X

Liban

Adnane Mansour est-il le ministre des AE du Liban ou de la Syrie ?

L’éclairage
26/07/2012

La réaction du ministre des Affaires étrangères Adnane Mansour à la demande du chef de l’État (remettre à l’ambassadeur de Syrie au Liban une lettre de protestation à l’adresse des autorités syriennes concernant les exactions du pouvoir de Damas en territoire libanais) a fortement surpris plus d’un observateur politico-diplomatique. Ils y ont vu un manquement flagrant aux us et coutumes et à la courtoisie ; une mutinerie, même, contre le garant de la Constitution. Et de la souveraineté nationale, censée être protégée et défendue de la même façon au Sud comme au Nord ou à l’Est.


À ce sujet, un des pôles du 14 Mars s’interroge sur la position du Hezbollah par rapport à tout cela, et plus particulièrement par rapport à la démarche du président Sleiman – le Hezbollah étant le parti qui prétend incarner la résistance du Liban, sa conception de la souveraineté peut-elle être aussi arbitraire?


Ce que Adnane Mansour aurait dû faire, c’est convoquer l’ambassadeur Ali Abdel-Karim Ali et lui tirer les oreilles après la réplique qu’il a assénée au chef de l’État, avant de lui transmettre le plus officiellement possible la lettre de protestation du Liban. Ce qu’il a fait, c’est qu’il a répondu lui-même à Michel Sleiman, inscrivant sa démarche dans un cadre politique, après que des sources du 8 Mars eurent estimé que la position de Baabda « n’était pas très équilibrée ». Une réaction qui a provoqué la stupéfaction au sein du 14 Mars qui ne savait plus s’il devait en rire ou en pleurer, déplorant l’absence d’un « minimum de patriotisme et de responsabilité nationale : la mission d’un ministre des Affaires étrangères est-elle de parler d’équilibre dans les violations des frontières? Est-il le chef de la diplomatie libanaise ou syrienne ? » s’interrogent les milieux de l’opposition, assurant que si violations il y avait, c’était aux autorités syriennes d’en faire état. Ce qu’elles ont fait à plusieurs reprises, notamment lorsqu’il a transmis les protestations de Damas à Michel Sleiman au palais de Baabda... Là, l’État n’hésitait pas à agir et à envoyer, aussi rapidement que possible, l’armée aux frontières.


Selon des sources de sécurité, le concept de « violation sécuritaire » n’est en réalité rien d’autre que l’expression de conflits frontaliers entre Libanais et Syriens. Des conflits qui se sont multipliés de la Békaa au Nord et qui ont redoublé d’intensité depuis les derniers rebondissements en Syrie et depuis que les trafics ont explosé à l’ombre d’un laxisme et d’une frontière passoire à propos desquels les deux parties s’étaient entendues. Un comité frontalier mixte avait même été formé; quelques réunions orphelines s’étaient tenues, et puis plus rien. Tout cela pour dire qu’une des principales raisons de ces conflits reste le non-tracé des frontières entre les deux pays. Le président Sleiman avait remis cette urgence sur le tapis, mais Bachar el-Assad avait refusé que ce tracé commence par le Sud, par les zones hypersensibles de Chebaa, dont l’identité et la nationalité demeurent litigieuses ; le président syrien avait-il juste consenti à ce que ces frontières soient dessinées en commençant par le Nord... Autre refus, toujours selon les mêmes sources de sécurité : Damas n’avait pas envoyé ses soldats le long de la frontière avec le Liban, notamment dans la zone des fermes, rejetant le soutien de la Finul (sur la base de la résolution 1701 – et notamment du contingent allemand) et des caméras de surveillance tout au long de la frontière.


En un mot comme en cent : la Syrie paie aujourd’hui le prix de ses pirateries et de son entêtement.
Des sources de l’opposition se demandent alors si l’État, dans le cadre de sa politique constante de distanciation, va accélérer le déploiement de l’armée le long de la frontière avec l’aide de la Finul et du contingent allemand. Elles se demandent aussi si les autorités, à la nouvelle violation par la Syrie de la souveraineté du Liban, ne vont pas faire ce qu’elles ont à faire, à savoir adresser une plainte au Conseil de sécurité de l’ONU et à la Ligue arabe. Et que va faire l’État si l’opposition syrienne réussit à s’emparer des postes-frontières de la Békaa (Masnaa) et du Nord (Abdeh et Abboudieh) ?


