Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-Sud

Guerre avec Israël : le Hezbollah "a perdu le pouvoir de décision", selon Bassil

Le chef du CPL veut « un plan d'action et d'exécution » du document de Bkerké et une entente sur l'élection présidentielle.

Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) Gebran Bassil, lors d'une conférence de presse au Forum de Beyrouth, le 9 avril 2022. Photo d'archives tirée du site Tayyar.org

Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste), Gebran Bassil, a estimé vendredi que le Hezbollah « a perdu le pouvoir de décision d'arrêter la guerre » avec Israël, dans une interview accordée à un journal koweïtien et reprise par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Assurant toutefois soutenir le parti chiite pro-iranien dans « son face-à-face aux attaques israéliennes » qui dure depuis le 8 octobre 2023, le chef du parti aouniste et député de Batroun a également réitéré son appel à une  «entente» sur l'élection présidentielle, la magistrature suprême étamt vacante depuis le départ de Michel Aoun en octobre 2022. M. Bassil a aussi appelé à mettre en place « un plan d'action et d'exécution » du document de Bkerké, un texte du patriarcat maronite qui vise à résumer la vision unifiée des chrétiens face aux défis qui se posent au Liban.

Position bonne « même si... »

« Il est clair que le Hezbollah ne souhaite pas une grande guerre avec Israël », a affirmé M. Bassil au quotidien Al-Anba. « Cette position est bonne et appréciée, même si le Hezbollah a perdu le pouvoir de décision d'arrêter la guerre, qui est maintenant entre les mains d'Israël », a-t-il poursuivi.

M. Bassil a également insisté sur « la nécessité d'un cessez-le-feu au Liban-Sud », ainsi que sur celle de « séparer ce sujet des développements de la guerre à Gaza ». Le parti chiite affirme soutenir le mouvement Hamas contre Israël et maintient un front tendu avec l'armée de l'État hébreu depuis le 8 octobre.

Le chef du CPL a toutefois estimé : « Nous nous tenons derrière la résistance dans son face-à-face aux attaques israéliennes sur le Liban, tout en refusant en même temps la position du Hezbollah de participer à la guerre de Gaza alors qu'il n'y a pas de consensus national interne » au Liban sur cette question. Gebran Bassil estime aussi que le parti chiite « a brisé les équations dans l'intérêt du Liban qui prévalaient avant le 7 octobre ».

Présidentielle, document de Bkerké et « prétextes »

La situation au Liban-Sud ne doit pas être liée à la présidentielle : « Dans tous les cas, il faut tenir l'élection présidentielle », a dit le chef du CPL, qui a renouvelé son appel à « une entente sur un président de la République pour combler la vacance, en partant du fait que personne ne peut rien imposer à quiconque ». Une pique évidente au tandem chiite Hezbollah-Amal, qui soutient sans faillir le chef du courant  des Marada Sleiman Frangié.

M. Bassil a appelé à « ne pas perdre de temps » sur l'élection présidentielle « sous des prétextes comme le dialogue ou d'autres, qui prolongent la vacance » à la tête de l'État. Le chef du Parlement Nabih Berry, adversaire politique de Gebran Bassil, souhaite un dialogue parlementaire élargi afin de trouver un consensus autour de la présidence.

« Il faut élaborer un plan d'action et d'exécution du document sur lequel Bkerké a travaillé », a ajouté le député, dénonçant « ceux qui tentent de le faire échouer », en allusion à son rival sur la scène chrétienne Samir Geagea. Le chef des Forces Libanaises (FL) avait estimé en effet que cette initiative n'avait pas d'intérêt et que les réunions de Bkerké constituaient « beaucoup de bruit pour rien ».

Des apparences d'État

De son côté, le chef des Forces libanaises Samir Geagea a abordé ces mêmes questions, vendredi lors d'un iftar qu'il organisait à Meerab. Concernant l'implication du Hezbollah dans la guerre, il a affirmé  que « celui qui a pris la décision d'impliquer le Liban doit en assumer la responsabilité et les conséquences ». « Le gouvernement doit assumer la pleine responsabilité (de ce qui se passe) et ne pas laisser le pays en champ libre pour une quelconque partie prenante, parce que le gouvernement est légitime même s'il s'agit d'un cabinet par intérim ».

M. Geagea a aussi estimé que « l'opposition souhaite un président qui reconstruise l'État, consolide sa souveraineté et engage les réformes nécessaires. En revanche, la Moumanaa souhaite un président qui garantisse la continuité de la situation actuelle, c'est-à-dire des apparences d'État, tout en permettant à Hezbollah de continuer à monopoliser les décisions de paix et de guerre comme c'est le cas actuellement ».

Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste), Gebran Bassil, a estimé vendredi que le Hezbollah « a perdu le pouvoir de décision d'arrêter la guerre » avec Israël, dans une interview accordée à un journal koweïtien et reprise par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).Assurant toutefois soutenir le parti chiite pro-iranien dans « son face-à-face aux attaques...
commentaires (6)

Bravo Sissi: Quel baume sur le coeur que de vous lire! Je vous propose d'avancer une idee: Veuilez suggerer aux tout-puissants!!! Hezbollahis !!!, soumis aux barbus iraniens et nobles souteneurs de la cause palestinienne, la simple solution d'aller combattre aux cotes du hamas et autres groupes qui guerroient contre Israel, au lieu de casser le Liban et les libanais de tous bords!!! Oseraient-ils ??? Oh que non! Ils sont trop habitues a tuer des civils libanais et syriens: C'est tellement plus facile! Quelle bande de ???

RAYMOND SAIDAH

19 h 32, le 07 avril 2024

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Bravo Sissi: Quel baume sur le coeur que de vous lire! Je vous propose d'avancer une idee: Veuilez suggerer aux tout-puissants!!! Hezbollahis !!!, soumis aux barbus iraniens et nobles souteneurs de la cause palestinienne, la simple solution d'aller combattre aux cotes du hamas et autres groupes qui guerroient contre Israel, au lieu de casser le Liban et les libanais de tous bords!!! Oseraient-ils ??? Oh que non! Ils sont trop habitues a tuer des civils libanais et syriens: C'est tellement plus facile! Quelle bande de ???

    RAYMOND SAIDAH

    19 h 32, le 07 avril 2024

  • Le modérateur d’aujourd’hui se permet de censurer mes commentaires. Est ce qu’il a un lien de parenté avec Bassoula? Je persiste et signe, ce mec et son parti sont la plaie purulente de notre pays. Il nous tarde de les voir jugés selon nos lois, pour tout le mal qu’ils ont commis sur les citoyens et le pays, avec tous leurs alliés vendus.

    Sissi zayyat

    13 h 43, le 06 avril 2024

  • LA STUPIDITE EST LA SOEUR JUMELLE DE L,INCOMPETENCE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 28, le 06 avril 2024

  • Il n’a pas évolué… comme le dit son slogan, "il l’était et il le restera"… tant pis pour lui… et dommage pour le Liban…

    Gros Gnon

    08 h 23, le 06 avril 2024

  • Cameleon incolore.....

    Sabri

    23 h 06, le 05 avril 2024

  • Monsieur bouffe à tous les râteliers ... c'est bien mais pas bien je veux mais je ne veux pas je soutiens les barbus mafieux sans les soutenir ... bref comme girouette on ne peut pas faire mieux c'est un modèle hors norme .

    Zeidan

    18 h 53, le 05 avril 2024

Retour en haut