Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Dans la presse

Une des victimes du 7 octobre a été tuée par un soldat israélien, révèle le Haaretz

Le quotidien israélien affirme avoir consulté et analysé plusieurs entretiens, images et appels téléphoniques.

Une des victimes du 7 octobre a été tuée par un soldat israélien, révèle le Haaretz

Vue des maisons du village israélien de Kfar Aza endommagées lors des violences qui ont suivi une attaque du Hamas contre le sud d'Israël. Photo Alexandre Meneghini/REUTERS

Une enquête du journal Haaretz a révélé qu'un Israélien qui s'était échappé du festival de musique Nova le 7 octobre 2023 près de la bande de Gaza a été abattu par une équipe de sécurité bénévole au village d’Alumim, dans le sud d'Israël. Selon les éléments publiés jeudi par le quotidien, Oftek Atun, 24 ans, et sa petite amie Tamar ont fui la rave en voiture après que des roquettes ont commencé à voler au-dessus de leurs têtes. Ils se sont d'abord réfugiés dans l'abri anti-atomique construit pour les habitants d’Alumim, mais l'abri a été attaqué et ils se sont de nouveau enfuis.

Cette fois, ils sont entrés dans la localité elle-même, ignorant que les militants palestiniens qui s’y trouvaient avaient été chassés, et ont commencé à frapper frénétiquement aux portes des habitants, dans l'espoir de trouver un endroit où se cacher. Selon l'enquête du Haaretz – qui se base sur de nombreux entretiens, l'analyse des images de sécurité et l'écoute d'appels téléphoniques enregistrés - Oftek Atun et Tamar ont fait irruption dans la maison d'un couple de personnes âgées qui se réfugiaient dans leur "pièce sécurisée".

Lire aussi

Retour sur la mort de 12 otages le 7 octobre : Israël ouvre enfin l’enquête

Suite des événements confuses

Lorsque ces personnes ont entendu le jeune couple dans leur maison, elles ont pensé qu'il s'agissait d'hommes armés palestiniens et ont appelé à l'aide l'équipe de sécurité bénévole du village. L'équipe, qui comprenait un soldat résident du village, est arrivée, a évacué le couple âgé par la fenêtre de leur pièce sécurisée, puis est entrée dans la maison à la recherche de membres du mouvement Hamas.

La suite des événements est plus confuse, constate le Haaretz. Un membre de l'équipe de sécurité affirme qu'Atun et le soldat, qui avait un pistolet, se sont battus et que le soldat a tiré plusieurs fois sur Atun, pensant toujours, selon le journal, que le fêtard de 24 ans était un "terroriste". D'après la petite amie d'Atun, celui-ci a été abattu sans qu'il y ait eu de lutte préalable. Tamar elle-même a reçu une balle dans l'estomac alors qu'elle s'enfuyait de la maison où son petit ami venait d'être tué. Elle a survécu à la fusillade.

Haaretz relaie aussi une déclaration d'un habitant de la localité, qui apporte sa propre version de l’incident. Selon cette déclaration, « l'équipe de sécurité bénévole de la communauté a sauvé le [couple âgé] de la fenêtre de la pièce sécurisée et est ensuite entrée dans la maison, où elle a remarqué Ofek qui se dirigeait vers elle, un couteau à la main, et l'a malheureusement abattu ».

« Immédiatement après, ils ont fouillé la maison et tiré sur Tamar lorsqu'elle a tenté de s'enfuir », ajoute la déclaration. Le Haaretz a indiqué qu'il publiera bientôt plus de détails.

Le 6 février dernier, l'agence Reuters a rapporté qu'Israël avait commencé à enquêter sur d'éventuelles "violations de la loi" commises par ses forces armées le 7 octobre, à la suite d'un discours qui ne cesse de se développer sur les événements de cette journée chaotique et sanglante et sur les personnes qui sont blâmées pour quoi que ce soit.

Selon Haaretz, l'enquête de l'armée est centrée sur un incident survenu dans le kibboutz Be'eri, l'une des communautés les plus touchées, au cours duquel une maison a été bombardée par un char, tuant 12 otages israéliens qui étaient détenus par des tireurs palestiniens. Gaza est soumise à un strict blocus israélien depuis 2007. Le Hamas ne dispose pas de chars, d'avions ou de navires de guerre. Un rapport de l'Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient le confirme.

Yasmine Porat, une survivante de l'attaque du kibboutz Be'eri, a affirmé lors d'une interview accordée le 15 octobre à la radio israélienne que l'armée avait "sans aucun doute" tué plusieurs civils israéliens alors qu'elle combattait le Hamas le 7 octobre. "Ils ont tué tout le monde, y compris les otages", a-t-elle déclaré.

Un autre rapport du Haaretz publié à la mi-novembre citait une enquête de police qui concluait qu'un hélicoptère Apache israélien qui avait répondu à l'attaque du festival de musique Nova avait tiré à la fois sur les tireurs et sur les participants au festival. Environ 1 200 Israéliens et étrangers ont été tués le 7 octobre, ce qui constitue la pire perte en vies humaines en une seule journée depuis la création de l'État d'Israël en 1948.

Une enquête du journal Haaretz a révélé qu'un Israélien qui s'était échappé du festival de musique Nova le 7 octobre 2023 près de la bande de Gaza a été abattu par une équipe de sécurité bénévole au village d’Alumim, dans le sud d'Israël. Selon les éléments publiés jeudi par le quotidien, Oftek Atun, 24 ans, et sa petite amie Tamar ont fui la rave en voiture après que des...

commentaires (1)

Une?

Gros Gnon

13 h 14, le 23 février 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Une?

    Gros Gnon

    13 h 14, le 23 février 2024

Retour en haut