Liban

Pas d’enquête juste sans l’ouverture du dossier des faux témoins, réaffirme le Hezbollah

OLJ
28/09/2010
Dans ce qui semble être devenu une tactique confirmée, les députés et cadres du Hezbollah ont multiplié les déclarations hier revenant sur la nécessité d'ouvrir le dossier des faux témoins et de creuser la piste israélienne dans l'assassinat du Premier ministre Rafic Hariri.
Le chef du bureau politique du Hezbollah, Ibrahim Amine Sayyed, a estimé que tout ce qui se passe actuellement « vise à détruire la Résistance pour le compte de l'ennemi israélien ». Dans un discours prononcé au village de Ali Nahri (Békaa), il a souhaité que le Hezbollah n'ait pas d'ennemis à l'intérieur, assurant qu'il ne traite aucune partie sur cette base « sauf si elle se place elle-même dans la situation de l'avocat du diable ». Il a insisté sur le fait que tous les Libanais sont d'accord pour vouloir la vérité sur l'assassinat du Premier ministre Rafic Hariri, mais il a ajouté qu'au cours des cinq dernières années, tous les faux témoins ont été relâchés. Ce qui signifie, selon lui, qu'ils ne sont en fait que « des instruments entre les mains de ceux qui les ont fabriqués, notamment certaines personnalités politiques ». Ibrahim Sayyed a menacé de divulguer les noms si le besoin s'en faisait sentir.
De son côté, au cours d'une cérémonie à Naqoura, le député Nawwaf Moussaoui a répété qu'il existe un moyen pour ramener le calme au Liban et désamorcer la bombe de la discorde. Il s'agit d'une opération globale qui passe par l'ouverture du dossier des faux témoins, en démontant « la milice noire » qui les a fabriqués, monté l'accusation politique contre la Syrie et cherche aujourd'hui à accuser le Hezbollah, et qui se poursuit à travers l'examen sérieux de la piste israélienne. Moussaoui a ajouté : « Malheureusement, certains visages ont pâli lorsqu'ils ont appris qu'Israël pouvait être accusé de l'assassinat du Premier ministre Rafic Hariri. » Selon lui, toute enquête qui ne traite pas le dossier des faux témoins et ne creuse pas la piste israélienne est malhonnête et politisée.
À son tour, le député Hassan Fadlallah a estimé qu'il est encore temps de traiter la crise qui secoue actuellement le Liban, mais il a ajouté que ce temps ne se prolongera pas éternellement, « d'autant que les comploteurs n'ont pas abandonné leur projet ». Il a invité les responsables à saisir cette opportunité avant que le pays « ne soit entraîné dans le gouffre et il sera alors plus difficile de faire face au dangereux complot qui menace le Liban ».
Enfin, le député Nawwar Sahili a rappelé que toute accusation portée contre le Hezbollah au sujet de l'assassinat du Premier ministre Rafic Hariri est rejetée, « car elle est fausse et politisée ». Il a invité le camp du 14 Mars à rechercher les véritables coupables, sur la base des indices et des présomptions présentés par le secrétaire général du Hezbollah. Il a encore annoncé que le parti chiite évoquera cette question chaque jour jusqu'à ce que le dossier des faux témoins soit ouvert, assurant que le gouvernement attend le rapport du ministre de la Justice la semaine prochaine, et précisant que le parquet peut en réalité ouvrir le dossier d'office sans attendre une injonction du ministre.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants