un gouvernement entièrement aux des socialistes ...D'ailleurs Mitterrand à l'époque nous a livré un sentiment de déception et de méfiance durable...

    M.V.

    07 h 28, le 19 juin 2013

  • WASSALOUNA LA NOUS IL BIIIIIIRRRRR OU ATA3OU IL 7ABLÉ FIIIIIIINA........... !

    SAKR LOUBNAN

    06 h 35, le 19 juin 2013