X

Culture

Mashrou’ Leila, une nuit à Baalbeck, ce 15 juillet

Le groupe Mashrou’ Leila clôture les festivités de Baalbeck en se produisant au temple de Bacchus le 15 juillet.
OLJ
11/07/2012
«Les Layalis de Baalbeck» pourraient être leur nuit à eux ou tout simplement «eux». Car cette bande de jeunes gens qui se sont fait appeler un soir dans une chambrette d’université « Mashrou’ Leila » ne savaient pas qu’une certaine nuit, ils allaient gravir les marches de Bacchus. Voilà c’est fait. Représentants d’une génération assoiffée de liberté et d’identité, qui fredonne leurs airs et les adaptent même à des films, le groupe avait en mars 2009 remporté le prix du jury de la compétition libanaise de musique moderne, ainsi que le vote du public organisé par Radio-Liban, en partenariat avec l’Institut français du Liban, «Incognito» et «the Basement». Leur premier album sorti en décembre 2009 devient ainsi un événement culturel. Après le plébiscite de l’audience, les sept musiciens sont adoubés par le public de Jbeil. En effet en juillet 2010, Mashrou’ Leila a tenu le haut de l’affiche du Festival international de Byblos, aux côtés de noms prestigieux comme Gorillaz. C’est leur premier grand spectacle.
2010-2011, le groupe se produit à Qatar, au Festival international du film Tribeca de Doha, au Vodafone Big Day Out, en partageant l’affiche avec Hoobastank et Toploader, ainsi qu’aux Émirats arabes unis au Festival de la musique du World et au Music Room (lieu de rendez-vous de la musique live le plus en vogue de Dubaï), en Égypte, au théâtre Genaina.
Si cette musique métissée se réfère à plusieurs genres comme les tarab, rock, folk pop ou même des rythmes electro et latino et des harmonies de Goran Bregovic – ne pas l’appeler fusion, ça leur ferait hérisser le poil –, elle n’en demeure pas moins authentique et identitaire.
L’été 2011, Mashrou’ Leila sort son album «el-Hal Romancy»: cinq nouvelles chansons enregistrées dans des retraites de montagne avec des cousins et du café turc, avec un quintette de cordes pendant de froides nuits d’hiver. Le lancement du disque a eu lieu à l’hippodrome de Beyrouth. Le palmarès grossit et Mashrou’ Leila ajoute ainsi la Serbie et la Jordanie à ses destinations, avec une participation aux quatre jours du prestigieux «Festival Exit» en Serbie et deux soirées à la
citadelle de Jordanie.
Firas Abou Fakhr (guitare et percussions), Hamed Sinno (chant), Ibrahim Badr (basse et percussions), Oumayma Malaeb (piano, orgue et keyboard), Haig Papazian (violon), André Chédid (guitare et percussions) et Carl Gergès à la batterie ont fait bien du chemin. À Baalbeck, Mashrou’ Leila interprétera ses meilleurs standards Rakset Leila, Shim el-yasmine, Habibi ou el-Hal Romancy, mais aussi en avant-première quelques titres de leur prochain album qui sera enregistré au printemps prochain.
Un concert qui réserve des surprises et qui clôturera le Festival international de Baalbeck sous le signe de la jeunesse et du renouveau.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué