Rechercher
Rechercher

Société - Diplomatie

Mikati : Le Liban est « uni » pour demander le rapatriement des déplacés syriens

« Nous ne resterons pas passifs alors que (...) certains nous considèrent comme une nation alternative » pour les déplacés, a averti le Premier ministre sortant au Forum de l'ONU sur les réfugiés à Genève.

Mikati : Le Liban est « uni » pour demander le rapatriement des déplacés syriens

Un réfugié syrien avec ses enfants dans le camp de Bhanine au Liban-Nord, incendié en décembre 2020. Photo João Sousa/OLJ.

Le Premier ministre sortant Nagib Mikati a déclaré que le peuple libanais était « uni » dans son appel à la communauté internationale pour le rapatriement des réfugiés syriens présents au Liban.

« Les Libanais ne sont pas d'accord entre eux sur de nombreux dossiers, mais ils sont unis d'une seule voix pour demander à la communauté internationale de résoudre le dossier des déplacés syriens et de ne pas faire pression sur le Liban pour qu'ils restent sur son sol », a affirmé mardi M. Mikati dans un discours prononcé lors du Forum mondial des Nations unies sur les réfugiés à Genève, selon un communiqué de son bureau.

Le Liban accueille 1,5 million de réfugiés syriens, selon les chiffres du gouvernement. Environ 950 000 de ces ressortissants sont enregistrés auprès du HCR, le Haut commissariat pour les réfugiés qui a cessé de les enregistrer en 2015 à la demande de Beyrouth.

« Nous sommes préoccupés par la nouvelle vague de déplacements de Syriens par des passages illégaux, principalement pour des raisons économiques », a poursuivi M. Mikati. « L'armée et les forces de sécurité (libanaises) travaillent dur pour empêcher les nouvelles vagues injustifiées qui menacent notre existence », a-t-il dit mettant en garde contre « un déséquilibre important ciblant, intentionnellement ou non, la formule libanaise ».

Lire aussi

Réfugiés syriens au Liban : les mythes et les chiffres

Les hommes politiques libanais de tous bords appellent régulièrement au rapatriement immédiat des déplacés syriens, qu'ils tiennent pour responsables de la crise économique dans le pays. Ils affirment que les conditions de sécurité permettent un tel retour, alors que les Nations unies et des groupes de défense des droits avertissent que ce n'est pas le cas.

« Bombes à retardement »

S'adressant à la communauté internationale, en particulier à l'Europe, M. Mikati a déclaré : « Cela fait des années que avertissons contre les répercussions négatives de ces déplacements, non seulement sur le Liban, mais aussi sur tous les pays ».

Ces dernières années, un grand nombre de bateaux de migrants clandestins ont quitté le Liban à destination des pays européens, en particulier après le début de la crise socio-économique sans précédent dans le pays en 2019.

« Ces vagues vont certainement s'amplifier et représenter des bombes à retardement en Europe si l'on ne s'attaque pas à leurs véritables raisons », a encore souligné le chef du gouvernement. « Ce qu'il faut, c'est un plan complet qui traite des raisons essentielles de la crise (des réfugiés syriens) et qui garantisse leur retour volontaire et en toute sécurité dans leur pays ».

Il a ajouté que « ce plan donnerait la priorité à la réintégration et au soutien des déplacés syriens en Syrie ». « Nous ne resterons pas inactifs alors que certains considèrent (le Liban) comme une nation alternative » pour les réfugiés, a conclu M. Mikati.

Le ministre sortant libanais des Affaires sociales, Hector Hajjar, a exigé à plusieurs reprises que le HCR fournisse au gouvernement libanais des données sur les réfugiés. L'agence des Nations unies a accepté de le faire mais n'a pas encore soumis de rapport à ce sujet.

Le Premier ministre sortant Nagib Mikati a déclaré que le peuple libanais était « uni » dans son appel à la communauté internationale pour le rapatriement des réfugiés syriens présents au Liban.« Les Libanais ne sont pas d'accord entre eux sur de nombreux dossiers, mais ils sont unis d'une seule voix pour demander à la communauté internationale de résoudre le dossier des déplacés...
commentaires (6)

Attendez-vous à avoir une opinion défavorable concernant ce sujet épineux qui viendrait du parti qui a toujours prétendu être contre la présence de ces pseudos réfugiés et qui a toujours servi les intérêts d’un autre pays, si ce pays en question lui ouvre ses portes pour lui faire croire qu’il gagnerait la bataille des présidentielles. Suivez mon regard.

Sissi zayyat

13 h 41, le 19 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Attendez-vous à avoir une opinion défavorable concernant ce sujet épineux qui viendrait du parti qui a toujours prétendu être contre la présence de ces pseudos réfugiés et qui a toujours servi les intérêts d’un autre pays, si ce pays en question lui ouvre ses portes pour lui faire croire qu’il gagnerait la bataille des présidentielles. Suivez mon regard.

    Sissi zayyat

    13 h 41, le 19 décembre 2023

  • Bien dit...mais agissez alors,Mikati&co! Ca fait 13 ans plus qu ils sont chez nous! Arrêtez les paiements ici et la ! Donnez l exemple a L Europe aussi,ou les peuples des pays grondent et ne veulent pas de Syriens "refugies" sur leur sol. C est l EU qui veut implanter ces times bombs everywhere.! Grande difference d objectif.

    Marie Claude

    09 h 13, le 14 décembre 2023

  • Le ministre sortant libanais des Affaires sociales, Hector Hajjar, a exigé à plusieurs reprises que le HCR fournisse au gouvernement libanais des données sur les réfugiés.… Le Liban devrait être en mesure d’expulser ces responsables de HCR qui entravent une demande du gouvernement, même s’ils bénéficient d’un passeport diplomatique.

    C…

    21 h 39, le 13 décembre 2023

  • Nos frères et sœurs doivent me pardonner de me tenir aux côtés de ceux qui demandent le rapatriement des syriens. Je devrais être contre, mais il n’´a pas un million cinq cent mille réfugiés syriens, il doit y avoir entre deux millions à trois millions de réfugiés. Dont plus de quarante pour cent ne sont pas enregistrés et ceci, grâce aux bakchichs aux frontières libanaises, et ceci par la faute de Riad Salamé qui a mis à mal l’économie libanaise, car les proposés à la frontière veulent joindre les deux bouts.

    Mohamed Melhem

    21 h 09, le 13 décembre 2023

  • On est aussi uni pour vous voir rentrer avec eux

    Abdallah Barakat

    19 h 19, le 13 décembre 2023

  • Cela doit etre la priorité nationale de tous les gouvernements. Il faudrait l'inscrire dans la constitution .

    nabil samir

    18 h 58, le 13 décembre 2023

Retour en haut