X

À La Une

Kim Jong-Un annonce un "virage radical" pour redresser l'économie

Corée du nord Le leader nord-coréen maintient la ligne militaire du pays.
OLJ/AFP
02/01/2013

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a annoncé mardi un "virage radical" pour redresser l'économie exsangue du pays tout en réaffirmant les ambitions militaires du régime après le tir réussi d'une fusée considérée par ses détracteurs comme un missile balistique.

 

Dans un message audio diffusé par la télévision d'Etat, Kim Jong-Un, qui a succédé à son père Kim Jong-Il à la mort de ce dernier en décembre 2011, a souhaité que 2013 soit une année de "grandes créations et de changements".

"Nous devons effectuer un virage radical afin de construire un géant économique dans l'esprit et avec le courage qui furent les nôtres pour conquérir l'espace: tel est le slogan que notre parti et le peuple doit suivre cette année", a-t-il déclaré.

"Le parti tout entier, a-t-il poursuivi, le pays et la population doivent s'engager" dans ce "virage complet" destiné à "améliorer le niveau de vie de la population" dont il avait dit l'an dernier qu'elle n'aurait plus à se "serrer la ceinture" sous son règne.

 

Pour Yang Moo-Jin, professeur à l'université des études nord-coréennes à Séoul, ces propos pourraient effectivement "augurer de réformes économiques limitées".

La Chine, qui maintient le Nord sous perfusion, a poussé ces dernières années son voisin appauvri à s'ouvrir économiquement, sans résultats significatifs autres que la création de zones d'activité le long de leur frontière commune.

 

De timides réformes avaient été engagées en 2002 pour tenter de limiter les effets de l'effondrement des subventions et de l'aide après le démantèlement de l'Union soviétique dans les années 90. Mais le pouvoir nord-coréen, hyper-centralisateur, avait pris peur devant l'essor du petit commerce et annulé la plupart des réformes trois ans plus tard.

 

La Corée du Nord est en proie à des pénuries alimentaires en raison d'une très mauvaise gestion agricole, des inondations et des sécheresses et d'un ralentissement de l'aide internationale ces dernières années.

Au milieu des années 90, une famine avait causé la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes, selon les ONG et l'ONU qui estimait il y a un an que trois millions de Nord-Coréens, sur 24 millions, avaient besoin d'une aide alimentaire d'urgence.

 

Selon des données sud-coréennes pour 2011, l'écart de niveau de vie entre la Corée du Sud capitaliste et la Corée du Nord communiste ne cesse de se creuser, la première affichant un Revenu national brut (RNB) 40 fois supérieur à celui de la seconde.

 

Séoul dénonce la coûteuse militarisation du Nord alors que sa population ne mange pas à sa faim: sur ce point, Kim Jong-Un a laissé entendre dans ses voeux qu'il comptait bien ne rien changer.

"La puissance militaire d'un pays représente sa force nationale. Il ne peut se développer qu'à la seule condition de bâtir sa puissance militaire dans tous les domaines", a-t-il dit, conformément au concept de "songun" (priorité à l'armée) défendu par son père Kim Jong-Il.

 

Kim Jong-Un a cependant assorti son discours d'une note plus apaisée en direction du Sud, quelques semaines seulement après l'élection à sa présidence de Park Geun-Hye (parti conservateur). "Pour mettre fin à la division du pays et parvenir à sa réunification, il est important de cesser la confrontation entre le Nord et le Sud", a-t-il déclaré.

Selon Kim, "l'histoire des relations intercoréennes montre que la confrontation entre compatriotes ne mène à rien sinon à la guerre".

 

Ces déclarations surviennent alors que le Conseil de sécurité de l'ONU envisage de nouvelles sanctions après un tir de fusée réussi considéré par Washington et ses alliés comme un essai déguisé de tir de missile intercontinental, étape clé dans le programme nucléaire militaire du pays.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

le mieux qu'aurait à faire ce jeune héritier du pouvoir, c'est de suivre l'exemple de son amie et voisine la Chine et cette dernière ainsi que la Russie ressuscitée, ont le devoir de l'assister pour multiples raisons évidente, éloignant de lui le voyou et rapace américain. Stop à l'héritage politique du pouvoir qui ne fait pas évoluer un pays meme s'il est bourré d'arme et possédant une forte idéologie anti-impérialiste. Bonne chance et bon vent au dernier (j'espère) des kim.

GEDEON Christian

Il va encore mattre son peuple au régime....cholesterol et tryglicérides sont inconnus en Corée du Nord....c'est pas beau,le communisme héréditaire?Bande de veinards!

SAKR LEBNAN

Celui-là est l'anti-démocratie, comme on dit l'anti-Christ...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.