X

Culture

Tania Kassis : des chansons où se mêlent touches orientales et rythmes latino-américains

Rencontre C'est une Tania Kassis bien décidée à enflammer la scène qui se prépare à présenter son nouveau concert, un classico-latino-oriental fusion, au Beirut Music and Art Festival, le 10 juin.
03/06/2011
Cette chanteuse d'opéra qui a fait vibrer d'émotion le public avec son Ave Maria/Allah Akbar change de tempo et va présenter un florilège des plus grands classiques de la musique, aux rythmes latino-orientaux.
«Il était temps que le public connaisse l'autre facette de Tania Kassis, avoue malicieusement la jeune chanteuse en présentant le programme mouvementé de son concert. Lorsque j'ai vu l'enthousiasme et l'émotion des Libanais en Argentine, au Brésil et dans tous les pays où j'ai présenté mon concert en 2010, j'ai compris que cela plairait certainement au public libanais présent.»
Gagnée par l'envie de «s'éloigner du classique qui la limitait trop», elle élargit sa palette musicale et crée elle-même son propre répertoire, aidée du pianiste Johnny Hachem pour les arrangements musicaux. Elle commence par choisir les grands morceaux classiques qui l'inspirent, les recompose à sa façon, y ajoute cette touche orientale ancrée en elle et enrobe le tout d'un rythme latino-américain, chanté de sa voix d'opéra. «Je suis tombée amoureuse de cette musique et de cette culture sud-américaine au cours de mes différents concerts à l'étranger. Je voulais absolument la faire connaître au public libanais et lui permettre de l'apprécier, tout en gardant une touche orientale dans chaque chanson.» Et elle chante un Bessame Mucho, mêlé à la musique de Carmen de Bizet. Elle ajoute au rythme cha-cha de la chanson Sway du oud et du qanun. Elle mêle la Flûte enchantée de Mozart à la musique purement brésilienne de The Girl from Ipanema et fait vibrer la voix d'Asmahane avec sa fameuse chanson Ya habibi taala dans une version salsa. Et, pour donner encore plus de pep à son concert, elle accompagne sa musique de danses, samba, cha-cha, rumba et tango, exécutées par deux couples professionnels: Élie Afif et Alicia Avakian, Ziad Kassis et Sahar Abou Khalil, et s'entoure d'un orchestre de 15 musiciens qui vont emporter le public dans une ambiance classico-latino-orientale, aux sons de leurs violoncelle, violon, oud, qanun et saxophone.
Un programme qui va combler les inconditionnels des grands classiques et faire swinguer les amoureux de la musique latino-américaine.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué