Liban

Berry, « chiite sur la carte d’identité, sunnite de cœur et libanais avant tout »

OLJ
01/09/2012
Chaque année, le 31 août, le mouvement Amal célèbre le souvenir de l’imam Moussa Sadr disparu ce jour-là il y a 34 ans en Libye. Cette année, la cérémonie a eu lieu à Nabatiyeh, en présence de personnalités officielles, politiques, diplomatiques et religieuses, et d’une foule de partisans. Elle a surtout été l’occasion pour le chef du mouvement et président de la Chambre Nabih Berry de braver les impératifs sécuritaires pour prononcer un discours percutant dans lequel il a exprimé ses angoisses pour la région et lancé un vibrant appel à l’unité.
Devant un parterre de personnalités, dont des représentants du président de la République et du Premier ministre, des ministres et des députés ainsi qu’un représentant des Kataëb, Sejean Azzi, Nabih Berry a exprimé ses inquiétudes pour la région que l’on cherche, selon lui, à entraîner dans une discorde confessionnelle pour aboutir à la création d’entités confessionnelles affaiblies entourant l’entité sioniste plus forte que jamais.
Avec des accents de gravité – Berry s’excusera d’ailleurs de s’être emporté en parlant, car, a-t-il dit, ce sujet lui tient réellement à cœur –, le président de la Chambre a solennellement affirmé en parlant au nom de tous les présents et en se référant à l’ensemble de la communauté : « Nous sommes chiites sur la carte d’identité, sunnites de cœur et libanais avant tout », d’autant, a-t-il rappelé, que l’imam Moussa Sadr avait déclaré que le Liban est une patrie définitive pour les Libanais en général et les chiites en particulier. Il a aussi beaucoup insisté sur l’unité interne face aux projets de division et de discorde qui sont en train d’atteindre des pays frères et qui risquent d’aboutir à la partition de la Syrie, sans parler d’une contagion au Liban, en Irak et en Jordanie.

Un nouveau Sykes-Picot
À cet égard, Berry a encore tiré la sonnette d’alarme contre l’existence d’un projet israélien de chasser les Arabes de 1948 vers le Sinaï et Gaza, et contre la préparation d’un nouvel accord Sykes-Picot de partage de la région en zones d’influence.
Le président de la Chambre a répété que l’unité est le meilleur moyen de mettre un terme aux germes de la discorde, et tout en saluant l’initiative du roi Abdallah d’Arabie de créer un centre à Riyad pour le dialogue entre les confessions musulmanes, il a invité les ulémas de Najaf, Zahar, Qom et d’Arabie à condamner les accusations d’hérésie. Selon lui, Israël est un ennemi suffisant et il n’est donc pas besoin d’en avoir d’autres. Berry a aussi répété qu’il est inquiet à cause de la menace que représente el-Qaëda, et il craint pour l’unité de la Syrie qui doit faire face à un complot international. Il a aussi ajouté que le Liban est un détail dans le paysage régional. Il ne peut donc influer sur la situation, par contre il sera probablement lui-même influencé par ce qui se passe autour de lui.
Tout en félicitant l’Iran pour le sommet des non-alignés, Berry a dénoncé le fait qu’il n’y a pas de rôle arabe pour aboutir à une fin heureuse de la crise syrienne. Il a toutefois appelé « les cerveaux arabes et syriens à mettre un terme à l’hémorragie et à prendre le chemin du dialogue ». Il a aussi demandé au sommet des non-alignés de continuer à appuyer une solution pacifique par le dialogue, en soutenant la mission du nouvel émissaire de l’ONU, al-Akhdar al-Ibrahimi, sinon, selon lui, le dialogue par le feu et le sang s’étendra et fera des ravages en Syrie et dans les pays qui l’entourent.
Évoquant la résolution 1701, Berry a rappelé qu’Israël n’a toujours pas appliqué sa part dans cette résolution. Il a révélé qu’il avait prévu cela en conversant avec un responsable onusien, et ce dernier lui avait dit qu’il faudrait 3 ans à Israël pour appliquer la résolution, alors que nous sommes déjà à 6 ans...

Sadr et les signes positifs...
Berry a évoqué le dossier interne en demandant au gouvernement d’éliminer les lignes de démarcation établies avec les régions éloignées et rurales. Il a demandé à l’État de s’occuper du développement des régions du Akkar et de Denniyé, refusant que celles-ci soient traitées comme des fiefs de hors-la-loi et de trafiquants.
Au sujet du dossier de la disparition de l’imam Moussa Sadr, père de la résistance et fervent défenseur de l’unité libanaise, Nabih Berry a affirmé que tout ce qui s’est dit sur son sort dans les médias est faux. Selon lui, les mains cachées de l’ancien régime continuent de répandre de fausses rumeurs. Il a aussi déclaré que toutes les pistes sont suivies et qu’elles ont été élargies aux États voisins de la Libye. Il a ajouté avoir reçu des signes positifs et que dimanche au plus tard constituera un tournant décisif dans ce dossier.
En conclusion, il a repris une phrase de l’imam Sadr qui avait dit : « La patrie est défendue par le pain, la résistance, la sécurité, la dignité et l’unité nationale. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine-Serge KARAMAOUN

La Chanson disait : "Chez les "8 Malsains" il y a la sœur qui ne dit plus Rien ou bien n'importe quoi dit-elle ! Et du soir au matin, sous sa barbe pers(c)ée, il y a la moustache du père qui regarde son troupeau bouffer de la soupe froide ! Et puis il y a la toute toute vieille au loin qui n’en finit pas de vibrer, et qu'on attend qu'elle crève vu que c'est elle qui a l'oseille et qu'on n’écoute même plus ce que ses mauvaises mains racontent. Il faut vous dire que chez ces gens-là, ces Petits malins-là, on ne cause pas, on braille ! Et puis il y a la Méditerranéenne, cette Belle contrée levantine, Superbe comme un Soleil et qu’on aime, pareil à elle qui Nous aime et Nous dit souvent, à Nous Libanais Sains, qu'on aura toujours une belle demeure chez elle avec des tas de fenêtres, qu'on vivra obligatoirement dedans et qu'il fera bon y être malgré leur "Mauvais Œil aux 8 Martiens" puinés ! Et si ce n'est pas encore fait, c'est quand même parce que les Petits moyens "Malsains" ne veulent pas, et sont jaloux de Nous car tout le monde sait déjà qu’elle est trop belle pour eux n’est-ce pas ? Vu qu’ils sont tout juste bons à "égorger" les chats, à confessionnaliser le débat et à le rendre de plus en plus à ras !".

SAKR LEBNAN

Je ne veux parler que du Sayed Moussa Sadr : Un Grand Libanais. Honneur de la Communauté Chiite du Liban. On aurait dû suivre le chemin unioniste qu'il avait tracé, mais on a dévié... sous les pressions de qui ?

M.V.

si ,une maison d'édition bénévole éditait les discours de Monsieur Berry en B.D, ça aiderait à la compréhension...

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué