Rechercher
Rechercher

Culture - Entretien Express

Youmna Fares : de la poésie pour donner de l'espoir et de la vie

Avocate de profession, elle signe son premier recueil « Esquisse d’étoiles » (éd. Saer al-Mashrek), ce jeudi 30 novembre, à 18h30, à Beyt Beirut, Sodeco.

Youmna Fares : de la poésie pour donner de l'espoir et de la vie

Youmna Fares, une nouvelle plume poétique. Photo DR

Pourquoi la poésie ?

J’ai toujours été fascinée par les mots, les livres et les langues. Enfant, j’avais un cahier où je collectionnais des mots en langues étrangères. C’était avant internet : je demandais aux gens que je rencontrais de m’apprendre des mots dans les langues qu'ils parlaient : allemand, chinois, arménien, espagnol, russe...

Je pense que la poésie est l’aboutissement naturel de cette fascination.

Un jour, alors que j'avais dix ou onze ans, j'ai eu l'idée pour m'amuser de jouer avec les mots. J'ai commencé à écrire des poèmes avec des rimes comme celles que j’apprenais à l'école. J'en ai écrit plusieurs ce jour-là. C'était facile : dès que j'avais une idée, les mots coulaient tout seuls. C'est à ce moment-là qu'est né le rêve que peut-être un jour, des enfants apprendraient mes poèmes à l'école.

Pourquoi la poésie ? Parce que c'est beau et que c'est créé avec des mots.

Je tiens aussi à remercier les éditions Saer al-Mashrek de croire, comme moi, en la beauté de la poésie.

L'espoir est tendu en filigrane dans vos textes malgré une certaine amertume, où le puisez-vous ?

Je n'ai jamais véritablement réfléchi à cette question mais je pense que je puise l'espoir dans ma foi en Dieu. Je crois fortement que Dieu fait bien les choses et qu'il y a toujours des étoiles malgré l'obscurité.

Lire aussi

La poésie peut-elle encore sauver le monde ?

S'il fallait choisir un poème de ce recueil, ce serait lequel, et pourquoi ?

C'était déjà très difficile de sélectionner les poèmes à publier dans ce recueil, je suis incapable d'en choisir un seul. Ils sont tous en français à part un seul en anglais dédié à Beyrouth. Même si dans certains j'utilise la première personne, mes poèmes ne parlent pas de moi. Ils ont été écrits à différentes périodes de ma vie, certains pendant que j'étais encore à l'école. Ils font partie de moi en quelque sorte.

Quels sont les messages que vous véhiculez à travers vos écrits ?

J'aime comparer mes poèmes à des peintures. On y voit (lit) ce qu'on a envie de voir.

Les thèmes que j'aborde sont majoritairement inspirés des choses quotidiennes de la vie. J'aspire principalement à susciter des émotions, à toucher des cœurs.

Qui êtes-vous ? Que faites-vous dans la vie ?

Il est difficile de se décrire soi-même mais je vais essayer. Je suis une amoureuse des mots et de la justice. Comme George Orwell, je crois au pouvoir du langage, c’est pourquoi je parle couramment 4 langues (j'en apprends une cinquième). Je suis aussi passionnée par la psychologie qui m'aide à comprendre un peu plus le genre humain.

Du côté professionnel, je suis avocate spécialisée dans la prévention des crimes financiers comme le blanchiment d'argent. Je suis également enseignante universitaire. L'éducation est une cause qui me tient particulièrement à cœur et je prends un immense plaisir à partager mon savoir avec les autres.

Libanaise, ancienne scoute, la mission que j'ai choisie est celle d'allumer des étoiles, que ce soit en poussant les autres à briller, à les aider à trouver le nord ou en œuvrant à rendre le monde un peu meilleur que je ne l'ai trouvé.

Pourquoi la poésie ?J’ai toujours été fascinée par les mots, les livres et les langues. Enfant, j’avais un cahier où je collectionnais des mots en langues étrangères. C’était avant internet : je demandais aux gens que je rencontrais de m’apprendre des mots dans les langues qu'ils parlaient : allemand, chinois, arménien, espagnol, russe...Je pense que la poésie est...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut