Rechercher
Rechercher

Politique - Drame

Enquête ouverte après la mort suspecte d'un ancien cadre des FL au Liban-Sud

Samir Geagea et Samy Gemayel dénoncent respectivement une "embuscade" et une "opération perfide des milices".

Enquête ouverte après la mort suspecte d'un ancien cadre des FL au Liban-Sud

Elias Hasrouni déposant une couronne de fleurs devant un monument dédié aux Kataëb. Photo Rakan Diab / Twitter @SamyGemayel

Une enquête a été ouverte par la police sur la mort suspecte d'un ancien cadre des Forces libanaises à Aïn Ebel, dans la région de Bent Jbeil, au Liban-Sud, a confirmé une source sécuritaire à L'Orient-Le Jour. Si la mort, au début du mois, de cet homme, Elias Hasrouni, avait été évoquée comme étant le résultat d'un accident, le président de la municipalité de Aïn Ebel et les Forces libanaises ont dénoncé un enlèvement et un meurtre, allant jusqu'à évoquer un motif politique. 

Aïn Ebel est un village majoritairement chrétien proche de la frontière avec Israël, dans une région à prédominance chiite.

La source sécuritaire a confirmé qu'après les informations circulant dernièrement sur la mort de M. Hasrouni, et basées notamment sur des images d'une vidéo de surveillance, une enquête a été ouverte, mais que peu d'informations sont jusqu'à présent disponibles. 

De son côté, le président de la municipalité de Aïn Ebel, Imad Allous, qui n'est pas affilié à un parti politique spécifique, a affirmé, dans un communiqué, que l'autorité locale et les habitants "dénoncent et condamnent fermement l'attaque vicieuse contre Elias Hasrouni, qui est mort dans un incident planifié, après avoir été kidnappé et emmené dans sa voiture sur une route déserte, où il a été plus tard retrouvé mort". M. Allous a demandé aux Forces de sécurité intérieure (FSI) de prendre immédiatement des mesures pour "déterminer l'identité des assassins et imposer des sanctions sévères à leur encontre afin de préserver la sécurité de la région".

M. Allous a encore déclaré à notre correspondant local Mountasser Abdallah que la question a été soulevée à nouveau [une semaine après la mort de M. Hasrouni] à la suite de vidéos qui montrent qu'il s'agit bien d'un enlèvement, et de témoignages de locaux. "Des inconnus à bord de deux voitures ont suivi Hasrouni et intercepté sa voiture. L'un d'entre eux est sortie d'un véhicule et a probablement drogué Hasrouni, a conduit sa voiture vers une destination inconnue. "Quelques heures plus tard, M. Hasrouni a été retrouvé mort dans sa voiture, sur la route reliant Aïn Ebel à Hanine, à un kilomètre de sa maison. Les portes de la voiture étaient ouvertes et les airbags sortis", a ajouté le président de la municipalité. Selon ce dernier, "le médecin légiste a indiqué dans son rapport qu'il était décédé à la suite de fractures aux côtes". Si ces fractures avaient initialement été attribuées aux airbags dépliés, cette hypothèse a été remise en question après l'examen des vidéos des caméras de surveillance. Une source sécuritaire a en outre confié à notre publication que le fils de la victime, Charbel Hasrouni, a porté plainte contre  X au commissariat du village pour le kidnapping et la mort de son père. 

"Embuscade" et "milices"
Dans un communiqué publié mercredi après-midi, le chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, a estimé "évident, ces deux derniers jours, que le décès de notre camarade Elias Hasrouni à Aïn Ebel n'était pas le résultat d'un accident de voiture, comme cela avait été initialement rapporté". Il a mentionné une "embuscade" révélée grâce aux caméras de surveillance, qui aurait été menée par "six à neuf individus". M. Geagea a encore appelé les forces de sécurité à faire rapidement la lumière sur cette affaire "étant donné la sensibilité de la situation à Aïn Ebel et dans les villages voisins et des conséquences potentielles de ce crime si les auteurs ne sont pas identifiés". 

De son côté, le chef du parti Kataëb, Samy Gemayel, a twitté : "Que Dieu ait pitié du martyr héroïque Elias Hasrouni qui a été victime d'une opération perfide des milices dans sa ville natale de Aïn Ebel, un endroit qu'il aimait et où il était aimé". "La vérité est limpide, dans une zone sécurisée bien connue", a ajouté M. Gemayel, en allusion à la forte présence armée du Hezbollah dans la région. "La nation est captive, les Libanais sont otages, et nous sommes dans un état de résistance et de résilience. Ils n'affaibliront pas notre détermination".

Prenant le contrepied du point de vue de M. Gemayel, le frère d'Elias Hasrouni a déclaré à la chaîne télévisée al-Jadeed : "Je ne crois pas que ce qui s'est passé ait une nature politique. Certains essaient de pêcher en eaux troubles", a-t-il déclaré. 

Une enquête a été ouverte par la police sur la mort suspecte d'un ancien cadre des Forces libanaises à Aïn Ebel, dans la région de Bent Jbeil, au Liban-Sud, a confirmé une source sécuritaire à L'Orient-Le Jour. Si la mort, au début du mois, de cet homme, Elias Hasrouni, avait été évoquée comme étant le résultat d'un accident, le président de la municipalité de Aïn Ebel et les...

commentaires (11)

Ce ne sera ni la première fois ni la dernière que nous verrons de telles assassinats et agressions envers des membres des FL, Kataeb, etc... Que le frère d’Élias veuille calmer le jeu pour éviter un conflit qui risque d’être catastrophique pour les familles de la région, c'est compréhensible, ce n'est pas le moment encore pour de nouvelles aventures, cependant, ne lui en déplaise, le crime est hautement politique et indique le malaise du Hezbollah face a un parti montant en force qui lui résiste et lui met des bâtons dans les roues avec succès. Les FL ont réussi, grâce a leur probité et constance, a récupérer un panache auprès de la base Chrétienne et pas que, puisqu'un imam Chiite était prêt a se présenter aux dernières élections parlementaires sous la bannière FL et faire élire des députés dans des zones soumises. Le Hezbollah perd sa base Chiite alors que les FL en gagne a travers tout le pays et dans toutes les communautés. Trop dangereux pour le Hezbollah et après, Chouya, Khaldeh et Tayounné, la peur a changé de camp. Il n'y a qu'a voir les actions et réactions du parti Iranien pour comprendre son état psychologique. Il couvre la corruption, insiste a maintenir ses armes, assassine a nouveau, triche dans les élections, etc... Contrairement a ce que certains peuvent penser ce genre de démonstrations ne démontre pas de la force mais au contraire une faiblesse qui au final conduit a une défaite totale. C'est le sort de toutes les dictatures. Un homme averti en vaut 2.

Pierre Christo Hadjigeorgiou

10 h 54, le 10 août 2023

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Ce ne sera ni la première fois ni la dernière que nous verrons de telles assassinats et agressions envers des membres des FL, Kataeb, etc... Que le frère d’Élias veuille calmer le jeu pour éviter un conflit qui risque d’être catastrophique pour les familles de la région, c'est compréhensible, ce n'est pas le moment encore pour de nouvelles aventures, cependant, ne lui en déplaise, le crime est hautement politique et indique le malaise du Hezbollah face a un parti montant en force qui lui résiste et lui met des bâtons dans les roues avec succès. Les FL ont réussi, grâce a leur probité et constance, a récupérer un panache auprès de la base Chrétienne et pas que, puisqu'un imam Chiite était prêt a se présenter aux dernières élections parlementaires sous la bannière FL et faire élire des députés dans des zones soumises. Le Hezbollah perd sa base Chiite alors que les FL en gagne a travers tout le pays et dans toutes les communautés. Trop dangereux pour le Hezbollah et après, Chouya, Khaldeh et Tayounné, la peur a changé de camp. Il n'y a qu'a voir les actions et réactions du parti Iranien pour comprendre son état psychologique. Il couvre la corruption, insiste a maintenir ses armes, assassine a nouveau, triche dans les élections, etc... Contrairement a ce que certains peuvent penser ce genre de démonstrations ne démontre pas de la force mais au contraire une faiblesse qui au final conduit a une défaite totale. C'est le sort de toutes les dictatures. Un homme averti en vaut 2.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    10 h 54, le 10 août 2023

  • C’est quand même étrange et curieux que tous les crimes soient commis dans des régions sous le contrôle de ce parti résistant à la volonté des libanais de s’en émanciper, non? Des enquêtes sous les verrous alors que les criminels continuent de circuler et de tuer. Jusqu’à quand? Et combien de morts faut il pour que au moins une seule de ces enquêtes aboutisse à une condamnation en bonne et due forme pour stopper les meurtriers? Un génocide à grande échelle peut être? Allez savoir jusqu’où on leur a permis d’aller pour pouvoir enfin les juger. Notre justice étant vendue aucun des criminels ne sera inquiété, donc ils peuvent persévérer et continuer leurs massacres jusqu’à ce que le,peuple se réveille de son coma artificiel.

    Sissi zayyat

    09 h 36, le 10 août 2023

  • Une enquête? Au Liban-Sud? Faut tout de même pas rêver!

    Yves Prevost

    07 h 03, le 10 août 2023

  • Esperons que les FL (aux idees courtes) ne tomberont pas dans le piege....

    Michel Trad

    21 h 45, le 09 août 2023

  • Tania c est hezebdodallah!

    Tina Zaidan

    21 h 06, le 09 août 2023

  • COMMENTER, A QUOI BON ?

    LA LIBRE EXPRESSION

    20 h 22, le 09 août 2023

  • Gebrane que dits tu?

    Zampano

    18 h 34, le 09 août 2023

  • C'est le Hezbshitane

    Tania

    18 h 29, le 09 août 2023

  • Encore un coup des israéliens pour semer la zizanie entre les libanais comme ils ont fait pour l’assassinat de Rafic Hariri, de Pierre Gemayel, de Gebran Tueni et…. Pas assez de texte disponible car la liste est trop longue. C’est sûr et certain que ce sont les israéliens, il n’y a aucun doute possible. Mais ils ne sont pas très futés au Mossad, car pour semer la zizanie, il aurait fallu assassiner aussi des personnalités de l’autre bord sauf qu’aucun individu du 8 mars n’a été inquiété . J’avoue ne plus comprendre !!!

    Lecteur excédé par la censure

    16 h 58, le 09 août 2023

  • Si les FL ne repondent pas on peux officiellement dire qu il n y as pas d opposition a hezbollah et faudra cree des nouvelles FL

    Tina Zaidan

    16 h 21, le 09 août 2023

  • Si ce crime termine par être élucidé, c’est qu’il n’est probablement pas de nature politique. Si les criminels restent non-identifiés, c’est que le crime est probablement politique et le Hezbollah a quelque chose à voir là-dedans (de par sa forte position dans la région).

    Hanna Philipe

    16 h 20, le 09 août 2023

Retour en haut