Rechercher
Rechercher

INTERVIEWS

Jordanie - Hussein a écarté son frère parce qu'il était fâché L'abus de pouvoir source des déboires du prince Hassan (photo)

Le roi Hussein de Jordanie a mis à l’écart son frère, le prince Hassan, de la succession du trône au profit de son fils aîné le prince Abdallah pour abus de pouvoir, a-t-on appris de sources informées à Amman. Ces derniers temps, et jusqu’à son retour dans son pays, le 19 janvier, au terme de six mois de traitement anticancéreux aux États-Unis, le roi avait multiplié les signes de désaveu vis-à-vis de son frère, à la fois prince héritier et régent du royaume. Vendredi, Hassan ibn Talal, 51 ans, a été informé officiellement par des émissaires du souverain qu’il n’était plus l’héritier du trône hachémite. «Il est clair que le roi écarte son frère parce qu’il est fâché. Il y a encore deux mois, le souverain voulait uniquement garantir que le trône reviendrait à l’un de ses fils, après Hassan», a déclaré une de ces sources. Mais lors des derniers mois de son séjour aux États-Unis où il a suivi une chimiothérapie pour un cancer des ganglions lymphatiques depuis le 14 juillet, le roi Hussein, 63 ans, a fait état à ses proches de son mécontentement quant à la gestion du pays sous la houlette de son frère. «L’entourage du prince Hassan a abusé du pouvoir en intervenant dans toutes les décisions internes», a affirmé une source informée. Le souverain jordanien a d’ailleurs implicitement critiqué son frère mercredi, dans une interview à CNN, pour s’être «trop impliqué dans les affaires internes du pays» alors qu’il aurait dû «travailler dans l’ombre». «Un prince héritier ne doit pas s’ingérer dans le fonctionnement de l’exécutif. Or le prince Hassan a souvent tenu à placer des hommes à lui dans le gouvernement, qui n’en référaient qu’à lui», a précisé une source informée. «Les abus de ces responsables ont eu un impact négatif sur le prince Hassan qui a été la cible des critiques de beaucoup de Jordaniens», a ajouté cette source. Le sort du prince Hassan «n’est pas mon unique souci à ce stade», a encore déclaré le roi à CNN, soulignant qu’il entendait «rassurer les Jordaniens sur leur avenir qui doit être sûr et bâti sur la fraternité, la coopération et non l’intimidation». La mise à l’écart de Hassan ne devrait pas entraîner une déstabilisation du pays, le prince, selon ses proches, n’ayant aucune intention de contester la volonté royale. «Le prince Hassan a réagi comme un soldat respectueux de la hiérarchie de la monarchie», a assuré une source bien informée. La décision du roi ne devrait rencontrer aucune forme de contestation dans le pays, la majorité des Jordaniens estimant en effet que le trône doit revenir de droit au fils aîné du roi. La désignation du prince Hassan, il y a 33 ans, avait été liée à des circonstances extraordinaires qui n’ont plus cours aujourd’hui, fait-on valoir à Amman. Le souverain avait fait amender la Constitution en 1965 pour désigner son frère comme prince héritier afin d’éviter à Abdallah, son fils aîné, une longue régence, s’il venait à disparaître. Le roi avait été victime de plusieurs tentatives d’attentats à l’époque. Son fils aîné, le prince Abdallah ibn Hussein, n’avait alors que trois ans. Il aura 37 ans le 30 janvier. Le roi Hussein s’apprête à le nommer comme prince héritier, une fonction qu’il avait déjà occupée dans son enfance, entre 1963 et 1965. Le roi, qui a réuni un conseil de famille à son retour des États-Unis, a en outre exprimé le souhait que son fils, le prince Hamzeh (18 ans), né de son mariage avec la reine Nour, soit le successeur d’Abdallah, selon des sources bien informées. Les décisions du roi Hussein doivent être officiellement rendues publiques prochainement.

Le roi Hussein de Jordanie a mis à l’écart son frère, le prince Hassan, de la succession du trône au profit de son fils aîné le prince Abdallah pour abus de pouvoir, a-t-on appris de sources informées à Amman. Ces derniers temps, et jusqu’à son retour dans son pays, le 19 janvier, au terme de six mois de traitement anticancéreux aux États-Unis, le roi avait multiplié les signes...