Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Drame

Au moins 100 morts dans un incendie en Irak lors d'un mariage

Les flammes ont ravagé une salle de réception accueillant mardi soir des centaines d'invités pour un mariage dans la bourgade chrétienne de Qaraqosh.

Un homme devant un bâtiment partiellement détruit par un incendie lors d'un mariage, à Hamdaniyah, dans la province de Ninive, dans le nord de l'Irak, le 27 septembre 2023. Photo REUTERS/Khalid Al-Mousily

Au moins 100 personnes ont péri et 150 autres ont été blessées dans un incendie causé par des jets de scène dans une salle de mariage bondée du nord de l'Irak, selon un « bilan préliminaire » annoncé mercredi par les autorités.

Les flammes ont ravagé une salle de réception accueillant mardi soir des centaines d'invités pour un mariage dans la bourgade chrétienne de Qaraqosh, également connue sous le nom de Hamdaniyah.

D'après les secours, des « feux d'artifices » d'intérieur, « des matériaux de construction hautement inflammables » mais aussi un nombre insuffisant de sorties de secours seraient à l'origine du drame.

Peu après minuit, au principal hôpital de Hamdaniyah, à l'est de la métropole de Mossoul, un photographe de l'AFP a vu plusieurs ambulances arriver, sirènes hurlantes. Des dizaines de personnes étaient massées dans la cour de l'établissement, dont des proches de victimes. Des habitants attendaient aussi devant les portes ouvertes d'un camion frigorifique contenant des victimes dans des sacs mortuaires, selon le photographe.

« On étouffait »

Les autorités sanitaires de Ninive, la province où se trouve Qaraqosh, « ont recensé 100 morts et plus de 150 blessés dans l'incendie », a annoncé l'agence de presse officielle INA évoquant un « bilan préliminaire » --plusieurs responsables donnant ensuite des chiffres contradictoires.

« La plupart des blessés souffrent de brûlures et d'asphyxie », a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de la Santé Saif al-Badr, rapportant également des bousculades. Parmi les victimes figurent « des hommes, des femmes et des enfants », a indiqué à l'AFP le porte-parole de la Défense civile Jawdat Abdel Rahmane.

Le gouverneur de la province de Ninive Nejm al-Joubouri a annoncé une semaine de deuil.

Parmi les ruines de la salle des fêtes, le photographe de l'AFP a vu des secouristes et policiers inspecter le site où s'entassent des chaises en fer au milieu des gravats, sous la ferraille qui pend du plafond.

La Défense civile a rapporté la présence de panneaux en préfabriqué « hautement inflammables et contrevenant aux normes de sécurité ». « Les informations préliminaires indiquent que des feux d'artifice (d'intérieur, NDLR) ont été utilisés (...) ce qui a déclenché un incendie dans la salle », selon un communiqué. Les flammes ont provoqué « la chute de certaines parties du plafond, en raison de l'utilisation de matériaux de construction hautement inflammables et peu coûteux », selon la même source.

La Défense civile a fait état « d'émissions de gaz toxiques liées à la combustion des panneaux » contenant du plastique. « Les sorties de secours étaient fermées, il ne restait que l'entrée principale » pour l'évacuation des invités, a indiqué Jawdat Abdel Rahmane.

Brûlée à la main, Rania Waad, 17 ans, se trouve à l'hôpital de Hamdaniyah. Les mariés « dansaient un slow, les feux d'artifice ont commencé à monter vers le plafond, toute la salle s'est enflammée », raconte l'adolescente d'une voix nouée par les sanglots, précisant que les invités étaient « très nombreux ». « On ne voyait rien, on étouffait, on ne savait pas comment sortir ».

Arrestations

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, le général Saad Maan, a indiqué à l'AFP que « neuf employés ont été arrêtés », tandis que « quatre mandats d'arrêt ont été émis à l'encontre des propriétaires » de la salle.

En Irak, les normes de sécurité sont peu respectées, que ce soit dans le secteur de la construction ou du transport. Le pays aux infrastructures en déliquescence après des décennies de conflit est régulièrement le théâtre d'incendies ou d'accidents domestiques mortels.

En juillet 2021, un incendie dans l'unité Covid d'un hôpital du sud de l'Irak avait ainsi coûté la vie à plus de 60 personnes. Et quelques mois plus tôt en avril, l'explosion de bouteilles d'oxygène avait déclenché un feu dans un hôpital de Bagdad, et fait plus de 80 morts.

Mercredi dans un communiqué, le Premier ministre Mohamed Chia al-Soudani a appelé les ministres de la Santé et de l'Intérieur à « mobiliser tous les efforts de sauvetage » pour venir en aide aux victimes du drame.

Comme de nombreuses localités chrétiennes de la plaine de Ninive, Qaraqosh avait été saccagée par les jihadistes du groupe Etat islamique lorsqu'ils étaient entrés dans la ville en juin 2014. La localité avait été lentement reconstruite après la mise en déroute de l'EI en 2017 et avait reçu la visite du pape François en mars 2021.

Au moins 100 personnes ont péri et 150 autres ont été blessées dans un incendie causé par des jets de scène dans une salle de mariage bondée du nord de l'Irak, selon un « bilan préliminaire » annoncé mercredi par les autorités.Les flammes ont ravagé une salle de réception accueillant mardi soir des centaines d'invités pour un mariage dans la bourgade chrétienne de Qaraqosh,...
commentaires (2)

Des feux d'artifice dans un espace clos..? De la folie meurtrière.

Esber

18 h 50, le 27 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Des feux d'artifice dans un espace clos..? De la folie meurtrière.

    Esber

    18 h 50, le 27 septembre 2023

  • Ils vont invoquer la comment déjà ah oui suspicion légitime et l’enquête va capoter…

    Gros Gnon

    18 h 24, le 27 septembre 2023

Retour en haut