Rechercher
Rechercher

Campus - INNOVATION

Une start-up libanaise veut révolutionner l’apprentissage de l’entrepreneuriat

Twily familiarise les jeunes étudiants avec le monde de l’entreprise en utilisant des « jeux sérieux ».

Une start-up libanaise veut révolutionner l’apprentissage de l’entrepreneuriat

Ces « jeux sérieux » sont entièrement personnalisables pour s’adapter aux objectifs d’apprentissage, au public ciblé et à l’établissement d’accueil. Photo DR

« Pendant la crise, nous nous sommes dit que l’entrepreneuriat constituait l’une des solutions pour surmonter cette période difficile », explique Nora Berbery, fondatrice de Twily, une start-up créée en France en 2017 et enregistrée au Liban en 2021. Twily se concentre sur trois axes principaux : la formation, destinée aux étudiants universitaires et aux professionnels, un service de conseil, principalement dédié aux très petites et moyennes entreprises, ainsi que le développement de « jeux sérieux ». Le premier « jeu sérieux » créé spécifiquement pour le marché libanais, appelé Twily Business, a été lancé par la start-up en 2021. Testé sur plus de 1 000 étudiants libanais de toutes les régions du pays, ce jeu vise à enseigner aux jeunes une logique entrepreneuriale que « leurs établissements d’enseignement ne proposent pas ». « Un entrepreneur est en moyenne âgé de 25 à 30 ans. Nous nous sommes demandé : pourquoi attendre jusqu’à cet âge-là ? Pourquoi ne pas enseigner les bases de l’entrepreneuriat aux plus jeunes ? » confie Nora Berbery, titulaire, entre autres, d’un master en marketing de l’École de commerce de Grenoble et d’un diplôme en intelligence émotionnelle et leadership de HEC (Paris), avant de préciser : « C’est ainsi que nous sommes intervenus auprès des jeunes de 15 à 22 ans. » Les premiers jeux ont eu lieu dans les régions. « Le Conseil de développement du Chouf et la municipalité de Jbeil se sont chargés de rassembler les jeunes de leurs localités respectives », ajoute Nora Berbery, en précisant que près de 1 200 jeunes participants, issus de différentes écoles et universités, ont déjà pris part aux formations proposées par Twily. « Nous avons même eu des participants venant d’écoles de médecine, et non uniquement des étudiants en école de commerce », précise-t-elle encore.

Apprendre en s’amusantLes « jeux sérieux » se présentent sous la forme de grands plateaux de jeu mesurant au moins 90 centimètres de long, autour desquels les équipes en compétition se rassemblent. Ces jeux sont entièrement personnalisables pour s’adapter aux objectifs d’apprentissage, au public ciblé et à l’établissement d’accueil. Les participants lancent un dé, déplacent des pions et piochent des cartes pour relever des défis. Les challenges sont résolus en équipe. « Une fois le défi relevé, les équipes font appel à l’animateur, un consultant certifié par Twily. L’expert valide le défi, et c’est à ce moment-là qu’il partage son savoir et ses connaissances avec les participants », explique Nora Berbery. Tous les consultants répondent à trois critères : ils possèdent au moins un diplôme de niveau bac +5, une expérience professionnelle d’au moins 10 ans et ils sont actifs dans leur domaine afin de transmettre aux participants la réalité du terrain plutôt que de se limiter à la simple théorie. Les jeux sérieux sont accompagnés d’ateliers et de formations permettant d’explorer plus en profondeur les objectifs visés. Avant de concevoir un jeu, Twily commence par une étude pour cerner les objectifs visés. « Tout d’abord, nous cernons les besoins, que ce soit pour les écoles ou les entreprises. Ensuite, nous concevons le plateau, qui peut être cosigné par un expert, renforçant ainsi la crédibilité du jeu. Ensuite, nous testons le « jeu sérieux » sur un panel libanais ou français, soit un échantillon représentatif des jeunes qui en bénéficieront. Finalement, les jeux sont livrés par nos consultants qui animent la séance avec les étudiants », détaille Nora Berbery.

Retour très positif des étudiants « En France, les « jeux sérieux » sont en plein essor aujourd’hui. C’est la dernière innovation pédagogique sur le marché. Les grandes écoles s’y sont mises, et les grandes entreprises aussi pour les formations professionnelles. Le marché ne fait que se développer. Aujourd’hui, tout le monde veut le gaming, que ce soit en face-à-face ou en ligne, simplement parce que son efficacité a été prouvée scientifiquement », indique Nora Berbery. Les « jeux sérieux » rendent l’éducation accessible à tous. « L’éducation du futur se fera avec cette méthodologie de gamification. C’est pour cela que j’ai insisté pour introduire les jeux sérieux sur le marché libanais », ajoute-t-elle. Comment les universités libanaises accueillent-elles cette nouvelle méthode d’apprendre ? « Elles ont adhéré aux principes des « jeux sérieux ». Elles les apprécient. Néanmoins, étant donné que c’est un tout nouveau concept, ces techniques ne sont pas encore tout à fait présentes dans les universités. C’est un changement de méthodologie, et comme tout changement, cela demande du temps », explique Nora Berbery, en ajoutant que Twily est déjà intervenu auprès de l’École supérieure des affaires (ESA), en partenariat avec HEC, en 2022, pour tout ce qui concerne le team building. « Le retour des étudiants a été très positif », souligne-t-elle.

« Pendant la crise, nous nous sommes dit que l’entrepreneuriat constituait l’une des solutions pour surmonter cette période difficile », explique Nora Berbery, fondatrice de Twily, une start-up créée en France en 2017 et enregistrée au Liban en 2021. Twily se concentre sur trois axes principaux : la formation, destinée aux étudiants universitaires et aux professionnels, un service de...

commentaires (1)

Bravo etmerci pour cette initiative

Staub Grace

08 h 29, le 08 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Bravo etmerci pour cette initiative

    Staub Grace

    08 h 29, le 08 décembre 2023

Retour en haut