Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Reportage

"On est tous morts" : en Irak, des familles sous le choc après l'incendie lors d'un mariage

 « Il n'y a pas une personne qui n'a pas perdu quelqu'un de sa famille ou un ami », raconte Samira, qui est venue enterrer 15 de ses proches au cimetière de Qaraqosh.

Les funérailles de victimes de l'incendie qui a endeuillé la célébration d'un mariage à Qaraqosh, le 27 septembre 2023. Photo AFP/ZAID AL-OBEIDI

Un portrait du Christ domine la foule qui s'écarte pour faire passer un à un les cercueils : mercredi, dans une petite ville du nord de l'Irak, des centaines de personnes ont enterré les victimes de l'incendie qui a endeuillé la veille la célébration d'un mariage.

Au cimetière de Qaraqosh, bourgade chrétienne connue sous le nom de Hamdaniyah, la foule compacte s'agglutine autour du clergé des différentes églises irakiennes, égrenant prières en langue syriaque et sermons en arabe. Certains fidèles brandissent des portraits d'un proche décédé. Mardi soir, ces morts qu'on enterre étaient rassemblés dans une élégante salle de fêtes, invités à un mariage, quand les flammes ont ravagé la salle de réception, tuant environ cent personnes et en blessant 150 autres. Tous les témoignages s'accordent à le dire, l'incendie s'est propagé à une vitesse ahurissante. Sur les réseaux sociaux, des vidéos reprises par des médias irakiens montrent des engins pyrotechniques projeter de hautes gerbes d'étincelles, mettant le feu aux fanfreluches ornant le plafond.

Lire aussi

Des Irakiens en colère et indignés sur les réseaux sociaux après l'incendie mortel lors d'un mariage

Un a un, une vingtaine de cercueils, parfois couverts d'un tissu de satin ou de gerbes de fleurs, fendent la foule, portée sur les épaules des hommes. Ils sont suivis par des femmes en larmes, toutes de noir vêtues, tenant à peine sur leurs jambes et ne pouvant avancer qu'en étant soutenues de chaque côté. Samira, femme au foyer de 53 ans, est venue enterrer 15 membres de sa famille : « du père au plus jeune enfant, âgé de quatre ans », lâche-t-elle d'un ton résigné. « On a encore un homme et ses deux jumelles (à enterrer), ils sont morts mais nous n'avons pas récupéré les corps », énumère-t-elle. D'autres enterrements sont prévus dans les jours à venir. Elle s'interrompt, prend une profonde inspiration. « Ca suffit, je ne peux plus parler ». Mais elle poursuit quand même. « Il n'y a pas de sentiment possible, on est tous mort. Il n'y a pas une personne à Qaraqosh qui n'est pas morte », lâche la quinquagénaire, sans se départir de son calme. « Il n'y a pas une personne qui n'a pas perdu quelqu'un de sa famille ou un ami ».


Des proches des victimes de l'incendie lors de funérailles à Qaraqosh, en Irak, le 27 septembre 2023. Photo Zaid AL-OBEIDI / AFP

« J'ai sorti des corps » 
A l'unisson, la foule, qui a envahi le cimetière, entonne un « Notre père », suivi d'un « Je vous salue Marie », avant d'enchaîner sur des chants liturgiques. Devant les caveaux familiaux rangés le long des allées proprettes, hommes et femmes pleurent à chaudes larmes et laissent échapper des plaintes rauques. Une Irakienne s'agenouille pour embrasser le portrait d'une de ses proches.


Des proches des victimes de l'incendie lors de funérailles à Qaraqosh, en Irak, le 27 septembre 2023. Photo Zaid AL-OBEIDI / AFP

La Défense civile a dénoncé l'utilisation, dans la salle de réception, de panneaux en préfabriqué « hautement inflammables et contrevenant aux normes de sécurité ». Ils ont immédiatement pris feu au contact de « feux d'artifice » d'intérieur. Les invités, en panique, se sont retrouvés pris dans une bousculade, et n'ont pas pu s'échapper à temps du bâtiment - doté d'un nombre insuffisant de sorties de secours, selon la même source.

« Pendant que les mariés dansaient, les gerbes d'étincelles ont été activées », témoigne Ronak Sabih, un survivant de 41 ans. « Il y avait des décorations en plumes au plafond, elles ont pris feu. Les flammes étaient terribles », raconte à l'AFP l'homme revenu inspecter plus tôt mercredi la carcasse calcinée de la salle de réception. « Ma famille s'est retrouvée à terre, j'ai commencé à les tirer, il y avait du monde par-dessus nous, on a commencé à crier », lâche-t-il dans un souffle. « On a contacté les pompiers, on a appelé tout le monde », se souvient-il. « De cette porte, j'ai sorti des corps, je les ai portés dans mes bras, on les a enroulés dans des couvertures pour les emmener à l'hôpital ».

Un portrait du Christ domine la foule qui s'écarte pour faire passer un à un les cercueils : mercredi, dans une petite ville du nord de l'Irak, des centaines de personnes ont enterré les victimes de l'incendie qui a endeuillé la veille la célébration d'un mariage. Au cimetière de Qaraqosh, bourgade chrétienne connue sous le nom de Hamdaniyah, la foule compacte...

commentaires (2)

Horreur

Sam

18 h 55, le 28 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Horreur

    Sam

    18 h 55, le 28 septembre 2023

  • Quel désastre... Allah yirhamoun wou yisséiid el ahali.

    Wlek Sanferlou

    03 h 11, le 28 septembre 2023

Retour en haut