Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Entretien

« Les Iraniens pourraient aller assez loin en se cachant derrière leurs affidés régionaux »

Après l’interception par les Américains de missiles se dirigeant probablement vers Israël en provenance du Yémen, Fabian Hinz, spécialiste de la prolifération armée au Moyen-Orient, fait le point pour L’Orient-Le Jour.

« Les Iraniens pourraient aller assez loin en se cachant derrière leurs affidés régionaux »

Sur cette image transmise par le ministère iranien de la Défense en mai 2023, le test d'un missile balistique de 4e génération, nommé Khaïbar. Photo AFP

Téhéran et ses supplétifs régionaux ont prévenu. Si les États-Unis s’impliquent dans le conflit, ils seront pris pour cibles, et si les atrocités continuent à Gaza, « une autre onde de choc » toucherait Israël, après la triple attaque surprise du Hamas le 7 octobre. Suite à la frappe qui a touché l’hôpital al-Ahli Arab dans la ville de Gaza mardi soir, provoquant la colère des pays arabes, les frappes se sont multipliées contre des intérêts américains en Syrie et en Irak, et des missiles et drones ont été interceptés en provenance du Yémen, « potentiellement vers des cibles en Israël », selon le Pentagone. Si toutes n’ont pas été revendiquées, les soupçons se portent naturellement sur les groupes armés pro-iraniens. Cela signe-t-il pour autant l’implication directe de la République islamique dans le conflit, qui pourrait mener à un embrasement ? Selon le quotidien israélien Haaretz, citant des sources iraniennes mentionnées par la chaîne qatarie al-Jazeera, Washington aurait en effet signalé au représentant iranien à l’ONU que Téhéran serait dans ce cas confronté à une action américaine. Fabian Hinz, chercheur à l’International Institute for Strategic Studies, fait le point pour L’Orient-Le Jour.


Face à la guerre à Gaza, dans quelle mesure l'Iran peut-il se cacher derrière le concept de « déni plausible » (plausible deniability) pour nier son implication ?

Le concept est assez vague en réalité. Lorsqu'il s'agit des systèmes d'armement, il n'y a pas de déni possible. En ce qui concerne les groupes qui les utilisent, le déni est encore possible, dans une certaine mesure. Ce concept de déni imparfait, même si tout le monde sait ce qu’il se passe, permet d’utiliser sa plus mince expression, même si personne n'y croit, comme une excuse pour ne pas avoir à réagir d’une certaine manière. Bien souvent, alors qu’on sait avec une quasi-certitude qui a ordonné quoi ou qui a donné quel système d’armement à qui, il reste encore ces 5 % de doute derrière lesquels il est possible de se retrancher pour ne pas avoir à entreprendre des actions que l’on ne veut pas effectuer soi-même. Dans beaucoup de cas donc, c’est du déni, mais il n’est pas plausible du tout. Il n’empêche que les Iraniens pourraient probablement aller assez loin avec ce type de déni, parce que personne ne veut déclencher une guerre contre l'Iran, ou le frapper directement.

Lire aussi

L’escalade régionale peut-elle être évitée ? La balle est dans le camp américain

Jusqu'où les supplétifs iraniens, et l’Iran en filigrane, sont-ils donc prêts à aller pour renverser les contextes régionaux et internationaux en leur faveur ?

Officiellement, l'Iran veut rester en dehors de tout cela, ne veut pas s'impliquer avec ses propres troupes. Peut-être à travers des conseillers se faisant passer pour des membres des groupes qui lui sont affiliés, mais pas formellement. Pour le reste, cela dépend vraiment du supplétif. Le Yémen par exemple est un endroit d’où il est possible de lancer des missiles et des roquettes avec relativement peu de risques. Si les houthis lancent des engins contre Israël, quelles seront les répercussions ? Cela ne déclenchera pas une guerre d’ampleur, ce qui est pourtant un risque avec chaque action du Hezbollah. Cela ne perturbera pas un équilibre très délicat comme en Irak. Si les États-Unis ou Israël lancent quelques attaques en représailles contre des cibles au Yémen, personne ne s'en souciera vraiment, malheureusement. Le Yémen constitue donc un environnement très peu risqué. Mais tout en étant une bonne plateforme de lancement, ce n’est pas la meilleure, du fait de son éloignement géographique et des capacités limitées qui pourraient être déployées efficacement contre Israël, qui a de puissants systèmes de défense, notamment aériens. Le Hezbollah est le groupe qui constitue la plus grande menace militaire, en raison de son équipement, de sa position géographique et de sa courte portée par rapport à Israël. Ils peuvent saturer ses systèmes de défense antimissiles et constituent techniquement la meilleure plateforme de lancement. Dans le même temps, c’est aussi la plus risquée, et c’est un élément essentiel de la capacité iranienne de dissuasion vis-à-vis d’Israël, et dans une certaine mesure, des États-Unis.

Lire aussi

L’offensive terrestre à Gaza aura-t-elle lieu ?

Quelle est donc la stratégie iranienne pour les prochaines étapes ?

Les Iraniens sont confrontés à un problème : ils entendent tirer parti des capacités militaires du Hezbollah tout en évitant de l’entraîner dans une guerre qui dégraderait considérablement ses capacités militaires et, par extension, celles de l'Iran dans la région. Il s'agit d'un exercice d'équilibre très délicat. Le dénouement idéal du point de vue iranien serait que la menace d'une attaque majeure du Hezbollah dissuade une invasion militaire terrestre. Mais si cela ne fonctionne pas, et il semble que ce ne sera pas le cas, quelle sera la suite ? Le Hezbollah est déjà actif sur le plan cinétique, et il a déjà bravé les anciennes règles, même si cela reste assez limité par rapport à ce qui pourrait arriver. Mais quels mouvements fera-t-il en cas d'invasion terrestre de Gaza ? Ses actions franchiront-elles alors le seuil d’une escalade majeure, entraînant une guerre totale entre le Hezbollah et Israël ? Sera-t-il possible de calibrer cela ? Et les Israéliens seront-ils prêts à accepter ce calibrage, qui impliquerait plus de dégâts et des combats plus lourds que les attaques menées jusqu’à présent, tout en se maintenant également sous le seuil d’un embrasement majeur ?

Téhéran et ses supplétifs régionaux ont prévenu. Si les États-Unis s’impliquent dans le conflit, ils seront pris pour cibles, et si les atrocités continuent à Gaza, « une autre onde de choc » toucherait Israël, après la triple attaque surprise du Hamas le 7 octobre. Suite à la frappe qui a touché l’hôpital al-Ahli Arab dans la ville de Gaza mardi soir, provoquant la colère des...

commentaires (7)

Au moins le Yémen est entré dans l’engrenage sous les ordre de l’Iran dont il lui est redevable,

Mohamed Melhem

05 h 19, le 03 novembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Au moins le Yémen est entré dans l’engrenage sous les ordre de l’Iran dont il lui est redevable,

    Mohamed Melhem

    05 h 19, le 03 novembre 2023

  • willayat al fakhi , très bien allons y seulement... pendant que l Iran est bien au chaud les Arabes encaissent la guerre.

    Le juste milieu

    13 h 44, le 22 octobre 2023

  • Très bon article qui nous mène vers la conclusion que toutes les possibilités sont sur la table. L’Iran et HB n’ont qu’à bien se tenir.

    Sissi zayyat

    11 h 18, le 22 octobre 2023

  • Si Israël parvient à éliminer le Hamas assez vite je le vois bien avec le soutien US en profiter pour affaiblir considérablement son ennemi au Nord. Bien sur pas au point de l’éliminer mais le dégrader suffisamment pour que les 70% de Libanais qui le détestent n’en ait plus peur. C’est le meilleur scenario pour notre pays a long terme. Croisons les doigts

    Liban Libre

    03 h 15, le 22 octobre 2023

  • Les mollahs iraniens sont des hashishins et bandits hors pair. Le problème vient du fait qu’ils ont corrompus les chiites libanais en leur miroitant des tapis volants. Ils ont remplis les poches des chiites libanais et les ont armés puis le pouvoir leur est monté à la tête et maintenant impossible de les désarmer. Quoi faire ? Un combat s’impose d’office puisqu’ils ne peuvent plus comprendre l’essence de leur identité réelle.

    Wow

    20 h 59, le 21 octobre 2023

  • LES IRANIENS NE SE CACHENT POINT. ILS ONT DECLAREN TOUT HAUT QUE TOUTES CES ORGANISATIONS CREEES DANS LES PAYS ARABES SONT FINANCEES ET ARMEES PAR EUX ET SOUS LEURS ORDRES DIRECTS. POURQUOI A-T-ON LAISSE FAIRE ? HERCULE DECAPITA L,HYDRE DE LERNE ET CERBERE POUR EN FINIR D,EUX. LES TETES NE SONT PAS LA OU L,ON S,ACHARNE. ELLES SONT LA OU L,ON CONNAIT.

    LA LIBRE EXPRESSION

    20 h 48, le 21 octobre 2023

  • Voilà un article qui a du sens

    Bery tus

    19 h 38, le 21 octobre 2023

Retour en haut