Rechercher
Rechercher

Nasrallah face à un choix impossible

Nous ne sommes pas encore au bout de nos peines. L’attaque sanglante du Hamas et le carnage commis en riposte par Israël dans la bande de Gaza vont avoir des conséquences sur toute la région pendant encore des mois, et probablement même des années. Le visage que celle-ci prendra à l’issue de cette tragédie sans fin tarde à se dessiner. Jusqu’où Israël est-il prêt à aller pour prouver au monde entier, et avant tout se prouver à lui-même, que le 7 octobre n’était qu’un « accident de l’histoire » ? Que restera-t-il de Gaza quand les canons s’arrêteront enfin ? Quelles conséquences cette guerre aura-t-elle sur les équilibres régionaux, sur les rapports qu’Israël entretient avec le reste du monde et avec les pays arabes en particulier, ou encore sur le projet iranien au Moyen-Orient ? Au 65e jour de la guerre, une seule évidence se dégage : l’après-7 octobre sera pire que l’avant. L’idée que l’on puisse rebâtir un ordre local, régional et même international après cela est une utopie à laquelle personne ne croit réellement.

Le Liban n’est pas en reste. Le 7 octobre a bouleversé la relative stabilité qui régissait les rapports entre le Hezbollah et Israël à la frontière sud tout comme il a sérieusement remis en question la trajectoire politique que le parti avait prise depuis sa dernière confrontation avec l’État hébreu à l’été 2006. Le Hezbollah avait fait depuis le choix de se concentrer sur le renforcement de son assise locale et sur son influence dans le monde arabe au détriment de la « résistance », cantonnée au fil des ans à un pur exercice de rhétorique. Le parti chiite a-t-il été contraint par le Hamas à sortir de sa « zone de confort » ou a-t-il considéré que c’était le moment de raviver la flamme de la « résistance » ? A-t-il été surpris, comme il le prétend, par l’opération Déluge d’al-Aqsa, ou bien a-t-il été pris de court, et avec lui son parrain iranien, par la réaction israélo-américaine ?

La stratégie du Hezbollah repose en tout cas sur un équilibre extrêmement fragile depuis le 8 octobre : il s’agit de faire la guerre sans la faire complètement et sans que le Liban ait à en payer un prix trop élevé. La formation pro-iranienne ne veut pas d’une confrontation totale contre Israël et encore moins contre les États-Unis et a fait preuve d’une certaine retenue depuis le début des hostilités. Malgré des pertes importantes (plus de 100) dans ses rangs, cette approche s’est pour le moment révélée payante pour le parti, le renforçant sur les scènes locale et régionale.

Ses calculs sont toutefois perturbés par ceux de la partie adverse, beaucoup plus déterminée à changer le statu quo à la frontière.

Ce qui se disait dans les coulisses depuis des semaines a ainsi été officialisé mercredi dernier par le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant. Israël « éloignera le Hezbollah au-delà du Litani, soit par le biais d’un règlement politique international, soit à travers une action militaire », a-t-il prévenu.

Washington semble avoir convaincu son allié de laisser une chance à la diplomatie. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le Hezbollah ne ferme pas complètement la porte à cette option qui impliquerait qu’il respecte la résolution 1701 en retirant ses combattants, en particulier la force d’élite al-Radwan, au nord du Litani. En échange, le parti chiite réclamerait toutefois qu’Israël respecte lui aussi la résolution de l’ONU en se retirant de tous les territoires libanais au Liban-Sud, ce qui ouvrirait la voie à un règlement du litige frontalier entre les deux pays.

Le Hezbollah ne veut pas d’une guerre qui pourrait transformer le Liban en un nouveau Gaza –les images de destruction qui nous parviennent ce week-end du Liban-Sud nous donnent un aperçu de ce à quoi une guerre totale ressemblerait –, et encore moins risquer de fragiliser tout ce qu’il a obtenu sur la scène libanaise dans un conflit qu’il ne peut pas gagner. Mais il ne peut pas non plus donner le sentiment de reculer, de faire une concession à l’ennemi alors que celui-ci est en train de réduire Gaza en cendres et de défaire son allié palestinien. Un accord diplomatique, qui impliquerait au fond que le Hezbollah accepte de remettre « la résistance » – sa raison d’être – au placard, suppose que le parti puisse le vendre comme une victoire et non comme un échec.

Le Hezbollah semble vouloir miser sur le temps et sur un revers israélien à Gaza pour ne pas avoir à faire ce choix impossible. Mais si Israël parvient à détruire militairement le Hamas dans l’enclave palestinienne, le Liban deviendra sa prochaine cible et Hassan Nasrallah n’aura plus d’autre choix que de trancher : reculer, en position de faiblesse, ou assumer le risque d’une guerre totale. On le répète : nous ne sommes pas au bout de nos peines.

Nous ne sommes pas encore au bout de nos peines. L’attaque sanglante du Hamas et le carnage commis en riposte par Israël dans la bande de Gaza vont avoir des conséquences sur toute la région pendant encore des mois, et probablement même des années. Le visage que celle-ci prendra à l’issue de cette tragédie sans fin tarde à se dessiner. Jusqu’où Israël est-il prêt à aller pour...

commentaires (21)

Nasrallah DOIT se retirer au dela du Litani ou Israel attaquera le Liban bien incapable de se defendre dans la situation economique ou il se trouve et en plus n'accepte plus de payer pour la cause palestinienne car 1975 et 2006 sont dans toutes les memoires. l'accord tacite HB/Israel a deja coute plus de 100 morts a HB et malheureusemnen aussi a nos extraordinaires journalistes qui ont risque leur vie pour nous renseigner LA VERITE:AUCUN ETAT ARABE AUJOURDHUI AIDE GAZA SAUF LE YEMEN LARGEMENT PAYE. LE LIBAN N'A AUCUNE RAISON DE PRENDRE CE RISQUE DANS L'ETAT OU IL EST AUJOURDHUI

LA VERITE

01 h 52, le 13 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (21)

  • Nasrallah DOIT se retirer au dela du Litani ou Israel attaquera le Liban bien incapable de se defendre dans la situation economique ou il se trouve et en plus n'accepte plus de payer pour la cause palestinienne car 1975 et 2006 sont dans toutes les memoires. l'accord tacite HB/Israel a deja coute plus de 100 morts a HB et malheureusemnen aussi a nos extraordinaires journalistes qui ont risque leur vie pour nous renseigner LA VERITE:AUCUN ETAT ARABE AUJOURDHUI AIDE GAZA SAUF LE YEMEN LARGEMENT PAYE. LE LIBAN N'A AUCUNE RAISON DE PRENDRE CE RISQUE DANS L'ETAT OU IL EST AUJOURDHUI

    LA VERITE

    01 h 52, le 13 décembre 2023

  • Nasrallah est obligé de se lancer dans un exercice d'équilibrisme, pris qu'il est entre l'enclume(l'iran) et le marteau (israel). Il n'obtempérera qu'au dictat de l'iran, en outre tout dépendra de ce que la communauté internationale pourrait lui concéder, frangieh à la présidence et autres avantages, nos politiciens n'ayant aucun pouvoir décisionnaire.

    C…

    19 h 59, le 11 décembre 2023

  • Les apparences extérieures militent en faveur de ce que vous dites mais J'ai quand même l'impression confirmée par ce qui s'échange sur les réseaux sociaux que des combats très sérieux font rage et ne sont pas toujours à l'avantage d'Israël. Loin de là. Pour vaincre Israël on n'a pas besoin de la vaincre militairement, il suffit de semer une inquiétude permanente parmi ses habitants pendant assez longtemps et le tour est joué. Les Israéliens vont tout simplement émigrer et rechercher un refuge plus sûr ailleurs.

    Karim JBEILI

    18 h 45, le 11 décembre 2023

  • Le Hamas et les angles morts de l’invasion hasardeuse du 7 octobre. Personne n’a rappelé aux fous du Hamas que quand le pot de fer touche le pot terre, qui paye les pots cassés. Il faut le faire, des parapentes munis de moteurs à tondeuses à gazon pour survoler l’espace aérien israélien. Et alors, me disent certains, par le passé, un courageux allemand de 21 ans a atterrit sur la place Rouge au nez et à la barbe de la Défense soviétique. Il a connu son quart d’heure de gloire, mais les hommes du Hamas connaissent que la mort et la défaite… et l’écrasement de Gaza….

    Nabil

    15 h 56, le 11 décembre 2023

  • Qui a intérêt à élargir le champ de la guerre pour consolider le soutien de la population à sa politique de fuite en avant, et pour maintenir la cohésion de cette société ? Qui ? On parle de guerre israélo-américaine, soit, mais qui est au courant de négociations en coulisses. Le Hezbollah laissera ou non les mains libres au Hamas. La résolution 1701 volera en éclat ? Et rien ne peut retenir une nouvelle invasion pour remettre les miliciens à leurs places, au-delà du Litani. Que dira la population, même chiite, excédée par tant de déplacements. La guerre est là, au Sud, mais tant de questions

    Nabil

    15 h 42, le 11 décembre 2023

  • "… Nasrallah face à un choix impossible …" - Pile tu gagnes, face je perds…

    Gros Gnon

    14 h 28, le 11 décembre 2023

  • - LE COMPLOT, CAR C,EN EST UN, - AUX DEUX ALLIES EST COMMUN. - FAIRE PASSER LE CANAL, - ET OEUVRER AU POINT FINAL, - QUI CONSISTE, SANS LEURS BIENS, - FORCER LES PALESTINIENS, - ET DE GAZA L,AFFRANCHIE, - ET DE LA CISJORDANIE, - A S,EXILER SANS APPEL. - DEBUT DU GRAND ISRAEL ! - QUI PRENDRAIENT A LA LEGERE, - CE COMPLOT DES DEUX COMPERES, - SONT NAIFS TELS LES ARABES, - QUI AVALENT TOUS LES CRABES.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 24, le 11 décembre 2023

  • On se contente pour sauver l'honneur d'un jour férié, et d'une grève de solidarité avec les Gazaouis. On parle de chiffres officieux de 30000 morts, cadavres sous les décombres compris. De quel massacre parle-t-on à l'avenir si ce n'est seulement de Gaza. La guerre est en direct, sur les écrans de TV et surtout sur les réseaux sociaux, et qu'on ne vienne pas nous dire qu'on ne savait pas...

    Nabil

    14 h 16, le 11 décembre 2023

  • Ah mais Nasrallah a un joker qui s'appelle "Hamas-Liban" exactement comme Assad avait "OLP-Liban" en 75.

    Citoyen libanais

    14 h 06, le 11 décembre 2023

  • Dire que nous sommes tributaires de l’humeur d’un usurpateur et que nous avons fini par nous habituer au pire sous prétexte que ces vendus sont là pour résister à une invasion imaginaire de leur ennemi juré alors que notre ennemi, le vrai est celui qui a saccagenotre économie, usurpé les instituions et les territoires qu’il a soigneusement choisi pour asservir sa population et la dominer pour en faire un bouclier humain pour arriver à ses fins peu honorables. Pendant que la classe politique l’observe faire depuis des décennies sans broncher satisfaits de leur complicité qui a ruiné notre natio

    Sissi zayyat

    13 h 33, le 11 décembre 2023

  • Aux vendus par leur recruteurs qui est de maintenir la tension et les provocations jusqu’à ce que la mort de notre pays s’en suive. Personne ne sera là pour le ressusciter étant donné que le ver est dans le fruit et ne cesse de le ronger en croyant qu’eux, les corrompus voleurs et complices de l’anéantissement de leur pays seront épargnés en récompense de leur sale labeur.

    Sissi zayyat

    13 h 27, le 11 décembre 2023

  • Vous écrivez que suite à l’accord de 2006, le Liban a retrouvé un équilibre? Lequel SVP? Celui de laisser un port se faire détruire avec les quartiers entiers à cause du stockage d’armes et de munitions, ou celui des menaces perpétuelles du HB d’élire SON président sinon le chaos? HB n’a cessé de créer des tensions à nos frontières pour noyer le poisson et continuer à démontrer qu’il est le maître de la situation en prenant toujours les citoyens libanais en otages et pas seulement au sud. Alors tu parles d’un équilibre qui ne cesse de déséquilibrer notre nation sur simple ordre donné…

    Sissi zayyat

    13 h 22, le 11 décembre 2023

  • Le choix n’est pas pour un exécutant. C’est plutôt le régime iranien qui doit choisir entre sacrifier les joyaux de la couronne pour avoir la tête haute ou reculer sans gloire en asseyant d’aboyer fort et de lancer quelques piqures de moustique comme ils l’ont fait après l’élimination de Suleimani. En bons joueurs d’échecs ils préfèrent esquiver et mettre la tête dans le sable en attendant des jours meilleurs qui ne risquent pas d’arriver surtout si Trump arrive au pouvoir. Encore une fois ils ont sous-estimé leur ennemi qui refuse à présent de jouer selon leurs règles.

    Liban Libre

    13 h 10, le 11 décembre 2023

  • Je ne pense pas qu'Israel tente de detruire le Hamas a Gaza. Israel va tout simplement detruire Gaza. Totalement, Irremediablement. Ce sera tellement cataclysmique que les Gazaouis ne pourront pas reconstruire : trop de destruction, trop de contraintes a l'aide et un quasi assechement des flux financiers. Comment reconstruire ? S'il n'ya plus de Gaza, il n'y aura forcement plus de Hamas a Gaza.

    Lebinlon

    12 h 24, le 11 décembre 2023

  • -LE BARBU JOUE AU STRATEGE. -A GAZA, IL LAISSA FAIRE. -IL COMPTA QUE SON MANEGE, -LUI SAUVERAIT SES ARRIERES. -IL FALLAIT DES LES DEBUTS, -SE LANCER DANS LES COMBATS, -EN AIDE AUX AUTRES BARBUS, -NON SE DEROBER EN RATS. -ON CLOS A GAZA LA DANSE, -AVEC TOUS LES HAMASISTES. -JE CROIS FORT QUE LA VACANCE, -VA VERS LES HEZBALLATISTES. -SE BLOTTIR ET SE BORNER, -DU PING PONG A ECHANGER, -C,EST HELER, ENTURBANNE, -LES IRES DE L,ENRAGE. -CE QUI VIENT C,EST LA FINALE. -SUR CE SOL PLUS DE MAINMISE. -QUE VOTRE AVEREE CAVALE, -CHEZ VOS PERSES VOUS CONDUISE. -

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 50, le 11 décembre 2023

  • EXCELLENT ARTICLE . Si Nasrallah tarde a se decider a revenir au dela du Litanie, la guerre avec le Liban est certaine car Israel ne peut pas laisser des dizaines de milliers de personnes habitant le nord d'Israel etre a la merci d'une decision de Nasrallah ( ou de l'Iran) )et nous voyons aujourdhui avec Gaza qu'Israel ne plaisante pas quand elle dit vouloir eliminer Hammas a tout prix. LA VERITE: LE LIBAN A DEJA PAYE BEAUCOUP TROP POUR LA CAUSE PALESTINIENNE ET IL EST TEMPS DE FAIRE EN SORTE QU'ELLE NE DEVIENNE PAS UNE NOUVELLE CAUSE A UNE NOUVELLE GUERRE NASRALLAH DOIT REVENIR AU LITANIE

    LA VERITE

    10 h 42, le 11 décembre 2023

  • "La formation iranienne (le "pro-" est de trop) ne veut pas d’une confrontation totale contre Israël (…) et a fait preuve d’une certaine retenue depuis le début des hostilités. Malgré des pertes importantes dans ses rangs…" Idem pour Israël. Tout le monde sait que la décision de guerre ou de paix n’est prise ni à Beyrouth , ni à Tel Aviv, mais à Téhéran. Israël veut, certes, " éloigner le Hezbollah au-delà du Litani", mais ce n’est qu’exiger, par la force, si nécessaire, l’application de la 1701. Et là, le pouvoir libanais, n’a qu’un mot à dire, mas il s’obstine dans un lâche silence.

    Yves Prevost

    07 h 08, le 11 décembre 2023

  • Ils sont capables de nous faire bombarder l’AIB juste avant Noël, ou pire, pendant…

    Gros Gnon

    01 h 41, le 11 décembre 2023

  • Un peu de tout. Mais qu’on ne charge personne. Cette formation politico-militaire ne veut pas transformer on pays en Gaza bis, ni en Grozny, la capitale martyre entièrement détruite. Le dilemme et non "le choix impossible", c’est comment épargner la vie à ses compatriotes qui vivent dans une crise économique sans précédent, ce que le Hamas, qui l’a trop cherché, se contentait de construire des tunnels et non des abris.

    Nabil

    01 h 24, le 11 décembre 2023

  • ""On le répète : nous ne sommes pas au bout de nos peines."" Mais ça, on était bien prévenu dès le début de la guerre civile, que le Liban ne connaîtrait jamais la paix avant le règlement de la question palestinienne. Qu’on me rappelle, qui disait cette "prophétie" à l’intention des Libanais soucieux de vivre en paix dans leur pays. Qui ? En attendant, on a bien vu les spectacles de désolation en Irak, et en Syrie…

    Nabil

    01 h 10, le 11 décembre 2023

  • La guerre ne s’arrêtera que quand le Hamas sera élimine de Gaza, dans le fond nul à part l’Iran ne s’y oppose, au contraire Comme vous le dites la prochaine cible est le Liban qui abrite la plus grande division iranienne hors de chez soi, là aussi nul ne s’opposera, et surtout pas les arabes ou le reste des Libanais à ce que cette arrogant Hezbollah se fasse humilier. Dans les 2 cas il sera perdant mais le Liban sera gagnant car Biden et encore plus Trump ne feront plus aucun cadeau à l’Iran qui a voulu détruire par cette opération kamikaze tout tout le nouveau ME qu’Ils mettent en place.

    Liban Libre

    00 h 29, le 11 décembre 2023

Retour en haut