Liban

Ethiopian Airlines : un bon bilan jusqu’à présent en matière de sécurité

OLJ
26/01/2010
Ethiopian Airlines s'est imposée depuis sa mise en service en 1946 comme l'une des trois plus importantes compagnies aériennes africaines et jouit d'une bonne réputation internationale en matière de sécurité, selon une dépêche AFP datée de Nairobi.
« Les accidents d'avion causés par une erreur de pilotage ou de maintenance sont inexistants dans l'histoire d'Ethiopian Airlines », a déclaré à la presse à Addis-Abeba son PDG, Girma Wake.
M. Girma a assuré qu'aucun problème d'ordre mécanique n'avait été signalé lors d'un contrôle de routine la veille à Addis-Abeba ni au moment du décollage à Beyrouth.
Le PDG de la compagnie éthiopienne s'est dit convaincu que le pilote du Boeing 737, qui s'est écrasé avec 90 personnes à bord peu après le décollage de Beyrouth, était très expérimenté et aurait refusé de décoller s'il avait jugé les conditions météorologiques impropres.
La compagnie nationale éthiopienne, propriété de l'État, dessert actuellement 56 destinations internationales et opère 555 vols internationaux hebdomadaires, dont 210 depuis Addis-Abeba.
Sur son site Internet, la compagnie, concurrente directe de South African Airways et de Kenya Airways, se fixe comme objectif pour 2010 des recettes d'un milliard de dollars et l'augmentation de ses dessertes à 60.
La semaine dernière, l'avionneur américain Boeing a annoncé la commande par Ethiopian de 10 appareils 737-800 nouvelle génération, un contrat évalué à 767 millions de dollars.
Avant l'accident hier à l'aube d'un de ses Boeing 737, avec 90 personnes à bord, peu après son décollage de Beyrouth, Ethiopian pouvait se prévaloir d'un bon bilan en matière de sécurité.
Hormis un atterrissage d'urgence début janvier qui n'a pas fait de blessés, les précédents incidents ou accidents remontent à plus de 10 ans.
Le 11 janvier, un Boeing 757 d'Ethiopian Airlines avait effectué, de nuit, un atterrissage d'urgence à l'aéroport de Malte. L'avion, en route d'Addis-Abeba vers Rome avec 180 passagers à bord, avait atterri sans incident après que le pilote eut signalé un problème sur l'un des deux moteurs de l'appareil.
En novembre 1996, un appareil reliant la capitale éthiopienne à Nairobi avait été détourné par trois pirates de l'air éthiopiens qui réclamaient l'asile politique. À court de carburant, l'avion s'était écrasé dans l'océan Indien au large des Comores, faisant 125 tués sur les 175 personnes à bord.
En septembre 1988, un Boeing 737 de la compagnie s'était écrasé à Bahar Dar en Éthiopie, des oiseaux ayant été aspirés par les deux moteurs en phase de décollage. Trente et une des 105 personnes à bord avaient péri dans cet accident.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué