Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Le Hezbollah se dit tranquille au sujet de la situation interne

Alors que dans les coulisses internes, le scénario de nouveaux troubles populaires principalement dirigés contre le Hezbollah et son contrôle supposé de la décision de l’État libanais circule, la formation chiite se déclare, elle, plutôt satisfaite de l’évolution de la situation depuis le 8 octobre, date de son entrée dans le conflit armé avec Israël. Sans chercher à nier la possibilité de ce scénario, ni à minimiser sa portée, le Hezbollah considère qu’il a marqué des points importants sur le plan interne depuis le déclenchement du Déluge d’al-Aqsa.

Dans ses réunions internes d’évaluation, le Hezbollah a abouti à des conclusions rassurantes. D’abord, au niveau populaire, il constate une réelle sympathie des Libanais à l’égard des Palestiniens de Gaza face à la violence et aux exactions israéliennes contre eux. Certes, le Hezbollah estime que cet élan de solidarité pourrait s’évaporer dès le premier bombardement israélien à grande échelle. D’ailleurs, s’il a évité une extension de la confrontation au sud, c’est sans doute parce qu’il prenait en considération cette tendance populaire. Il a donc préféré avoir plus de combattants tués en limitant la superficie de la confrontation et en s’éloignant autant que possible des localités, plutôt que de risquer d’élargir le champ des affrontements. De plus, en agissant ainsi, il a démenti les accusations sur le fait qu’il peut entraîner le Liban dans une confrontation à grande échelle. Certes, des parties hostiles continuent à lancer ces accusations, mais en général, le sentiment populaire reste plutôt positif, selon le parti chiite.

Sur le plan politico-confessionnel, le Hezbollah estime que l’une des plus grandes réalisations du Déluge d’al-Aqsa est d’avoir ressoudé les musulmans dans leur diversité autour de la cause palestinienne. Le spectre de la discorde qui n’en finissait plus de peser sur les sunnites et les chiites semble pour le moment écarté aux yeux du parti, les deux camps faisant front commun pour soutenir les Palestiniens en grande majorité sunnites. Selon le Hezbollah, les Iraniens ont largement contribué à réduire le fossé entre les sunnites et les chiites lorsqu’ils ont décidé de faire de la Palestine leur principale cause politique, alors que les États arabes avaient mis un bémol au soutien qu’ils lui accordent. Les Iraniens ont même aidé le Hamas, lorsque cette organisation a failli être abandonnée de tous après sa participation à la guerre en Syrie aux côtés des groupes islamiques extrémistes mobilisés contre le régime de Bachar el-Assad. Aujourd’hui, au Liban, aucune partie sunnite n’est en train de critiquer le Hezbollah dans son action au sud, se félicite la formation. Plus même, le Hezbollah laisse une certaine marge de manœuvre aux groupes sunnites pour qu’ils puissent lancer des attaques contre Israël. En outre, le président du Conseil sunnite Nagib Mikati adopte localement ou internationalement des positions en harmonie avec celles du Hezbollah. On est loin de la guerre de juillet 2006, lorsque le président du Conseil de l’époque, Fouad Siniora, était entré en conflit ouvert avec le président Émile Lahoud parce qu’il avait soumis aux Nations unies un plan en 7 points dont certains n’étaient pas à l’avantage du Hezbollah, rappelle le parti chiite. Pour la première fois depuis des années, les dissensions entre sunnites et chiites semblent donc apaisées, et le Hezbollah est soulagé d’un grand poids et peut se concentrer sur les règles de la confrontation avec les Israéliens.

La même situation prévaut avec le camp druze dirigé par le leader Walid Joumblatt. Contrairement à la communauté sunnite au Liban, les druzes ont un leader très écouté, qui est en mesure d’influer sur les positions de ses partisans. Or, dans le conflit en cours, Walid Joumblatt a clairement pris position en faveur des Palestiniens. Ce qui veut dire que c’est un (grand) souci de moins pour le Hezbollah, d’autant que Joumblatt et ses partisans contrôlent une région particulièrement importante pour lui, à la limite du Sud et de la Békaa.

