Social

Le cri des journaliers grévistes de l’EDL : le cadre ou rien !

Les protestataires déterminés à poursuivre leur mouvement jusqu’à acceptation de leurs demandes, notamment être cadrés au sein de l’Office.

Le sit-in des journaliers dure depuis quelque trente jours. Ici, une vue du rassemblement lundi.Photo Marwan Assaf

La journée de sit-in des journaliers d’Électricité du Liban (EDL), au siège de l’institution à Mar Mikhaël (Beyrouth), avait mal commencé hier, avec des tensions qui ont opposé manifestants et forces de l’ordre le matin. Après le mouvement de la veille, au cours duquel les grévistes avaient coupé la route et brûlé des pneus, on avait craint un dérapage. Mais le dialogue ayant repris le dessus, le sit-in, auquel s’étaient joints quelque 200 grévistes, s’est poursuivi toute la matinée dans le calme. Les forces de l’ordre, qui s’étaient massivement déployées le matin, ont réduit peu à peu leurs effectifs. Dans la grande salle à l’entrée de l’EDL se sont regroupés les grévistes, entre journaliers, percepteurs et membres de l’administration contractuels. Leur principale revendication : être enfin intégrés dans le cadre de l’EDL, après des années de service. Les conversations allaient bon train, et les manifestants commentaient volontiers les derniers développements, avec des pronostics plus ou moins sombres. « Nous sommes là pour exprimer notre ras-le-bol, mais je n’ai pas grand espoir dans les négociations en cours », nous lance l’un d’eux, préférant garder l’anonymat. « Nous travaillons depuis plus de dix ans sans sécurité sociale, sans indemnités, sans garantie d’aucune sorte, et sans être payés les jours de chômage ou de grève des syndicats », renchérit une membre de l’administration, contractuelle comme l’ensemble des grévistes.


Sur les vitres de la salle, des affiches sont collées avec les photos de journaliers tombés dans des accidents de travail, des « martyrs du devoir », comme les appellent leurs camarades... Interrogé par L’Orient-Le Jour, Mohammad Fayad, qui s’est présenté comme le président du comité de suivi de la crise et s’exprimait au nom des journaliers en grève, a indiqué que le sit-in allait se poursuivre tant que les demandes des grévistes ne seraient pas entendues. Les journaliers, dont le nombre dépasse les deux mille, selon Fouad Chéhab, un autre membre du comité, demandent notamment à être fixés dans l’encadrement du personnel. « Il y a au moins 1 600 à 1 700 d’entre nous qui remplissent les conditions requises pour être cadrés », précise-t-il. Dans leurs bureaux, les employés cadrés de l’EDL avaient interrompu toute activité. Le matin, un employé protestataire, Bilal Bajouk, avait indiqué à la LBC que les grévistes avaient appelé les employés de l’EDL à quitter l’établissement, menaçant d’en interdire l’accès et la sortie. Mais Fayad a formellement démenti à L’Orient-Le Jour une telle exigence. Il a néanmoins souligné que, de facto, les employés ne peuvent travailler sans les journaliers qui sont sur le terrain et, à ce titre, « représentent la colonne vertébrale de la compagnie ».

Concours ou pas concours ?
Autant Fayad que Chéhab assurent que la grève ne pourrait cesser avant que les députés n’avalisent le projet de loi préparé par la commission parlementaire de l’Administration et de la Justice pour l’encadrement des contractuels. Les journaliers ne sont pas opposés au passage d’un concours de précadrage, a précisé le président du comité de suivi de la crise, mais ils souhaitent que ce concours « teste des connaissances pratiques de terrain et non théoriques ».
La commission parlementaire de l’Administration et de la Justice a approuvé le cadrage du plus grand nombre des contractuels grâce à un concours restrictif et technique. Selon des sources parlementaires citées par l’agence al-Markaziya, « ce concours sera de pure forme, puisqu’il y a une grande vacance dans le cadre de l’EDL qui pourra assimiler ceux qui réussissent ». Également selon ces sources, le gouvernement ne « laissera pas tomber ceux qui auront échoué, soit parce qu’ils sont âgés, soit parce que leur registre ne permet pas de les assimiler ». « Ils seront repris par les sociétés privées », ont assuré les sources.


Or c’est là que le bât blesse. Si les grévistes demandent que tous les contractuels soient cadrés, c’est précisément parce qu’ils veulent éviter de se retrouver, selon leurs dires, « à la merci des sociétés privées ». Celles-ci, au nombre de trois, seront chargées dès début juin de l’ensemble des travaux de réparation et de la perception sur tout le territoire libanais. « Nous avons déjà une expérience amère avec des sociétés privées qui, quand elles ont abandonné leur siège au Liban, nous ont laissés à la rue sans indemnités ni compensations, a souligné Chéhab. Nous préférons être cadrés à l’EDL et collaborer avec les sociétés à ce titre. C’est ainsi que nous assurerons la stabilité de notre emploi. »
 
Dix à vingt ans de service sans garanties
 Certains journaliers, a poursuivi Chéhab, travaillent sur le terrain depuis dix à vingt ans. Si la colère monte depuis quelques semaines, c’est, dit-il, en raison de cette insécurité accrue due au fait que les sociétés privées pourraient licencier des journaliers, et aussi en raison des dernières déclarations du ministre de l’Énergie qui ont mis les efforts de négociations dans l’impasse. Selon Fayad, M. Bassil refusait en effet, jusqu’à hier, de rencontrer les grévistes qui, en revanche, ont des contacts avec toutes les parties politiques, y compris avec le Courant patriotique libre auquel appartient le ministre. Des sources du ministère de l’Énergie avaient démenti la veille les rumeurs selon lesquelles M. Bassil refuserait de recevoir une délégation des grévistes.
Interrogé sur les efforts en vue de régler la crise, le ministre a déclaré hier à lorientlejour.com que cette affaire relève d’une loi qui doit être discutée par le Parlement et le gouvernement, et non de son ministère ou de la direction d’EDL. Ce n’est pas l’avis d’Ahmad Chouaib, membre du comité de suivi rencontré hier au sit-in. « S’il n’a rien à faire dans cette crise, pourquoi alors s’évertue-t-il à bloquer toutes les négociations ? s’insurge-t-il. C’est lui qui empêche l’adoption de ce projet de loi au Parlement, comme l’a prouvé le résultat de sa présence hier (lundi) à la réunion de la commission de l’Administration et de la Justice. »


Chéhab donne une réponse plus nuancée. « Le ministre a sa vision de la situation et il veut l’appliquer, dit-il. Il croit nous avoir avantagés en nous obtenant de meilleures conditions avec les sociétés privées qui se chargeront du travail très bientôt. Mais il doit comprendre que ce n’est pas suffisant. Nous avons besoin de stabilité au travail, nous sommes tous des pères de famille. Or les sociétés veulent imposer leurs conditions. »


Chouaib renchérit : « Les sociétés veulent nous imposer une période d’essai de trois mois. Or nos supérieurs nous ont testés durant des années ! » Il s’est demandé « pourquoi on a accordé à ces compagnies un prêt bancaire de 900 millions de dollars pour mettre en place ce projet, alors que 300 millions de dollars auraient suffi à la direction d’EDL pour faire toutes les réformes nécessaires ».


Toutes les personnes interrogées hier au sit-in nient catégoriquement être manipulées par des parties politiques, comme l’a insinué le ministre (la chaîne OTV, proche du CPL, a notamment indiqué que « des forces politiques alliées du ministre Bassil manipulent le dossier des journaliers de l’EDL »). « Nous sommes tous de différentes communautés religieuses et de différentes sensibilités politiques, mais nous avons toujours été solidaires, même quand le pays est divisé, assure Assem Ismaïl, un autre membre du comité, militant de longue date. Nous sollicitons toutes les forces politiques sans exception pour plaider notre cause. Cela fait vingt ans que nous souffrons, alors que c’est grâce à nous que cette institution tient encore la route. Les employés cadrés ont une moyenne d’âge très élevée et sont en très petit nombre. Il est impératif que toute solution à la crise de l’électricité nous prenne en compte. »
Le sit-in dans la grande salle d’EDL a été levé hier vers 13h, et devrait reprendre aujourd’hui. Il se poursuit de nuit par une permanence sous des tentes installées dans la cour du bâtiment. En soirée, Mohammad Fayad nous a indiqué que les contacts allaient toujours bon train pour un dénouement à la crise.


La journée de sit-in des journaliers d’Électricité du Liban (EDL), au siège de l’institution à Mar Mikhaël (Beyrouth), avait mal commencé hier, avec des tensions qui ont opposé manifestants et forces de l’ordre le matin. Après le mouvement de la veille, au cours duquel les grévistes avaient coupé la route et brûlé des pneus, on avait craint un dérapage. Mais le dialogue...

commentaires (0)

Commentaires (0)