Rechercher
Rechercher

Politique - Focus

Affaire Joseph Aoun : le Parlement entre en scène

Le bureau de la Chambre devrait se réunir lundi prochain, dans la perspective d’une séance plénière attendue avant le 15 décembre pour, entre autres, proroger le mandat du chef de l’armée.

Affaire Joseph Aoun : le Parlement entre en scène

Le président de la Chambre, Nabih Berry, levant la dernière séance parlementaire tenue pour élire un président, le 14 juin 2023. Anwar Amro/AFP

« Nous ne permettrons pas à Gebran Bassil de prendre en main le commandement en chef de l’armée. » C’est par ces termes que Marwan Hamadé, député joumblattiste, commente pour L’Orient-Le Jour la dynamique politique articulée autour du numéro un de l’institution militaire, le général Joseph Aoun, censé prendre sa retraite le 10 janvier. Celle-ci semble s’orienter vers une prorogation du mandat du général à la faveur d’un texte de loi adopté à la Chambre. Jeudi, le président du Parlement, Nabih Berry, est passé à l’acte. Il a convoqué le bureau de la Chambre à une réunion lundi prochain à 14 heures, dans la perspective d’une séance plénière qui devrait avoir lieu mercredi ou jeudi.

De toute évidence, la démarche de Nabih Berry vise à épargner à son protégé, le Premier ministre sortant Nagib Mikati, un scénario de prorogation sur décision du Conseil des ministres, boycotté par le Courant patriotique libre, dont le ministre de la Défense est proche. « M. Mikati a évoqué ces points devant Nabih Berry, lors de leur entretien à Aïn el-Tiné, mardi dernier », confie à L’OLJ Michel Moussa, député berryste et membre du bureau de la Chambre. « Lors de la réunion du lundi, nous allons établir l’ordre du jour de la séance », dit-il, assurant que la question du sort de Joseph Aoun y figurera. « Mais il reste à savoir sous quelle formule », souligne le parlementaire.

Lire aussi

Pourquoi les Occidentaux insistent autant pour le maintien de Joseph Aoun

Marwan Hamadé, lui, en a déjà une idée. « Il est fort probable que les commissions conjointes se réunissent lundi avant midi pour unifier tous les textes portant sur l’avenir de l’armée », dit-il, en référence aux propositions de loi des Forces libanaises (retardant d’un an le départ à la retraite du chef de l’armée, quel qu’il soit), du bloc de la Modération nationale (appelant à repousser d’un an la retraite de tous les chefs d’appareil de sécurité) et du bloc joumblattiste (prônant la prorogation des années de service de certains fonctionnaires de première catégorie, si les intéressés le souhaitent).

Le PSP à Aïn el-Tiné
En attendant, une chose semble sûre : le texte portant sur le mandat de Joseph Aoun (revêtu du caractère de double urgence) ne figurera pas à la tête de l’ordre du jour de la séance, la priorité étant accordée aux projets et propositions de loi passés par les commissions parlementaires. Un parfait prétexte qui permettrait à Nabih Berry de contraindre les partis chrétiens, notamment les FL, à participer et couvrir une large partie de la réunion. D’autant plus que l’écrasante majorité des protagonistes sont pour la prorogation du mandat de Joseph Aoun, des FL au Hezbollah, en passant par le Parti socialiste progressiste, dont une délégation menée par son chef, Taymour Joumblatt, s’est rendue jeudi à Aïn el-Tiné. S’exprimant à l’issue de la réunion, le député Akram Chehayeb a insisté sur l’importance de « ne pas permettre aux tiraillements politiques et intérêts personnels de laisser leurs incidences sur l’institution militaire ». La veille, Walid Joumblatt, ex-chef du PSP, s’était réuni avec Hussein Khalil, conseiller politique du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et Wafic Safa, haut responsable de la formation chiite. Selon Ghazi Aridi, ancien député joumblattiste, le parti de Dieu a tenu à souligner, lors de cette réunion, ses bons rapports avec Joseph Aoun. Que fera donc le Hezbollah à la Chambre ? Le parti n’a pas encore tranché. Mais selon des informations qui circulent, son bloc parlementaire pourrait assister à la séance pour assurer le quorum sans pour autant voter pour la prorogation du mandat du patron de la troupe. Histoire de ménager la chèvre et le chou. Quant à Gebran Bassil, il lui sera difficile de présenter au Conseil constitutionnel, comme ses milieux menacent de le faire, un recours en invalidation de la loi une fois votée, s’accordent à dire plusieurs députés et experts. « Il n’y aura aucune infraction à la Constitution », tranche Michel Moussa. 

« Nous ne permettrons pas à Gebran Bassil de prendre en main le commandement en chef de l’armée. » C’est par ces termes que Marwan Hamadé, député joumblattiste, commente pour L’Orient-Le Jour la dynamique politique articulée autour du numéro un de l’institution militaire, le général Joseph Aoun, censé prendre sa retraite le 10 janvier. Celle-ci semble s’orienter vers...

commentaires (5)

C'est vraiment formidable comment les FL s changent d'avis du jour au lendemain! Légiférer pour Joseph Aoun est donc acceptable, mais légiférer pour autre chose EST anti-constitutionel! Expliquez-moi cette logique...

Sami NAJJAR

19 h 22, le 08 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • C'est vraiment formidable comment les FL s changent d'avis du jour au lendemain! Légiférer pour Joseph Aoun est donc acceptable, mais légiférer pour autre chose EST anti-constitutionel! Expliquez-moi cette logique...

    Sami NAJJAR

    19 h 22, le 08 décembre 2023

  • Une occasion en or pour Berry pour assurer le quorum, cela ne veut pas dire que les personnes présentes sont prêtes à abonder dans son sens pour donner leur accord sur tout et n’importe quoi. Il leur reste au moins cette possibilité pour contrer ses projets et le remette à sa place sauf s’il décide de faire du chantage comme à son habitude.

    Sissi zayyat

    12 h 42, le 08 décembre 2023

  • EN ARABE ON L,A CENSURE. EN FRANCAIS ON L,A PUBLIE. QUE SE PASSE-T-IL ? PRIERE DE PUBLIER CE MOT. MERCI.

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 20, le 08 décembre 2023

  • IL FERME ET OUVRE LA BOUTIQUE A SA GUISE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    11 h 53, le 08 décembre 2023

  • L'ordre du jour dune réunion du Parlement ne doit comnporter qu'un seul point: l'élection d'un président.

    Yves Prevost

    07 h 08, le 08 décembre 2023

Retour en haut