Un ministre en exercice dit que toutes les factions politiques se doivent de soutenir le gouvernement dans sa détermination à la distanciation, dans le verbe et dans le fait, si elles veulent éviter au Liban des répercussions qui pourraient s’avérer mortelles.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Au pays des Mansour les aveugles sont rois ...malgré l'opticien ...

Robert Malek

Mais je vous ai dit il y a longtemps que c'était le ministre de l'Intérieur de Bachar Hitler !

Karim Tabet

Question existentielle que pose Mr. Abi-Akl. Pourtant, des energumenes a la Mansour se seraient fait botter le c.... dans d'autres bleds. Si la mini rebellion de ce petit petit ministre n'est pas severement reprimee (en Syrie, pour moins que ca on arrache aux enfants leurs ongles), alors ca sera encore une fois l'effritement de ce qui reste encore de nos institutions.
Ce monsieur doit partir. Pire que cet individu , tu meurs.
Messieurs les deputes du 14 Mars, reveillez vous. Posez la question de confiance. Montrez nous ce dont vous etes capables. Souvenez vous de ce que Danton clama haut et fort: "Pour les vaincre il nous faut de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace".

Antoine-Serge KARAMAOUN

Comme chacun sait, "Adnan Agha" a des préoccupations fort pressantes en ce moment. Les vacances mikatiennes sont bientôt finies, et Tout "Mansour" qu’il est hésite encore entre Nabattiééh, Sakssakiééh ou la Sérénisime…. Bérj du Brâjnééhh ; lieux "exceptionnels" pour celui qui veut grimper toujours plus haut, plus loin, là où "aucun diplomate ?" Pareil ne s’est jamais encore aventuré. Tout ça pour dire que "Mansour Bey" a d’autres choses à faire que de "comploter" comme il le fait si bien contre et avec les autres "diplomates ? baassyriens". Quoiqu’il en soit, si on le croit, ce sont son instinct de survie et l’illusion qu’il entretient sur ses propres talents "de diplomatie" qui l’ont conduit à sacrifier son "quai d’Orsay libanais" plutôt qu’à se sacrifier lui-même sur l’autel du "Renouveau Diplomatique". On ne s’inquiète pas outre mesure de son sort. Et, nul doute qu’il recevra de nouvelles propositions. Peut-être même son "éviction" de ce Bousstross-Palais lui laissera-t-elle le loisir de produire enfin cette "Œuvre magistrale en Droit International chiite" dont il rêve tant depuis si longtemps, "Pacha Mansour", qui fera taire toutes ces éructations alentour ! Dans le pire des cas, il retournera à son Anonymat d’antan et finira dans quelque réduit "diplomatique" seul et oublié de Tous. Tout ça uniquement pour son Bien enfin et le Nôtre surtout ; et n'est finalement pas bien grave… pour Nous !

Sleiman Antoine

Chacun défend son assiette ;)
Encore faut il qu'il reste quelque chose à défendre ...
La diète est proche :)

SAKR LEBNAN

Il ne faut plus poser pareille question ! La réponse vient d'elle-même !

Yves Prevost

Poser la question, c'est y répondre.

Halim Abou Chacra

"Adnane Mansour est-il le ministre des Affaires étrangères du Liban ou de la Syrie" ? Réponse : Adnane Mansour est le sbire du ministère des Affaires étrangères de la Syrie. Durant des mois l'armée syrienne bombarde des villages libanais aux frontières, envahit ces villages, détruit des maisons, enlève des citoyens libanais et en tue plusieurs. Le président de la République, excédé, se voit dans le devoir de demander au ministre Mansour de convoquer l'ambassadeur de Syrie et de lui remettre selon les usages diplomatiques une note de protestation sur ces agressions de l'armée syrienne. Confirmant qu'il est un sbire de la diplomatie syrienne, ce ministre répond : "C'est du territoire libanais que sont lancées des agressions contre le territoire syrien". Après cent détours, c'est peut-être lui-même qui se fait convoquer par l'ambassadeur syrien pour explications ! Un comportement absolument inédit et honteux à l'extrême en diplomatie. Je l'ai déjà dit : Ce ministre ne doit pas rester un seul jour au palais Bustros.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué