Rechercher
Rechercher

À La Une

Le projet du Rassemblement orthodoxe contredit la Charte des droits de l’homme, affirme le bloc du Futur

Une partie des députés du courant du Futur, réunis hier à la Maison du Centre comme chaque mercredi.Photo Dalati et Nohra

Le bloc parlementaire du courant du Futur a souligné hier que l’expérience issue des débats qui ont récemment eu lieu sur la loi électorale au sein de la commission parlementaire restreinte « a bel et bien prouvé que le bloc du Futur n’a pas choisi de boycotter le gouvernement pour maintenir la loi en vigueur, mais plutôt à cause de la politique suivie par l’exécutif en place et ses prestations ». « Celles-ci ont conduit à la dégradation de la situation et au dysfonctionnement de l’État qui a fini par perdre son prestige et sa crédibilité auprès des citoyens, de plus en plus exposés aux risques sécuritaires à cause de la propagation des armes illégales », a souligné le bloc du Futur.
Dans un communiqué publié à l’issue de leur réunion hebdomadaire, les membres du bloc ont indiqué qu’en prenant part aux réunions de la commission ad hoc chargée de plancher sur la loi électorale, ils ont démontré « leur volonté de parvenir à la meilleure loi électorale possible ».
Le texte rappelle par ailleurs que l’adoption du système proportionnel « en ce moment précis ne constitue nullement un pas en direction de la réforme mais ouvre plutôt la voie à un surplus d’hégémonie de la part du Hezbollah qui reste attaché à ses armes illégales (...) et qui persiste dans sa politique de mainmise sur l’État ».
Et les membres du bloc d’exprimer leur refus total de tout projet de loi électorale « qui contredit les fondements de la coexistence entre les Libanais et le principe de l’État civil ».
« Le bloc exprime par là même son rejet catégorique du projet proposé, faussement connu sous le nom de projet de loi du Rassemblement orthodoxe, car, précise le communiqué, il est en contradiction avec la Charte des droits de l’homme et transforme le mandat accordé par l’électeur à son député en un mandat conditionné par la communauté religieuse qui l’a élu. »
Le bloc parlementaire du courant du Futur a souligné hier que l’expérience issue des débats qui ont récemment eu lieu sur la loi électorale au sein de la commission parlementaire restreinte « a bel et bien prouvé que le bloc du Futur n’a pas choisi de boycotter le gouvernement pour maintenir la loi en vigueur, mais plutôt à cause de la politique suivie par l’exécutif en place et...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut