Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Minute papillon !

La « procrastination » est un terme de langue française et anglaise employé pour décrire l’action de quelqu’un qui a tendance à remettre au lendemain ou même sine die les diverses tâches du quotidien.

Mais comme l’a dit Benjamin Franklin : « If you want something done, ask a busy person ! » Tout simplement parce que quand vous confiez une tâche à une personne occupée vous pouvez être sûrs qu’elle sera plus rapidement exécutée que par une personne oisive qui se dit je le ferai demain, j’ai la vie devant moi, j’y parviendrai en un tour de main !

Une personne occupée est généralement bien organisée et justement parce qu’elle est surchargée, elle va avoir le réflexe de répondre sur-le-champ à un message et s’exécuter car elle se trouve dans une dynamique bien enclenchée ou craint d’oublier puis de devoir le faire en différé.

Cette façon de procrastiner, de remettre à plus tard une tâche importante pour regarder la télévision ou naviguer sur les réseaux, ou de différer la prise de décision sur une question, ou de remettre à plus tard l’organisation de ses finances personnelles, ou d’ajourner la rédaction d’un courriel ou la prise de rendez-vous chez le dentiste ou enfin de délayer les achats d’une occasion ou d’attendre pour faire sa valise juste avant de prendre l’avion, est certes une sorte de paresse, un manque d’enthousiasme, de motivation ou de réel désir à accomplir un devoir et une façon d’éviter faussement et pas pour longtemps, hélas, ses engagements !

La procrastination n’a pas attendu le capitalisme, mais, depuis que « time is money », ce travers est encore plus contesté.

Mieux vaut passer à l’action et s’exécuter sur le vif au lieu d’ajourner et de se dire je le ferai plus tard, je le dirai plus tard, je m’en chargerai plus tard, j’y penserai plus tard !

La procrastination est souvent attribuée à un problème de gestion de temps, de motivation et de planification. On évaluerait mal le temps qu’une tâche pourrait prendre, ce qui nous laisserait beaucoup plus de temps pour rêvasser que pour travailler !

Repousser la tâche fastidieuse, c’est l’assurance de se rajouter du travail et de le rendre encore plus pénible, sans oublier qu’il y a ceux qui ne peuvent produire que sous pression et se voient bousculés à quelques heures du délai d’expiration.

Qu’on se le dise, plus tard le café refroidit, plus tard les enfants grandissent, plus tard les priorités changent, plus tard le charme est rompu, plus tard l’intérêt n’est plus, plus tard les promesses s’oublient, plus tard le jour devient nuit...

Il est possible que la place que prend dans notre vie quotidienne les réseaux sociaux, les jeux vidéo, la télévision en continu, les plateformes de streaming, ait un impact sur notre capacité à rester concentrés et à accomplir nos tâches de manière efficace. De plus, la culture de l’instantanéité et du multitâche, où nous sommes constamment interrompus par des notifications et des demandes impromptues, peut également mener à faire de nous ce procrastineur.

L’être humain maintient une qualité de vie beaucoup plus paisible et satisfaisante quand il vit dans « l’ici et le maintenant », quand il se trouve à la manière d’une respiration yogi, présent dans l’instant, quand son action emboîte immédiatement sa pensée, quand il se fait un point d’honneur d’exécuter promptement ses obligations et possède l’aptitude et la facilité d’adaptation.

Être aussi dans une logique de « delay gratification » peut aider, tel que se dire par exemple maintenant je nettoie ma maisonnée puis après je m’installerai confortablement devant mon feuilleton préféré siroter mon verre et des cacahuètes à côté, plutôt que de prendre mon drink, anxieux et sans plaisir en pensant à la pile de travail qui s’entasse et qui attend... interminablement !

Quel malin plaisir nous prenons quand en fin de journée nous cochons les points de notre « to do list » et que les corvées ont été accomplies avec soin et application et quand surtout au niveau de la verbalisation, nous ne sommes plus dans le non-dit et n’ajournons sans cesse nos gratifications, mais nous exprimons aux personnes que nous aimons, à quel point nous les chérissons, les affectionnons de peur qu’elles ne partent pour l’ultime voyage, sans que nous ayons jamais pris le virage d’un partage, d’une attention, d’une expression...

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

La « procrastination » est un terme de langue française et anglaise employé pour décrire l’action de quelqu’un qui a tendance à remettre au lendemain ou même sine die les diverses tâches du quotidien.Mais comme l’a dit Benjamin Franklin : « If you want something done, ask a busy person ! » Tout simplement parce que quand vous confiez une tâche à une...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut