Rechercher
Rechercher

Un petit pot de beurre pour l’extrême droite

À la fin, le loup mange la grand-mère, porte sa charlotte et se glisse dans son lit, attendant la petite fille en rouge, sa galette et son petit pot de beurre. Curieusement, la petite fille ne voit jamais le loup. Elle n’en voit, au fond du pauvre lit, que la rassurante charlotte de sa grand-mère. Elle croit ce que lui dit la voix contrefaite : « C’est pour mieux te voir, c’est pour mieux t’entendre… Mais c’est pour mieux te manger. » Le conte est surprenant, même pour un enfant qui, tout au long, pense que le Petit Chaperon rouge ne devrait pas se fier à des apparences aussi peu convaincantes. Inexorablement, la fillette tombe dans la gueule du loup qui triomphe dans la version de Perrault. Dans celle des frères Grimm, on doit attendre l’arrivée d’un chasseur pour accoucher la bête des deux proies qui lui gonflent le ventre : la grand-mère et l’enfant. L’une et l’autre version de ce récit de la tradition orale française et européenne sont éminemment politiques. L’électeur aveuglé par sa mignonne capuche, perdu dans une forêt de difficultés, entre retraites de misère, diminution du pouvoir d’achat, immigration incontrôlée, affaiblissement de l’autorité publique, va suivre un personnage qui dit aller dans la même direction que la sienne et qui connaît le chemin à prendre : le loup. Une région comme la Bretagne, ouverte sur la mer, habituée aux brassages humains, qui n’a jamais voté à l’extrême droite, place à présent celle-ci en tête de ses préférences. Quelqu’un lui a montré le chemin. Il porte une charlotte, et cela suffit à la rassurer.

Notre temps est déraisonnable. Nous ne savons pas le négocier, ce millénaire. Trop de sujets anxiogènes nous pèsent : le climat qui se dérègle, le suicide collectif qui se prépare si nous n’arrivons pas à contrôler l’activité humaine et limiter la hausse des températures, les probables monstres que nous préparons à nous servir, à travers l’intelligence artificielle, et qui probablement seront à leur tour capables de se servir de nous, l’inflation si difficile à juguler… et le niveau de cruauté, dont beaucoup de naïfs parmi nous croyaient l’humanité incapable, qui se montre au grand-jour dans la guerre à Gaza, échappant à toute sanction, protégé comme un droit de réponse, tout démesuré qu’il soit. L’humanité a peur. L’humanité veut joindre ses coudes, ses épaules, aux épaules et aux coudes qui lui ressemblent. Faire tribu. Faire masse uniforme. Croire ceux qui lui disent que l’étranger mange son pain et prend son travail. La France aux Français ? Bien-sûr, c’est leur pays et s’y sentir chez eux est leur droit le plus élémentaire.

Mais quelle tristesse, dans un monde pourtant globalisé où la Toile a ouvert toutes les frontières, de célébrer le retour aux communautarismes, aux appartenances étroites, le repli identitaire, le frileux refuge parmi les siens. Et quel terne avenir, quel ennuyeux paysage intellectuel et artistique se prépare au sein de sociétés monochromes, méfiantes, chauvines, hostiles à la différence. Le seul intérêt de ce basculement politique est qu’à force de restrictions, il produira de nouvelles révolutions et sans doute des idées neuves. Cela fait trop longtemps que tout stagne. Quelque chose devait remuer la vase. Voilà qui est fait, une nouvelle espèce de loups est entrée dans Paris. Ils hurlent un peu trop fort, mais leurs dents sont limées, leurs lunettes ajustées. Et n’oublions pas les charlottes.

À la fin, le loup mange la grand-mère, porte sa charlotte et se glisse dans son lit, attendant la petite fille en rouge, sa galette et son petit pot de beurre. Curieusement, la petite fille ne voit jamais le loup. Elle n’en voit, au fond du pauvre lit, que la rassurante charlotte de sa grand-mère. Elle croit ce que lui dit la voix contrefaite : « C’est pour mieux te voir,...
commentaires (6)

Les Français ne sont plus chez eux, mais ils ont oublié qu'ils ont longtemps fait comme "chez eux" chez des autres qui ne les avaient pas invités.

Politiquement incorrect(e)

15 h 55, le 13 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Les Français ne sont plus chez eux, mais ils ont oublié qu'ils ont longtemps fait comme "chez eux" chez des autres qui ne les avaient pas invités.

    Politiquement incorrect(e)

    15 h 55, le 13 juin 2024

  • - QUELLE EST LA DIFFERENCE, - ENTRE MARIE LEPEN, - ET L,EXITE MACRON, - JOUANT NAPOLEON, - POUR ATTIRER EN FRANCE, - LA NUCLEAIRE OFFENSE ?

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    15 h 00, le 13 juin 2024

  • La droite éloignée du centre récolte les suffrages, et son travail depuis des décennies a fini par être payant.""Curieusement,la petite fille ne voit jamais le loup"",mais étonnante situation où en ce jour annoncé "elle a vu le loup" et elle n’a pas eu peur,et elle a voté. Des étrangers stigmatisés (on n’est plus chez nous) votent finalement, après "avoir vu le loup",pour cette droite,qui n’est plus extrême? Sans doute pour évacuer le mépris et l’amalgame.Le virage à droite n’est plus propre à la France,la contagion se fera et comme par hasard on ne parle plus de crise, qu’on ne s’ennuie plus.

    NABIL

    11 h 19, le 13 juin 2024

  • "" La France aux Français ? Bien-sûr, c’est leur pays et s’y sentir chez eux est leur droit le plus élémentaire"". C’est leur pays, ils ont le droit de vivre comme ils l’entendent. Un de vos anciens collègues éditorialistes qui vit actuellement dans une tour de contrôle, n’écrivait que des vérités, avait prédit dès la première investiture de Macron : "...que très probablement, qu'il ne pourrait que finir en l'un des plus impopulaires hommes politiques de l'histoire de l'Hexagone". Visionnaire bien sûr, mais comment endiguer la droite la plus revendicatrice depuis Mitterrand…

    NABIL

    10 h 57, le 13 juin 2024

  • ""Croire ceux qui lui disent que l’étranger mange son pain et prend son travail. La France aux Français ? Bien-sûr, c’est leur pays et s’y sentir chez eux est leur droit le plus élémentaire"". Autrement dit, on n’est plus chez nous. Le "chez nous", nous au Liban, on ne l’a plus depuis longtemps. La France se libanaise, ses ""revendications identitaires drôlement (dangereusement ?) libanoïsantes""… et nous voilà face à face dans des chocs de cultures. Je le dis et je le répète, qu’un séisme s’est produit en France depuis le Bataclan, le super marché casher et Charly Hebdo.L’onde de choc est là.

    NABIL

    10 h 53, le 13 juin 2024

  • quand la France vote extreme droite, les medias s’en offusquent. Mais quand la turquie, israel, les pays arabes, l’inde, la russie, le pakistan et j’en passe, le font, c’est acceptable. dans un monde de plus en plus gouverne par des identitaires assumes, il est tout a fait normal que l’europe reagisse. Macron et les presidents precedent ont ignores le dossier immigration ideologiquement. c’est justement ca qui l’a sanctionne.

    Nadim Audi

    00 h 09, le 13 juin 2024

Retour en haut