Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

L’étincelle de Noël !

Plus on avance en âge, plus ce que l’on souhaite pour Noël n’est plus des cadeaux emballés de papiers chatoyants, de satin et de rubans, mais des présents moraux, enrobés de douceur, de quiétude, de moments fluides, heureux, insouciants.

Le cadeau matériel et pompeux n’a plus de sens à nos yeux devant des souhaits beaucoup moins tangibles mais combien plus vitaux que sont la santé, la sérénité et la paix au monde entier.

Sans ce capital santé, qu’il soit personnel ou universel, rien ne se fait ! Une simple rage de dent ou une ampoule au pied peut nous empoisonner la vie et nous faire réaliser à quel point l’atout santé est précieux, inestimable !

C’est grâce à cette pêche, cette aubaine de bien se porter, que nous sommes capables de percevoir la vie avec d’autres yeux, d’irradier de l’amour à nos proches jusqu’aux derniers instants, de savourer chaque moment dans son « ici et maintenant ».

Cette analogie s’étend à l’univers aussi. Quand la santé du monde décline, un spleen, un malaise ambiants s’installent, et l’ordre régulier s’interrompt ou chancelle. C’est grâce à un éventuel assainissement de la terre que nous pouvons espérer ne plus nous faire du mouron pour nos frères et poursuivre notre trajet sans menaces, sans angoisses, sans culpabilité.

C’est cela, le message que livre la Nativité. C’est cela, l’essence de Noël. Naître en soi pour renaître en l’autre : célébrer en nous le Rédempteur, forger nos mœurs, laver, polir, faire miroiter nos cœurs pour rayonner en collectivité, ou inversement, par le simple fait de semer du bonheur dans un cœur démuni, revenir nous-mêmes à la vie !

Faire un arrêt sur soi, s’en tenir à une intériorité, à l’« être au profit du paraître », à la valeur intrinsèque des choses et des êtres, à ce qui a vraiment du sens, de la teneur, du coffre, du corps ! Parler le langage de l’émerveillement, du partage, de l’altruisme, de la zénitude de la magnanimité, de l’humilité. Après tout, c’est le superflu qui s’avère onéreux et cher. L’essentiel, lui, ineffable et sans prix, est bien là, sous nos yeux, offert, gratuit !

Au fil du temps, si notre vision, nos rêves, nos horizons s’élargissent, nos exigences s’abrègent et nos listes de vœux – pour Noël en l’occurrence – raccourcissent parce que ce que l’on désire ici-bas ne s’achète tout simplement pas.

C’est dans cette évolution que résident l’esprit de Noël, son secret, sa magie : une réflexion intérieure qui se délie des présents matériels et se trame, se scelle, à la fibre de nos vies !


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

Plus on avance en âge, plus ce que l’on souhaite pour Noël n’est plus des cadeaux emballés de papiers chatoyants, de satin et de rubans, mais des présents moraux, enrobés de douceur, de quiétude, de moments fluides, heureux, insouciants.Le cadeau matériel et pompeux n’a plus de sens à nos yeux devant des souhaits beaucoup moins tangibles mais combien plus vitaux que sont la santé,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut