X

La visite de Benoît XVI au Liban

À Cherfé, Églises orthodoxes et communautés protestantes invitées à œuvrer sans relâche vers la pleine communion

OLJ
17/09/2012
Avant de quitter le Liban, Benoît XVI a tenu une ultime réunion œcuménique au patriarcat syriaque-catholique, à Cherfé-Daroun, dans le Kesrouan. Il y a invité les Églises orthodoxes et les communautés protestantes à « travailler sans relâche vers la pleine communion ».
Voici de larges extraits de ce discours, tenu en l’absence de représentants des Églises protestantes, qui ont voulu peut-être protester contre l’utilisation d’une nomenclature dans laquelle ils ne se reconnaissent pas.
« Vénérés patriarches, chers frères dans l’épiscopat, chers représentants des Églises et des communautés protestantes, chers frères, a déclaré d’emblée Benoît XVI. C’est avec joie que je me trouve parmi vous, dans ce monastère Notre-Dame de la Délivrance de Cherfé, haut-lieu de l’Église syriaque-catholique pour le Liban et pour tout le Moyen-Orient. Je remercie Sa Béatitude Ignace Youssef Younan, patriarche d’Antioche des syriaques-catholiques, pour ses fortes paroles d’accueil. Je salue fraternellement chacun de vous qui représentez la diversité de l’église en Orient, et en particulier Sa Béatitude Ignace IV Hazim, patriarche grec-orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient, et Sa Sainteté Mar Ignatius Ier Zakké Iwas, patriarche de l’Église syriaque-orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient.
« Votre heureuse présence solennise cette rencontre. Je vous remercie de tout cœur pour être parmi nous. Ma pensée va aussi vers l’Église copte orthodoxe d’Égypte et l’Église éthiopienne orthodoxe qui ont eu la douleur de perdre leur patriarche respectif. Je les assure de ma proximité fraternelle et de ma prière. »

Témoignage de foi
« Permettez-moi de saluer ici le témoignage de foi rendu par l’Église syriaque d’Antioche au cours de sa glorieuse histoire, témoignage d’un amour ardent pour le Christ qui lui a fait écrire, jusqu’à nos jours, des pages héroïques pour demeurer fidèle à sa foi jusqu’au martyre. Je l’encourage à être pour les peuples de la région un signe de la paix qui vient de Dieu et une lumière qui fait vivre leur espérance. J’étends cet encouragement à toutes les églises et communautés ecclésiales présentes dans cette région.
« Chers frères, notre rencontre de ce soir est un signe éloquent de notre désir profond de répondre à l’appel du Seigneur Jésus “Que tous soient un” (Jn 17, 21). Dans ces temps instables et enclins à la violence que connaît votre région, il est toujours plus urgent que les disciples du Christ donnent un témoignage authentique de leur unité, afin que le monde croie dans son message d’amour, de paix et de réconciliation. C’est ce message que tous les chrétiens et nous en particulier avons reçu la mission de transmettre au monde, et qui prend une valeur inestimable dans le contexte actuel du Moyen-Orient. »
Et le Saint-Père de conclure : « Travaillons sans relâche pour que notre amour pour le Christ nous conduise peu à peu vers la pleine communion entre nous. »

À la une

Retour au dossier "La visite de Benoît XVI au Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!