Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

D’écume, de promesses et de silences...

La tradition veut que l’on ouvre ponctuellement notre nouvelle année sur une page blanche, immaculée.

Du temps de ma grand-mère, la maisonnée se réveillait tous les premiers matins de l’année sur des airs éthérés et des valses vaporeuses du concert de l’an, ce rendez-vous culte retransmis en duplex de l’Orchestre philarmonique de Vienne sous la houlette des grands maestros, tels que Karajan, Mutti, Abado ou Prêtre, et c’était un repas tout blanc qui se déployait sur notre nappe de lin laiteuse, à savoir kebbé labaniyé, gratin de choux-fleur, endives bigarrées et, en apothéose, mhallabiyé et mont-blanc crémeux à souhait !

Si ces coutumes poudrées sont en train de se perdre peu à peu, bien que nous soyons désormais tenus de naviguer à vue, les nouvelles résolutions du 1er janvier persistent et noircissent des pages et des pages de nos cahiers, pourvu qu’elles ne demeurent lettre morte et que, viables dans le temps, elles ne soient, pour leur part, cousues de fil blanc !

Adieu aux repas pantagruéliques et bien arrosés, nous n’allons pas mettre un grain de « carbohydrates » en bouche, et manger des aliments de bon acabit et des nutriments bio et equilibrés pour nous sculpter un corps de rêve cet été. Nous allons bien amortir l’abonnement de notre club de gym, quitte à nous y tuer. Nous n’allons pas négliger aussi ce geste beauté d’étaler, même si c’est un ennui, notre crème de nuit. Nous n’allons pas poser notre tête sur l’oreiller brouillés avec un parent ou un bien-

aimé. Nous allons nous contrôler, rester zen, prendre de grandes respirations et tourner sept fois notre langue avant de nous emporter. Nous allons mieux tenir les cordons de la bourse, dépenser à bon escient et avoir toujours une pensée aux personnes que la vie n’a pas gâtées. Nous allons avoir un lien plus fusionnel avec le Créateur et l’inviter plus souvent dans nos cœurs. Nous allons accomplir nos tâches journalières avec plus de conscience et de minutie afin que notre fini soit impeccable et bien ourdi. Nous allons sincèrement compatir et nous sentir concernés par les maux du monde entier, et inversement, sur un plan personnel, regarder certaines situations de haut, rester imperméables, placides, éviter de polémiquer et surtout mettre bien devant nous cette vertu brodée d’or qui est celle de pardonner.

S’ajoute à cette liste bien intentionnée la résolution de ne plus fumer, de penser à préparer parfois un plat à la voisine de palier, d’user de beaucoup de patience avec nos personnes âgées, de tenir un journal intime – ce n’est pas une mauvaise idée –, de nous entourer de personnes solaires chargées de positivité, de préférer un bon livre plutôt que les réseaux, de nous enivrer, de fleurir nos balcons, d’arroser au quotidien nos amitiés, de nous enrichir de concerts, de conférences, de randonnées, de parenthèses de qualité, de continuer à pouvoir assumer, défendre avec foi nos positions et nos idées, et enfin, pourquoi pas, de nous lancer dans une activité jamais auparavant entamée... et pour le reste, carpe diem !

Le fin mot de l’histoire reste de bien tenir ces résolutions d’hygiène de vie, de les confirmer au quotidien et que le coup d’envoi soit finalement le perron de l’an ou un tout autre moment !

Pour la petite histoire, à toutes les ouvertures d’année, maman suspend au frigo à l’aide d’un gadget magnétisé une devise d’actualité que je me dois religieusement d’appliquer.

Pour 2024, je vois que « l’état-major » a prononcé son « omerta » : « Le silence n’a jamais trahi personne ! » En effet, prendre sur soi et ne pas s’empresser de répondre. Le silence peut être plus éloquent, plus puissant que de palabrer. Sans parler du silence intérieur qui, lui, est d’une grandeur incontestée !

Au bout du compte, chaque nouvelle année nous offre la chance de réécrire notre histoire personnelle sur un canevas encore vierge teinté des leçons du passé. Ces promesses gravées dans notre for intérieur et couchées sur papier traduisent notre désir ardent de respect de soi, d’épanouissement, de dépassement.

En ce tournant d’année, que le « réfrigérateur » devienne le témoin « silencieux » de notre évolution zélée, accueillant non seulement la devise aimantée de maman, mais aussi les petits triomphes et les grands couronnements qui ponctuent nos résolutions de réels accomplissements, de fermes aboutissements.

Bonne et heureuse envolée !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

La tradition veut que l’on ouvre ponctuellement notre nouvelle année sur une page blanche, immaculée.Du temps de ma grand-mère, la maisonnée se réveillait tous les premiers matins de l’année sur des airs éthérés et des valses vaporeuses du concert de l’an, ce rendez-vous culte retransmis en duplex de l’Orchestre philarmonique de Vienne sous la houlette des grands maestros, tels...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut