Liban

Geagea dénonce un déni de justice dans l’affaire des frères Jassem

Le chef des Forces libanaises a effectué un tour d’horizon avec le député Nouhad Machnouk. Photo Aldo Ayoub

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a dénoncé hier un déni de justice dans l’affaire des frères Jassem, des opposants syriens disparus après avoir été enlevés au Liban.
Interrogé par l’agence al-Markaziya, M. Geagea a noté que la séance tenue lundi par la commission parlementaire des Droits de l’homme pour débattre de la question des personnes enlevées a donné lieu à une « véritable mascarade ».
« La justice a été utilisée pour couvrir une opération dont les détails restent obscurs », a-t-il ajouté. « Les frères Jassem avaient été enlevés au Liban et il se peut que leurs parents aient subi le même sort afin que toute trace de la famille soit effacée et que nul ne réclame la vérité », a-t-il dit.
« Mais cela ne dispense pas la justice de la nécessité de suivre un dossier de cette importance sur la base de l’exercice de l’action publique libanaise », a souligné M. Geagea.
Le chef des FL a déploré que l’on se soit contenté, « au cours d’une séance tenue en présence de plus de soixante députés, de prendre acte du fait que l’avocat de la famille Jassem, connu pour être un proche du Hezbollah, a décidé d’abandonner l’action civile, à l’heure où l’on est en présence d’un dossier judiciaire complet comportant de nombreux détails sur le rapt, la partie qui en est responsable, les personnages qui y sont impliqués, le lieu où il s’est déroulé, les véhicules utilisés et jusqu’à la surveillance électronique de l’itinéraire pris par les kidnappeurs et de l’endroit où ils se trouveraient actuellement ».
« Cette affaire salit la réputation et nuit au prestige de la justice libanaise, tout autant qu’à celui de l’État libanais, aux yeux des citoyens et de tous les autres, arabes et étrangers », a poursuivi M. Geagea.
« Il n’est pas permis de tenter d’étouffer l’affaire sous des prétextes judiciaires. L’État est tenu d’ordonner la poursuite des investigations et le transfert du dossier de la justice militaire aux tribunaux judiciaires pour faire le nécessaire », a-t-il dit.

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a dénoncé hier un déni de justice dans l’affaire des frères Jassem, des opposants syriens disparus après avoir été enlevés au Liban.
Interrogé par l’agence al-Markaziya, M. Geagea a noté que la séance tenue lundi par la commission parlementaire des Droits de l’homme pour débattre de la question des personnes enlevées a donné...

commentaires (3)

Le Liban est un champ de vignobles, sans gardiens, ouvert à l'appétit de tous les renards affamés. Anastase Tsiris

Anastase Tsiris

07 h 52, le 26 octobre 2011

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Le Liban est un champ de vignobles, sans gardiens, ouvert à l'appétit de tous les renards affamés. Anastase Tsiris

    Anastase Tsiris

    07 h 52, le 26 octobre 2011

  • Cher Halim, depuis le temps ou Aoun pratique la politique des appuis y avez vous vu des résultats tangibles, sérieux et surtout positifs? Il s'est appuyé sur la Syrie pour arriver a la présidence, il a foiré! La fait en cherchant l'aide de l'Irak, il a foiré! Essayé a nouveau avec l'aide du Hezbollah, raté! A nouveau avec la Syrie, encore raté! Il est l’archétype de ce que l'ont appelle en jargon anglais a "Looser"! Jusqu'ici pas de problèmes, mais qu'il impose ses méthodes a tout un peuple et les conduire a la même situation que la sienne cela devient inacceptable! Ne sachant ni lire la géopolitique, ni choisir "The right partner at the right time", ni ... et ni ... et vous croyez qu'il peut appuyer quelqu'un! Que Dieu préserve quiconque a son appui!

    Pierre Hadjigeorgiou

    03 h 20, le 26 octobre 2011

  • On est revenu à la justice "adoumienne" du temps de l'ère ténébreuse, de la botte des SR syriens à Anjar et au Beau Rivage écrasant et humiliant la dignité des citoyens, avec l'alliance au souvenir sinistre de la Sûreté générale et de son maître de l'époque trop connu ! Et dire que cela se passe sous le regard d'un ministre de la Justice connu pour son sérieux, son intégrité, sa droiture, son zèle pour le nom et la réputation de l'Etat ! On attendait tant et tant de lui, et voilà qu'il semble impuissant. Les exemples montrant son impuissance se multiplient. A commencer par les espions au sein du Hezbollah. L'Etat sait-il quelque chose sur cette affaire, à part la déclaration de Hassan Nasrallah "nous avons découvert des espions, mais cela n'a pas affecté le Hezbollah" ? Autrement dit, Etat libanais, et spécifiquement son ministère de la Justice, vous n'avez rien à voir avec cette affaire, à l'avance on vous dit : fichez-nous la paix ! Y a-t-il quelque chose de plus inoui dans n'importe quel Etat du monde qui se respecte ? Dans un dîner, le général Aoun avait promis solennellement "tout l'appui au ministre de la Justice Chakib Cortbawi en vue su succès de sa mission. Voilà l'appui qu'il a promis : démoralisation du ministère de la Justice et de son titualire !!??

    Halim Abou Chacra

    01 h 53, le 26 octobre 2011