Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Place à la science-fiction !

À l’heure où nous nous retrouvons souillés de la tête aux pieds, à l’heure où le pays risque à tout moment de rendre son dernier soupir, où l’avenir est on ne peut plus sombre et incertain, nous attendons sans bouger la baguette magique qui viendra nous sauver.

Sacré pays qui survit par miracle et qui en fait son seul outil.

Incomparables, certains médias qui excellent à assurer des scoops vides, des reportages inutiles et des entrevues avec des politiciens qui nous donnent la nausée. Accueillis souvent avec des sourires mielleux et des titres aussi énormes que le dégoût qu’ils inspirent, ils arrivent arrogants, prétentieux, fiers de leur pouvoir. Tromper, tromper et encore tromper le peuple naïf par de longs discours vides et des promesses de lendemains meilleurs pour mieux faire passer la pilule empoisonnée. Nous avons dépassé le seuil de saturation et ils continuent à nous prédire des jours exceptionnels, si « on » les laisse travailler. Ils sont dans l’obligation de nous sermonner parce que, bien entendu, nous sommes seuls responsables de ce qui nous arrive. Ils vont se sacrifier jusqu’au bout… pour aspirer les dernières économies cachées dans nos maisons, pour nous offrir sans cesse de nouveaux impôts et de nouveaux problèmes à résoudre. Tant que le peuple est occupé à survivre, ils sont tranquilles. On ne peut que saluer leur ingéniosité à financer leurs propres poches.

Pendant ce temps, à Gaza, l’extermination d’un peuple en entier ne fait pas broncher les pays « civilisés ». Dépravation totale, mépris des droits humanitaires les plus basiques, famine, maladies, carnages, viols et morts par milliers, rien ne semble les faire réagir. Il y aurait d’une part les êtres « humains » et d’autre part les cafards qu’il faut éradiquer pour le bien de… l’humanité.

Drôle d’humanité où les enfants sont considérés différemment selon qu’ils appartiennent à tel ou tel bord. J’en profite pour saluer la Déclaration des droits de l’enfant émise par l’Organisation des Nations unies.

Humanité, droits de l’homme, respect des valeurs, intégrité du système judiciaire, triomphe du bien contre le mal… Je n’aurais jamais cru que ce n’était que des fictions. J’ai fini par comprendre que je n’avais rien compris… Ce printemps, le parfum du jasmin ne sera plus le même…


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

À l’heure où nous nous retrouvons souillés de la tête aux pieds, à l’heure où le pays risque à tout moment de rendre son dernier soupir, où l’avenir est on ne peut plus sombre et incertain, nous attendons sans bouger la baguette magique qui viendra nous sauver.Sacré pays qui survit par miracle et qui en fait son seul outil.Incomparables, certains médias qui excellent à assurer...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut