Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Frais illégaux

Amazon rembourse plus de 700 travailleurs en Arabie saoudite, suite à un rapport d'Amnesty

Exploités et trompés, selon l'organisation humanitaire, certains de ces employés avaient envisagé de mettre fin à leurs jours.

Amazon rembourse plus de 700 travailleurs en Arabie saoudite, suite à un rapport d'Amnesty

Des figurines avec des ordinateurs et des smartphones devant le logo d'Amazon dans cette illustration prise le 19 février 2024. Photo Reuters/Dado Ruvic/Illustration/File Photo

Le géant de la vente en ligne Amazon a annoncé avoir versé 1,9 million de dollars pour rembourser plus de 700 travailleurs émigrés engagés dans ses opérations en Arabie saoudite et qui ont versé des frais illégaux de recrutement à des sous-traitants de l’entreprise, une pratique qui avait été dénoncée dans un rapport d'Amnesty International datant d’octobre 2023. Exploités et trompés, selon l'organisation humanitaire, certains de ces employés avaient envisagé de mettre fin à leurs jours. 

Réagissant à l’annonce jeudi de la multinationale, Steve Cockburn, responsable du programme Justice économique et sociale d'Amnesty International, a déclaré : « Le remboursement par Amazon des frais de recrutement illégaux est une étape essentielle pour permettre à des centaines de travailleurs migrants d'obtenir réparation après avoir subi toute une série de graves violations du droit du travail alors qu'ils étaient sous contrat avec l'entreprise en Arabie saoudite. Les travailleurs nous ont fait part de l'importance de ces paiements pour reconstruire leur vie ».

Lire aussi

Des milliers de personnes vivent dans des logements insalubres dans le nord du Liban, alerte Amnesty International

En revanche, estime le responsable, si ces paiements apporteront un soulagement immédiat aux travailleurs qui ont souvent dû s'endetter lourdement pour avoir la possibilité de travailler pour Amazon, « ils doivent s'accompagner de mesures beaucoup plus strictes pour garantir que des abus aussi choquants - qui s'apparentent probablement à de la traite d'êtres humains dans certains cas - ne puissent plus jamais se reproduire ».

Le rapport d’Amnesty International intitulé « Don't worry, it's a branch of Amazon » (Ne vous inquiétez pas, c'est une filiale d'Amazon) révèle que « des employés sous contrat dans les entrepôts d’Amazon en Arabie saoudite ont été trompés par des agents de recrutement et des sociétés de fourniture de main-d’œuvre, spoliés de leurs revenus, logés dans des conditions épouvantables et se sont vus empêchés de changer d’emploi ou de quitter le pays ».

Le rapport, publié en octobre 2023, montre aussi qu’« Amazon n’a pas pris les mesures adéquates pour empêcher des employés sous contrat de subir de multiples atteintes aux droits humains, alors qu’elle a reçu des plaintes directes sur la manière dont ils ont été traités pendant de longues périodes ». « Dans de nombreux cas, il est fort probable que les atteintes subies par les employés relevaient de la traite d’êtres humains étant donné qu’ils ont été trompés lors de leur recrutement et exploités une fois sur place », note encore le rapport.

« Amazon aurait pu empêcher ces abus de se produire, en faisant preuve d’une plus grande diligence et en répondant efficacement aux plaintes des travailleurs », fait remarquer Steve Cockburn qui invite la multinationale à étendre la réparation à des centaines d'autres travailleurs sous contrat avec Amazon qui ont déjà quitté l'entreprise ou le pays, mais sont susceptibles d'avoir été confrontés à des abus similaires, y compris la tromperie, le vol de salaire et des frais de recrutement élevés. « Ils méritent eux aussi justice et indemnisation », insiste-t-il.

« Malheureusement, l'expérience des travailleurs d'Amazon est loin d'être unique étant donné le risque élevé d'exploitation dans le cadre du système de travail Kafala (garantie) de l'Arabie saoudite, conclut Steve Cockburn. Cette affaire doit servir de leçon aux autres entreprises opérant dans le pays pour qu'elles prennent toutes les mesures nécessaires afin de prévenir les abus et d'y remédier lorsqu'ils se produisent. Lorsque les entreprises ne prennent pas au sérieux leurs responsabilités en matière de droits de l'homme, ce sont les travailleurs qui en paient le prix ».

Le géant de la vente en ligne Amazon a annoncé avoir versé 1,9 million de dollars pour rembourser plus de 700 travailleurs émigrés engagés dans ses opérations en Arabie saoudite et qui ont versé des frais illégaux de recrutement à des sous-traitants de l’entreprise, une pratique qui avait été dénoncée dans un rapport d'Amnesty International datant d’octobre 2023. Exploités et...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut