Rechercher
Rechercher

Liban - Bien-être

Zghank Lein, ou les activités d’un lama bouddhiste au Liban

Du calme, de la sérénité et de la lumière intérieure qui éclaire son visage. Zghank Lein est un lama bouddhiste, arrivé au Liban en 2000.

Zghank animant une séance de taï chi.

Zghank définit sa mission en une phrase: «Montrer le chemin du bien-être à ceux qui sont en quête de bonheur.» Mais aussi aider les personnes dans le besoin, notamment en leur consacrant du temps et en leur accordant de l’attention, qu’il s’agisse de personnes du troisième âge, d’orphelins ou de drogués.
Zghank est un homme sage, un lama bouddhiste, présent auprès de ceux qui veulent réduire leur stress, vivre dans la sérénité et faire la paix avec eux-mêmes.
Arrivé au Liban en l’an 2000, il reçoit tous ceux qui viennent le voir; un lieu où il a également mis en place un espace consacré à la méditation, au yoga et au taï chi.
À l’entrée de son bureau on peut lire «Zghank: paix et amour». Dans la salle d’attente, on trouve une foule d’objets hétéroclites qui lui ont probablement été offerts en guise d’amitié ou de remerciement, et l’on entend des phrases qu’il a lui-même écrites.
«Au Liban, la mission est jeune. Nous recevons de l’aide de l’étranger pour pouvoir être présents par exemple auprès de ceux qui ont besoin de nous. La communauté s’entraide aussi, crée parfois des événements pour collecter des fonds», explique-t-il.
Au cours des consultations, Zghank passe son énergie à ceux qui viennent le voir en leur ouvrant les chakras, qui sont, selon les philosophies asiatiques, notamment le bouddhisme et l’hindouisme, des points vitaux se trouvant au niveau de diverses parties du corps; ils sont responsables de la circulation de l’énergie dans l’organisme et leur dérèglement, qui survient avec le temps et le cumul du vécu, est la source de tous les maux... En termes plus simples il s’agit d’exercices de respiration.
Zghank écoute ceux qui viennent le voir, leur donne des conseils, les aide à dépasser les épreuves parfois. Un peu comme un directeur de conscience chrétien et un peu comme un psychologue.

Écouter et aider avec amour
«Je suis très différent d’un psychologue. J’écoute et j’aide les gens avec beaucoup d’amour; le psychologue exerce un métier. Et puis je trouve la solution rapidement», dit-il.
«J’écoute et j’aide les personnes qui viennent me voir de manière à ce qu’elles aient la paix intérieure et cela en les incitant à réfléchir et à bien faire les choses afin qu’elles cessent d’être tristes. J’entreprends ma mission avec beaucoup d’amour, indique-t-il. Je cherche avec elles la bonne solution. Pour moi, il n’y a aucun problème sans cause. Une fois que l’on trouve la cause, le problème est résolu», poursuit-il.
Interrogé sur le bouddhisme, Zghank affirme que «ce n’est pas une religion mais une philosophie et une culture». D’ailleurs, il n’emploie aucun prosélytisme pour attirer de nouveaux adeptes.
«Le bouddhisme est une culture spirituelle, celle de l’amour, du respect et de la gentillesse. Et aujourd’hui, beaucoup de personnes sont en quête d’une nouvelle culture», ajoute-t-il.
«Cette philosophie prône un retour à la nature. On peut être seul mais rester avec les arbres, la terre, le soleil, les oiseaux... Les arbres, par exemple, donnent beaucoup de bonne énergie. C’est d’ailleurs dans la nature et dans le silence que nous pouvons accéder à la paix intérieure», indique-t-il.

Maison de repos
«Dans le bouddhisme, on cherche le silence qui est à l’intérieur de nous, mais malheureusement beaucoup ont peur du silence parce qu’ils craignent l’avenir. Et la peur est une importante maladie humaine car elle détruit et mine l’existence. Je cherche donc avec ceux qui me rendent visite de quoi ils ont peur», dit-il encore.
Les visites que certains rendent à Zghank ne constituent que la partie visible des activités entreprises par le lama bouddhiste.
Aujourd’hui, la communauté bouddhiste au Liban compte environ 7000 adeptes, des chrétiens, des musulmans et des druzes. Elle s’occupe notamment d’orphelins, de drogués et de personnes du troisième âge. Parfois, les adeptes Libanais organisent une collecte de fonds, mais la communauté reçoit aussi régulièrement de l’aide d’une association bouddhiste connue mondialement, Drophen, qui signifie «aider l’autre».
La communauté entretient de très bonnes relations avec les religieux libanais.
Même s’il aide différentes tranches de la population, Zghank constate que le dossier le plus important est celui des personnes du troisième âge. D’ailleurs, un projet est en cours de réalisation actuellement. Il s’agit de la construction d’une maison de repos, destinée à cette tranche de la population.
Zghank a déjà bâti dans ce cadre un petit monastère bouddhiste.
Zghank définit sa mission en une phrase: «Montrer le chemin du bien-être à ceux qui sont en quête de bonheur.» Mais aussi aider les personnes dans le besoin, notamment en leur consacrant du temps et en leur accordant de l’attention, qu’il s’agisse de personnes du troisième âge, d’orphelins ou de drogués.Zghank est un homme sage, un lama bouddhiste, présent auprès de ceux qui...
commentaires (3)

Lisez BOUDHA ! Cela calme l'esprit et lui offre la Paix et la Sérénité !.

SAKR LEBNAN

08 h 43, le 29 novembre 2012

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Lisez BOUDHA ! Cela calme l'esprit et lui offre la Paix et la Sérénité !.

    SAKR LEBNAN

    08 h 43, le 29 novembre 2012

  • S'il y a une chose qui distingue le Boudhisme des autres religions, c'est bien la tolérance...Ah! si nos religions moyen-orientales pouvaient suivre l'exemple venu d'Extrême-Orient!

    Georges MELKI

    03 h 28, le 29 novembre 2012

  • Pour une fois ! qu'un religieux ne fait pas une milice armée pour nous apporter... malgré nous ...au nom d'un dieu quelconque ... le calme et la sérénité......!!!

    M.V.

    02 h 28, le 29 novembre 2012

Retour en haut