Rechercher
Rechercher

Au fil de nos 100 ans - Lorient-Le Siecle

Quand Samir Kassir faisait de « L’Orient-Express » l’enfant terrible de « L’Orient-Le Jour »

Rédacteur en chef du magazine de 1995 à 1998, le journaliste assassiné en 2005 aura offert à la presse libanaise sa plus grande récréation politico-culturelle francophone et une parenthèse inattendue de liberté d’expression dans un Liban d’après-guerre sous occupation.

Quand Samir Kassir faisait de « L’Orient-Express » l’enfant terrible de « L’Orient-Le Jour »

Les couvertures des 27 numéros de « L'Orient-Express », magazine mensuel de « L'Orient-Le Jour », parus entre novembre 1995 et février 1998. Images aimablement fournies par Omar Boustany. Photomontage de Guilhem Dorandeu.

Samir Kassir fulmine. Quelques mètres carrés ! Voilà l’espace qu’on lui a refourgué pour préparer la maquette du n° 0 de la nouvelle revue du group. Ce n’est pourtant pas la place qui manque au 3e étage de l’immeuble de la régie publicitaire...
Samir Kassir fulmine. Quelques mètres carrés ! Voilà l’espace qu’on lui a refourgué pour préparer la maquette du n° 0 de la nouvelle revue du group. Ce n’est pourtant pas la place qui manque au 3e étage de l’immeuble de la régie publicitaire...
commentaires (2)

Et ce sont ceux là-mêmes qui réclament un président à leur image qu’ils prétendent être celle du Liban. Des obscurantistes plombés par la haine et assoiffés de terreur alors que le Liban n’aspire qu’à la paix et la stabilité depuis le temps qu’il paie dans sa chair et dans son sang le règlement de comptes des dirigeants corrompus qui provoquent le chaos pour se maintenir au pouvoir et noyer le poisson. Aucun conflit à ce jour n’est justifié par une raison autre que celui du maintien de leur dictature qui n’en finit pas de tuer partout où ils passent. Et certains adhèrent à leur cause.

Sissi zayyat

14 h 13, le 03 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Et ce sont ceux là-mêmes qui réclament un président à leur image qu’ils prétendent être celle du Liban. Des obscurantistes plombés par la haine et assoiffés de terreur alors que le Liban n’aspire qu’à la paix et la stabilité depuis le temps qu’il paie dans sa chair et dans son sang le règlement de comptes des dirigeants corrompus qui provoquent le chaos pour se maintenir au pouvoir et noyer le poisson. Aucun conflit à ce jour n’est justifié par une raison autre que celui du maintien de leur dictature qui n’en finit pas de tuer partout où ils passent. Et certains adhèrent à leur cause.

    Sissi zayyat

    14 h 13, le 03 juin 2024

  • L’orient express était pour nous la bouffée d’oxygène tant attendu sur le plan culturel. Un espoir que que Liban renaîtra de ses cendres . Ceux qui ont tue Samir Kassir savait bien la valeur qu’il représentait .

    Elie Chammas

    12 h 30, le 02 juin 2024

Retour en haut