Restent les chrétiens qui sont, comme à leur habitude, divisés sur toutes les questions, qu’elles soient de forme ou de fond. Toutefois, depuis le 7 octobre, le CPL a adopté des positions claires en faveur des Palestiniens, que ce soit au niveau des chefs ou à celui de la base. Soudain, toutes les frictions qui avaient eu lieu au sujet du dossier présidentiel, depuis l’appui du Hezbollah au chef des Marada Sleiman Frangié, semblent mises en veilleuse. Aussi bien l’ancien chef d’État Michel Aoun que le chef du CPL Gebran Bassil ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils ont confiance dans la sagesse du Hezbollah qui, selon eux, fera tout pour éviter un élargissement des combats au Liban, avant d’ajouter que si les Israéliens en venaient à attaquer le pays, ils feront front avec lui pour le défendre. Même Bkerké qui avait émis des réserves à un moment donné sur les positions du Hezbollah s’est récemment montré plus nuancé, notamment depuis la visite du vice-président du Conseil supérieur chiite cheikh Ali Khatib, remarque le Hezbollah. Les autres composantes chrétiennes de l’opposition, comme les Forces libanaises et le parti Kataëb, continuent certes d’évoquer le dossier des armes du Hezbollah et « la décision de la guerre ou de la paix ». Mais dans les circonstances actuelles, ils ne peuvent pas imposer des décisions qui seraient contre cette formation, selon cette dernière.Pour toutes ces raisons, le Hezbollah considère la situation interne comme étant en sa faveur. C’est pourquoi, sauf agression d’envergure de la part des Israéliens, il ne devrait pas chercher à sacrifier ce climat positif. Pourrait-il, par contre, consolider son avantage par le biais de l’élection présidentielle ? Les prochaines semaines devraient apporter la réponse.

Alors que dans les coulisses internes, le scénario de nouveaux troubles populaires principalement dirigés contre le Hezbollah et son contrôle supposé de la décision de l’État libanais circule, la formation chiite se déclare, elle, plutôt satisfaite de l’évolution de la situation depuis le 8 octobre, date de son entrée dans le conflit armé avec Israël. Sans chercher à nier la...

commentaires (10)

Le seul éloge de cet article vient d’une cpl iste avisée

Citoyen Lambda

13 h 57, le 02 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Le seul éloge de cet article vient d’une cpl iste avisée

    Citoyen Lambda

    13 h 57, le 02 décembre 2023

  • Quand le Liban sera attaqué comme gaza on va pleurer , on voit bien que le Hezbollah n’est pas libanais …..

    Eleni Caridopoulou

    18 h 58, le 29 novembre 2023

  • "Il a donc préféré avoir plus de combattants tués en limitant la superficie de la confrontation"... la chair à canon est gratis, libellée chair de martyr, serait apparement bon marché tout comme la chair offerte aux loups dans les zoos ... Merci pour une analyse divertissante mais plutôt very misguided ... Allah yirham el chabéb wou l'avenir du Liban

    Wlek Sanferlou

    14 h 18, le 29 novembre 2023

  • Une nouvelle « sympathie » de plus, venant de la communauté sunnite qui a toujours pris en grippe le parti chiite. Il faut dire qu’en général et particulièrement en politique rien n’est statique. PS. Très bon article

    Hitti arlette

    12 h 51, le 29 novembre 2023

  • Pathétique

    Zampano

    11 h 57, le 29 novembre 2023

  • La liberté de penser et d’écrire est essentiellement représentée par l’offre de ce journal dans le pour et le contre des questions, donnant ainsi aux lecteurs l’avantage d’être bien informé sur toutes les facettes d’une même question, et de tirer leur propres conclusions…sinon c’est l’obscurantisme et la dictature d’une liberté mal comprise! Merci OLJ !

    Bardawil dany

    11 h 51, le 29 novembre 2023

  • Un "décryptage" au ras des pâquerettes qui n'est rien autre que la version francophone de la propagande aouniste et khomeiniste. J'adore l'Orient-Le Jour mais ils jouent leur crédibilité en persistant à publier ce niveau d'articles.

    Renno Toufic / LYON UNICANCER

    10 h 51, le 29 novembre 2023

  • Que le Hezbollah dorme tranquille maintenant car son réveil sera tonitruant et douloureux.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    10 h 01, le 29 novembre 2023

  • Il est à présent évident que l’OLJ autorise la publication dans ses colonnes cette apologie permanente du Hezbollah, par son porte parole francophone, afin d’avoir la tranquillité. Reste à savoir si cette publication est gratuite ou payante que ce soit pour la porte parole et/ou pour l’OLJ.

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 52, le 29 novembre 2023

  • Un chargé de relations publics du Hezbollah ne ferait pas mieux que l'auteur de cet article. Chaque réflexion supposée analytique deployée souligne ad-nauseam la mission humanitaire à l'échelle régionale et patriotique que sont celles du Hezbollah. C'est à croire que Dieu a réellement formé cette organisation qui s'adonne, au fait, sans limites aucune aux lâches assassinats et aux trafics de drogue divers au travers de la planète. Le pouvoir pour l'argent, et l'argent pour le pouvoir, c'est au fonds tout ce dont il s'agit.

    Jules Lola

    05 h 36, le 29 novembre 2023

Retour en haut