À La Une

Fabius s’emporte contre le « régime de massacreurs »

Syrie
OLJ/Agences
14/06/2012
La France veut relancer les efforts pour obtenir du Conseil de sécurité de l’ONU une résolution contraignante obligeant le régime syrien à cesser les violences et la répression contre son peuple. Il faut « avoir recours au chapitre VII à l’ONU pour rendre obligatoires les dispositions du plan Annan. Nous travaillons en ce sens et nous espérons que cette mesure interviendra rapidement », a ainsi déclaré hier le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, insistant : « Je rappelle que le plan Annan, c’est notamment l’arrêt des violences, le retrait de l’armée des villes, l’acheminement de l’aide humanitaire, c’est-à-dire tout ce qui rendra possible l’amorce de la transition politique en Syrie et donc le départ de Bachar el-Assad. »
Le chapitre VII permet d’imposer des mesures à un pays sous peine de sanctions ou même d’usage de la force. Jusqu’à présent, la Russie et la Chine se sont opposées au Conseil de sécurité à toute action résolue de la communauté internationale dans son ensemble. Mais Laurent Fabius estime que la position de Moscou et de Pékin peut évoluer car la Syrie est maintenant en situation de « guerre civile », a-t-il jugé, comme l’avait suggéré la veille le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU, Hervé Ladsous. « Lorsque massivement des groupes appartenant à un même peuple se déchirent et s’entretuent, si on n’appelle pas cela une guerre civile, alors on ne peut pas qualifier ce qui se passe. Des enfants sont utilisés comme boucliers humains, torturés, assassinés, violés par un régime de massacreurs qui ne mérite pas de continuer à vivre », a-t-il dénoncé.
Paris a noté que la Chine s’est dit hier « vivement préoccupée » face à la situation « à un stade critique » en Syrie. Quant aux Russes, les Français estiment possible de les convaincre de soutenir des mesures coercitives pour faire appliquer le plan Annan qu’ils disent soutenir et qui n’a pas connu de mise en œuvre sur le terrain depuis son approbation le 21 mars par le Conseil de sécurité. « On est en train de tout faire pour qu’il y ait une attitude différente des Russes », souligne une source diplomatique. Le directeur politique du Quai d’Orsay, Jacques Audibert, était hier à Moscou et les Occidentaux vont utiliser les forums des prochains jours (sommet du G20, de Rio, réunion des grandes puissances sur le nucléaire iranien à Moscou).
Parallèlement aux efforts à l’ONU, Paris va proposer aux Européens et Américains d’adopter « un nouveau train de sanctions », visant non seulement l’entourage du dirigeant syrien Bachar el-Assad, mais aussi « les cadres de l’armée ». « Ceux qui prêtent la main aux opérations de répression, il faut qu’ils sachent qu’une liste de responsables intermédiaires va être également préparée, notamment de militaires, et qu’ils seront poursuivis devant la justice », a souligné M. Fabius.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Thaoura 2.0... Et ce n’est que le début

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : quatre nœuds et un maillon caché...

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants