Rechercher
Rechercher

Politique - Guerre de Gaza

Kassem : 90 % de chances que la guerre ne s'étende pas à tout le Liban

Le numéro deux du parti chiite confirme n'avoir pas encore donné de réponse aux députés de la Modération nationale concernant leur initiative pour un déblocage de la présidentielle. 

Le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem, lors d'un entretien sur la LBCI, le 5 mars 2024. Capture d'écran

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem, a estimé à 90 % la probabilité que les affrontements actuels entre les combattants de sa formation et Israël le long de la frontière sud du Liban ne débordent pas dans tout le pays, ajoutant toutefois que le parti est « prêt pour les 10 % restants ».

Lors d'un entretien à la chaîne télévisée LBCI, le numéro deux du parti chiite a indiqué que « la perception qu'a Israël du niveau de préparation du Hezbollah influence sa réticence à escalader le conflit ». Il a indiqué que le parti « n'a pas entraîné le Liban dans le conflit, mais qu'une menace israélienne significative existe » et qu'il est important que l'Etat hébreu reste « dissuadé » afin de ne pas « représenter une menace de guerre constante ».

Le Hezbollah et Israël s'affrontent par échanges de frappes quotidiens depuis le 8 octobre 2023, au lendemain de l'attaque du Hamas. Le dignitaire a réitéré dans son entretien dans l'émission « Kalam bel siyasa » (Discussion politique, en arabe) que ce front avait été ouvert « en soutien à la résistance palestinienne à Gaza ».

« Nous ne sommes pas plus proches d'une guerre totale au Liban, » a encore déclaré Naïm Kassem. « Il y a 90 % de chances qu'il n'y ait pas de guerre à grande échelle » dans le pays, mais « le Hezbollah est prêt » si les 10 % de risques de guerre l'emportent. Selon lui, le parti se trouve jusqu'à présent en « position de défense » et ne souhaite pas « entraîner le Liban dans une guerre, mais il y a un ennemi dangereux qui pourrait commencer une guerre à tout moment contre notre pays, sans aucune justification ». C'est pourquoi, selon lui, « la dissuasion préventive est cruciale pour sauvegarder le Liban. » Il a en outre affirmé qu'il n'y a aucun membre des gardiens iraniens de la révolution « présent sur le terrain libanais. »

Lire aussi

Des négociations pendant le ramadan ? Hochstein a mis une proposition sur la table, affirme Mikati

Concernant un potentiel cessez-le-feu entre le Hamas et Israël, le cheikh Kassem a déclaré que « s'il y a un cessez-le-feu à Gaza, il y aura un cessez-le-feu ici » dans le sud du Liban, mais « si un cessez-le-feu émerge à Gaza et qu'Israël rejette la paix dans le sud du Liban, le Hezbollah résistera ».

Des médiateurs se trouvent actuellement au Caire pour tenter de négocier un cessez-le-feu de 40 jours entre le Hamas et Israël, et rencontrent de nombreux obstacles. Israël conditionne notamment toute trêve à la libération de la centaine d'otages israéliens encore à Gaza, ce qui est compliqué, selon le Hamas, qui dit ne pas détenir tous ces otages. Plus tôt cette semaine, l'émissaire spécial américain Amos Hochstein avait informé les responsables libanais qu'un cessez-le-feu à Gaza ne s'appliquerait pas automatiquement entre Israël et le Hezbollah.

« C'est aux autres de s'adapter »

Au niveau politique, Naïm Kassem a réitéré dans son entretien le soutien du Hezbollah à Sleiman Frangié, chef des Marada, à la présidence, vacante depuis le 31 octobre 2022. « Pour l'instant, nous n'envisageons pas un autre candidat. Les autres doivent s'adapter, pas nous », a-t-il déclaré. En ce qui concerne la dernière initiative de déblocage de la crise politique, lancée par le groupe de la « Modération nationale », M. Kassem a confirmé « n'avoir pas encore fourni de réponse définitive » à ce bloc parlementaire, qui se compose de six députés, principalement d'anciens partisans du Courant du Futur. Cette initiative veut encourager tous les blocs à se réunir au Parlement et à exiger une session ouverte pour l'élection d'un président. 

Naïm Kassem a encore souligné que Sleiman Frangié représente l'« éthos politique de l'Axe de la Résistance », tout en mettant en avant les différents compromis auxquels le candidat s'est engagé s'il est élu, notamment concernant ses relations avec les pays arabes, les Etats-Unis et les autres partis libanais. Il a en outre déploré l'incapacité des autres forces politiques à faire des concessions et refusé que le Hezbollah en fasse. « Pourquoi devrions-nous faire nous des compromis ? Nous n'imposons notre volonté à personne et personne ne devrait nous imposer la sienne. »

Le numéro deux du Hezbollah a en outre balayé l'idée de la mise sur pied d'un « front » des partis chrétiens contre le Hezbollah, alors que les principales forces de la scène chrétienne, le Courant patriotique libre (CPL), et les Forces libanaises, deux partis normalement adverses, rejettent tous les deux la candidature de Sleiman Frangié.

Concernant les tensions opposant le CPL au Hezbollah ces derniers mois, et qui ont été marquées dans les derniers discours très virulents du chef du parti aouniste, Gebran Bassil, et de son fondateur, Michel Aoun, à l'encontre de leur ancien allié, Naïm Kassem a estimé qu'il s'agissait de « différences au niveau des croyances et de la vision », mais que « les canaux de communication restent ouverts ». 

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem, a estimé à 90 % la probabilité que les affrontements actuels entre les combattants de sa formation et Israël le long de la frontière sud du Liban ne débordent pas dans tout le pays, ajoutant toutefois que le parti est « prêt pour les 10 % restants ». Lors d'un entretien à la chaîne télévisée LBCI, le numéro deux du parti...
commentaires (10)

Notre devin divin , notre zardoz local has spoken: 90-10 est le pronostique... ya jarbouaa ya zalim... dans les 2 cas on se retrouve sur le pavé ! Yallah, koulouna li wataa...

Wlek Sanferlou

14 h 56, le 07 mars 2024

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Notre devin divin , notre zardoz local has spoken: 90-10 est le pronostique... ya jarbouaa ya zalim... dans les 2 cas on se retrouve sur le pavé ! Yallah, koulouna li wataa...

    Wlek Sanferlou

    14 h 56, le 07 mars 2024

  • Ah ben quand un barbu dit « qu’on 90% que la guerre NE s’étende PAS à tout le pays », c’est sûr et certain que le contraire est encore plus vrai… Quant à Franjieh, lamauvaise foi dans toute sa splendeur !! Pauvre Liban, détruit par tous ces rapaces, qui n’ont même pas une once d’humanité ni d’humilité !!!

    MalikeDoBrazil

    12 h 00, le 07 mars 2024

  • Mais qu'est-ce que ce bonhomme raconte???? C'est quand-meme epoustouflant de l'entendre, d'entendre une personne, quelle quelle soit, prendre l'iniative, le privilge d'engager un pays, le notre, dans un guerre dont nous ne voulons absolument pas!!! Que nos freres arabes protegent les palestiniens qui nous ont fait, a nous libanais, assez de torts!!!! Comme c'est triste d'entendre ce pauvre Mikati vendu au plus offrant.

    RAYMOND SAIDAH

    19 h 19, le 06 mars 2024

  • Et voilà que le second en barbu ramène sa gueule pour nous expliquer qu’il y que peu de risque de se faire mettre à genoux par les fous furieux en place et comme en 2006 ils vont qu’ils avaient pas prévu une telle réaction… et le présidentielle, c’est le ponpon de l’hypocrisie et du mensonge rien qu’à essayer de lire cette déclaration, j’ai des nausées.

    Zeidan

    18 h 35, le 06 mars 2024

  • "Les autres doivent s'adapter, pas nous!" . Mais, bien sûr, nous n' imposons rien à personne! S'ils ne veulent pas de notre candidat, c'est leur faute, et, tant pis pour eux, ils n'auront pas de président !

    Yves Prevost

    17 h 22, le 06 mars 2024

  • Il lui est facile de prophétiser puisque c'est lui qui détient la décision... à 90%. Il reste tout de même 10% d'imprévisible.

    Yves Prevost

    17 h 14, le 06 mars 2024

  • Le Liban est en guerre! Tout le pays est en guerre!

    Murad Mazen

    15 h 22, le 06 mars 2024

  • Il y a 90 % de chance que la guerre ne s'étende pas à tout le Liban. Nous voilà rassurés. Ça n’est sûrement pas à cause de la bravoure de votre milice et parti qui a déjà sacrifié des dizaines de morts et 100 milles de déplacés. Vous rasez les murs aussitôt que le ton de votre adversaire change de diapason et se montre plus menaçant que jamais. Aunt au président deja désigné par nos fossoyeurs, ils peuvent se brosser, jamais les libanais n’accepteraient un deuxième polichinelle au service de ses ennemis pour les achever. A nous maintenant de hausser le ton pour nous faire entendre.

    Sissi zayyat

    14 h 54, le 06 mars 2024

  • EQUITE OBLIGE : NOTRE CANDIDAT EST FRANJIEH. ILS *DOIVENT L,ACCEPTER*. NOUS NE L,IMPOSONS PAS... DES ANGES DESCENDUS DU PARADIS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 23, le 06 mars 2024

  • Et quel est la probabilité pour la Jordanie l?

    M.E

    14 h 21, le 06 mars 2024

Retour en haut