Santé

La Société libanaise de gynécologie et d’obstétrique rassure

OLJ
29/01/2013
Face à la polémique et à la panique déclenchées en France par les contraceptifs oraux de troisième et quatrième générations, la Société libanaise de gynécologie et d’obstétrique appelle « les gynécologues-obstétriciens et médecins de famille à expliquer davantage à la femme les risques accrus d’accidents thromboemboliques que présentent ces pilules ». Contacté par L’Orient-Le Jour, le président de la Société libanaise de gynécologie et d’obstétrique, le Dr Fayçal el-Kak, explique qu’ « il est vrai que le risque est accru, mais il reste minime et rare, surtout chez les femmes qui n’ont pas d’histoire familiale ou d’autres facteurs de risque ». Il rappelle en outre que la pilule ne peut pas être prise sans avis médical.

À la une

Retour à la page "Santé"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!